« Rens Lipsius »

Les Ideal Artist Houses de Rens Lipsius

New York, Paris, Amsterdam… Rens Lipsius a posé les fondements de son concept Ideal Artist Houses à mesure de ses rencontres avec des artistes, tels John Coplans ou Dennis Oppenheim, des collectionneurs ou encore de simples amateurs d’art. Lipsius ou voir l’art autrement.   Depuis les années 1980, il a réalisé sept Ideal Artist Houses, réparties entre les États-Unis, les Pays-Bas et la France, et pensées à chaque fois comme des œuvres d’art totales. Un temps directeur artistique de la Fondation Icar à Paris, Rens Lipsius développe une vision globale du monde de l’art, de son marché et de ses influences. Retour sur l’histoire de ce peintre au parcours international et atypique.   Comment est né votre concept Ideal Artist Houses ? Rembrandt disait à propos de l’acte du peintre : « Il suffit de prendre un pinceau et de peindre ». Je suis en partie d’accord avec cette réflexion, mais commencer un tableau n’a rien d’évident du tout ! Il faut se donner les outils pour se stimuler. Et, pour moi, c’est en créant un environnement, un contexte favorable à l’acte créatif que l’on y arrive. Faire un espace qui est physiologiquement adapté à ses besoins incite l’œil. Alors, bien entendu, Ideal Artist Houses n’est pas apparu du jour au lendemain.   Avant de vous consacrer à la peinture, vous avez débuté votre carrière comme photographe. Comment êtes-vous finalement passé de l’un à l’autre ? J’ai commencé une carrière de photographe à l’âge de 20 ans, mais la peinture a toujours été présente. J’ai très tôt senti que le sujet qui m’intéressait avant tout était la lumière. Car, aussi bien dans la photographie que dans la peinture, tout tourne autour de la lumière. Pour la photographie, cela se traduit de façon assez directe par la sensibilité chimique, tandis que dans la peinture, il...

Tags : , , , ,

Ad.