« Stedelijk Museum »

Jelle Bouwhuis : décoloniser le monde de l’art

Jelle Bouwhuis est curateur au Stedelijk Museum. Il y a dirigé le projet « Stedelijk Museum Bureau Amsterdam » pendant dix ans. Récemment, il était en charge, parmi d’autres, des « Global Collaborations », montant des expositions à Yogyakarta, Beyrouth, Belgrade ou Bombay. Rencontre. Quelle est votre formation ? Longtemps, j’ai réalisé des petits boulots sans rapport avec l’art et je jouais de la musique dans un groupe, jusqu’à ce que j’étudie l’histoire de l’art, à l’âge de 23 ans. L’histoire de l’art me semblait être une de ces disciplines d’étude qui ne poussaient pas à être carriériste. Et puis, au cours de mes études, j’ai travaillé pour des enseignants et je suis ainsi devenu critique d’art pour un quotidien. Plus tard, je me suis peu à peu intéressé au marketing et j’ai développé les relations publiques pour certains musées. Comment voyez-vous le rôle des commissaires d’expositions et la relation entre le curateur et l’artiste ? C’est une question difficile… Dans une perspective institutionnelle, j’observe une très grande séparation entre les deux, les commissaires bénéficient d’un travail fixe et payé, à l’inverse des artistes. Par ailleurs, on doit beaucoup d’expositions monographiques aux artistes eux-mêmes. En pratique, ils curatent souvent leurs propres expositions. Il est certain que dans de plus petites institutions, les rôles des curateurs et des artistes sont très interdépendants. Je pense qu’il est bien plus intéressant de ne pas s’arrêter à un titre et d’avoir de la souplesse quant aux rôles de commissaire, d’artiste, d’écrivain et de critique d’art. Qu’est-ce qu’un commissaire alors ?  Cela peut dépendre de ce que l’on cherche. C’est vrai qu’il y a une tendance qui se dessine depuis les années 1960, lorsque les commissaires ont commencé à assumer un rôle-clé. Aujourd’hui, beaucoup d’institutions se préoccupent de chiffres, de finance et d’assurer la publicité autour...

Tags : , , , , , ,

Le Turner Prize 2016 pour un pence, tous les mardis

Les visiteurs de l’exposition du Turner Prize 2016, qui a ouvert le 27 septembre dernier à la Tate Britain, peuvent payer chaque mardi leur ticket d’entrée au prix qu’ils le souhaitent, au minimum un pence. Pour voir le travail des nominés, Michael Dean, Anthea Hamilton, Helen Marten et Josephine Pryde, les visiteurs doivent les autres jours payer 12 £. C’est la première exposition basée sur ce principe à la Tate Britain. Elle a été organisée cette année, entre autres, par la South London Gallery, le Sculpture Center de New York, la 56e Biennale de Venise et le CCA Wattis Institute de San Francisco. Le lauréat du Turner Prize, qui sera annoncé le 5 décembre, recevra 25.000 £, et 5.000 £ reviendront à chacun des autres artistes. Le jury du Turner Prize se compose de Beatrix Ruf, la directrice du Stedelijk Museum, à Amsterdam, Michelle Cotton, la directrice du Bonner Kunstverein, à Bonn, le commissaire d’exposition basé à Londres, Tamsin Dillon, et Simon Wallis, directeur de Hepworth Wakefield. Cette exposition, qui court jusqu’au 2 janvier 2017, a été curatée par Linsey Young et Laura Smith, de la...

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Donation de Thomas Borgmann au Stedelijk Museum

Le 29 juin 2016, le Stedelijk Museum d’Amsterdam a annoncé avoir reçu une donation exceptionnelle du collectionneur allemand Thomas Borgmann par la voix de sa directrice, Beatrix Ruf. Une don de près de 600 œuvres réalisées par des artistes comme Cosima von Bonin, Enrico David, Thomas Eggerer, Cerith Wyn Evans, Jack Goldstein, Jutta Koether, Michael Krebber, Lucy McKenzie, Matt Mullican, Henrik Olesen, Paulina Olowska, Jorge Pardo, Jeroen de Rijke/Willem de Rooij, John Stezaker, Wolfgang Tillmans, Christopher Williams, Heimo Zobernig. Beatrix Ruf a commenté cette acquisition  : « Thomas Borgmann a collectionné des œuvres de qualité muséale et de formats monumentaux. Je suis extrêmement fière et reconnaissante que le Stedelijk soit en mesure de s’étendre avec une contribution aussi importante pour la collection de la ville d’Amsterdam. » Une exposition est prévue en novembre 2017 d’une sélection de cette...

Tags : , , , , , ,

Le Stedelijk Museum cherche un nouvel espace à Amsterdam

Le Stedelijk Museum est à la recherche d’un nouvel espace dédié à l’art contemporain à Amsterdam. Un projet initié en partenariat avec l’agence Ammodo, spécialisée dans le soutien de projets artistiques et scientifiques. Ce projet est supervisé par les conservateurs Emily Pethick, Sophie Goltz et Eungie Joo. Une réunion est prévue au musée du 17 au 19 juin réunissant des professionnels du monde de l’art néerlandais et international. La directrice du Stedelijk Museum, Beatrix Ruf, s’est exprimée sur la nécessité du projet : « Nous pensons qu’il est vital d’avoir un espace à Amsterdam qui augmente notre action et nos programmes en créant un pont entre les institutions majeures telles que le Stedelijk et le champ de l’art contemporain. […] . Cet espace doit refléter la diversité culturelle de la ville et sa situation internationale, en connexion avec les évolutions globales du monde de l’art. En association avec Ammodo, nous cherchons des solutions innovantes pour créer un espace inspirant qui offre des rencontres étonnantes au cœur d’Amsterdam et contribue au climat prospère de la ville en matière artistique....

Tags : , , , , , ,

Beatrix Ruf remporte le ICI Agnes Gund curatorial award

Beatrix Ruf, conservatrice du Stedelijk Museum, à Amsterdam, a remporté le Agnes Gund curatorial award, décerné par Independent Curators International (ICI). ICI remet cette récompense « […] chaque année à un conservateur établi pour sa contribution au monde de l’art. » Née à Singen, en Allemagne, en 1966, Beatrix Ruf a eu une longue carrière sur la scène internationale. Après avoir travaillé comme commissaire indépendante, chorégraphe et critique d’art, elle devient conservatrice au Kunstmuseum Thurgau, à Warth, de 1994 à 1998. Directrice de Kunsthalle Zurich de 2001 au 2014, elle y organise de nombreuses expositions avec des artistes tels que Laura Owens, Avery Singer et Isa Genzken. Ses succès au Stedelijk Museum ont fait d’elle un regard précieux pour le monde l’art et la découverte de jeunes talents. ICI a déclaré à propos de Beatrix Ruf : « Au fil des années, Beatrix Ruf a toujours porté un soutien indéfectible aux artistes, contribuant au lancement de nombreuses carrières. Elle a suivi son intuition pour l’art expérimental et a constamment aidé au développement de nouvelles pratiques artistiques, offrant à de nombreux jeunes artistes leur première exposition ou commande muséale. » La récompense, nommée d’après la philanthrope new-yorkaise Agnes Gund, a salué le travail de personnalités telles que Lynne Cooke, Alanna Heiss et Germano...

Tags : , , , , , ,

Ad.