« Singapour »

Pearl Lam ouvre un nouveau lieu à Singapour

Pearl Lam Galleries s’offre un nouveau lieu à Singapour, dans le récent quartier de luxe de Dempsey Hill. Acteur établi de la scène de l’art contemporain asiatique et occidental depuis plus de vingt ans, Pearl Lam Galleries, avec trois autres galeries à Hong Kong et à Shanghai, s’attache à abolir toute hiérarchie entre les différentes disciplines artistiques et à valoriser les échanges interculturels. Pearl Lam défend des artistes chinois, tels que Zhu Jinshi et Su Xiaobai, et introduit des artistes occidentaux, tels que Jenny Holzer, Leonardo Drew ou Carlos Rolón/Dzine sur le marché chinois. Avec l’ouverture de ce nouvel espace, Pearl Lam marque son engagement à Singapour, où elle était déjà présente, afin de connecter entre elles les différentes générations de collectionneurs, tout en sensibilisant un nouveau public. Le 24 novembre, une exposition personnelle de l’artiste Su Xiaobai a inauguré ce...

Tags : , , ,

Le pavillon singapourien a été confié à l’artiste Zai Kuning

L’artiste Zai Kuning représentera Singapour, sous la houlette du commissaire d’exposition June Yap, lors de la 57e Biennale de Venise, qui se tiendra du 13 mai au 26 novembre 2017. Leur proposition renvoie à plus de 30 années de recherches par l’artiste sur la culture et l’histoire malaise en Asie du Sud-Est. Né à Singapour en 1964, le travail de Zai a été exposé dans un nombre important d’expositions de groupe, récemment dans « Who interprets the world? » (2015) au Musée d’art contemporain de Kanazawa au Japon, mais aussi « Secret Archipelago » (2015) au Palais de Tokyo à...

Tags : , , , , , , , , , , ,

Singapour, terne eldorado ?

Le marché de l’art singapourien traverse une période difficile. Cependant, malgré les difficultés, les experts se montrent optimistes et voient un marché construit sur des bases saines qui devraient lui permettre de traverser cette période de perturbations en renforçant sa compétitivité et sa connexion au reste du monde de l’art. Il y a des signes qui ne trompent pas. Avec la fermeture de plusieurs musées, dont la Pinacothèque à Singapour, le départ de plusieurs galeries, le tout corrélé à une baisse de la fréquentation des institutions ainsi qu’à des ventes en berne — qui ont notamment provoqué l’annulation de la Singapore Art Fair et la Milan Image Art & Design Fair Singapore après des premières éditions pourtant réussies. Si la valeur économique globale du marché a augmenté durant la dernière décennie, passant de 340.3 M$ à 528.7 M$ en 2013, les deux dernières années montrent une correction du marché. Le marché de l’art singapourien est relativement jeune, installé depuis une cinquantaine d’années. Pour Bala Starr, directrice de l’Institute of Contemporary Arts Singapore, le constat est le suivant : « La scène artistique locale a besoin d’être connectée au reste du monde. Le commerce se développe dans le contexte d’une scène élargie. Le plus grand avantage pour Singapour est de se constituer une solide réputation comme précurseur des arts en Asie. Que Singapour soit un jeune marché représente un atout et nous donne l’opportunité de convertir le public en amateurs d’art....

Tags : , , ,

La Pinacothèque de Paris à Singapour ferme à son tour

La Pinacothèque de Paris à Singapour va fermer. En cause, une fréquentation insuffisante et un procès avec le groupe Arthemisia qui organisait l’une des dernières expositions de l’institution. Après la fermeture de la Pinacothèque de Paris en février dernier, c’est le site de Singapour qui est contraint à la fermeture, environ un an après son ouverture. La société Art Heritage France, qui gérait le site de Paris, a été placée en redressement tandis qu’Art Heritage Singapour est en procès avec le groupe Arthemisia qui avait été chargé de l’organisation de l’exposition inaugurale de la Pinacothèque de Paris à Singapour « The Myth of Cleopatra » en mai dernier. C’est Arthemisia qui a engagé des poursuites pour un défaut de paiement s’élevant à 435.000 € en réponse de quoi Art Heritage Singapour a contre attaqué affirmant que la firme italienne n’a pas respecté ses obligations dans le cadre du contrat signé entre les deux parties. Des difficultés qui s’accumulent pour le musée privé de Marc Restellini qui doit fermer un deuxième site en l’espace de quelques...

Tags : , , ,

La 5e édition de la Biennale de Singapour se précise

La 5e édition de la Biennale de Singapour se tiendra du 28 octobre au 26 février 2017, et sera intitulée « An Atlas of Mirrors ». Un titre qui évoque le thème de l’exploration vers l’inconnu, entre l’Atlas permettant de cartographier les territoires, et le miroir qui, en réfléchissant, multiplie les perspectives, deux instruments qui ouvrent sur une terra incognita aussi vaste que profonde. Une exploration à la fois horizontale et verticale pour ouvrir notre perception à travers plusieurs points de vue artistiques des différentes régions d’Asie. Quatre commissaires associés de quatre pays guideront ce projet curatorial : Suman Gopinath (Inde), Nur Hanim Khairuddin (Malaisie), Michael Lee (Singapour) et Xiang Liping...

Tags : , ,

Ad.