« René Magritte »

Data : Magritte, pas de surréalisme sur le marché

Omniprésent sur la dernière édition de la FIAC et bénéficiant d’une belle actualité institutionnelle, René Magritte semble avoir le vent en poupe. Démonstration… à l’épreuve des chiffres. René-François-Ghislain Magritte naît le 21 novembre 1898 à Lessines, dans le Hainaut (Belgique). Ses parents — Léopold est marchand-tailleur et Régina a exercé comme modiste — s’installent rapidement à Gilly et incitent le jeune Magritte à suivre des cours de peinture. Il fréquente alors l’atelier de Félicien Defoin. En 1912, les méandres de la famille ont raison de la vie de Regina, qui se jette dans la Sambre. Les difficultés économiques et les dissensions au sein du couple ont été des épreuves trop lourdes. En 1913, à la foire de Charleroi, Magritte rencontre Georgette Berger. Les premières peintures connues de Magritte, de facture impressionniste, datent de 1915. Cette année correspond à son inscription à l’Académie des Beaux-arts de Bruxelles, où il suit les cours d’Émile Van Damne-Sylva, Gisbert Combaz et Constant Montald. En 1918, la famille Magritte s’installe à Bruxelles et voit le jeune peintre entamer son activité d’affichiste — une première affiche pour le pot-au-feu Derbaix est éditée. Il travaille entre 1919 et 1920 dans l’atelier de Pierre-Louis Flouquet, qui lui fait découvrir les courants d’avant-garde : cubisme, orphisme et futurisme. Ces influences diverses seront une source d’inspiration, pour un temps seulement. Libéré de toutes obligations militaires, Magritte épouse en juin 1922 Georgette Berger, retrouvée par hasard au Jardin botanique de Bruxelles. Il officie ensuite comme dessinateur, avec le peintre Victor Servranckx, dans l’usine de papier peint Peters-Lacroix, à Haren. Il rédige avec ce dernier un manifeste, L’Art pur. Défense de l’esthétique, jamais publié. En 1924, Magritte quitte l’usine de papier peint Peters-Lacroix et entame de nouveaux petits travaux d’affichiste ou d’illustrateur. Parallèlement, les choses s’accélèrent. Magritte et Mesens se rapprochent...

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Le Centre Pompidou fêtera aussi ses 40 ans à Arles

Le Centre Pompidou fêtera ses 40 ans partout en France, et même lors des Rencontres d’Arles 2017. Le musée y présentera du 3 juillet au 24 septembre l’exposition « Le spectre du surréalisme », sous la houlette de la commissaire d’expositions Karolina Ziebinska-Lewandowska. Il s’agira d’interroger les archétypes de la photographie surréaliste, du Gros Orteil de Jacques-André Boiffard au Portrait d’Ubu de Dora Maar. Diachronique, l’exposition fera dialoguer Hans Bellmer et Aneta Grezeszykowska, Brassaï et Zoe Leonard, René Magritte et Erwin Wurm, ou encore Raoul Ubac et Arthur...

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Résultats de l’Hôtel Drouot en art moderne et dessins et tableaux anciens

Le mercredi 25 mars 2015, l’Hôtel Drouot a organisé une vente de tableaux d’art moderne et de dessins et tableaux anciens. En art moderne, la pièce majeure était Le modèle de René Magritte, une huile sur toile signée de 1922, qui a doublé son estimation initiale pour atteindre le prix de 593.170 €. Dans cette toile, le peintre reprend un thème classique, le nu féminin, en l’imprégnant de sa vision moderne. Un autre lot s’est démarqué au cours de cette vente : l’huile sur toile, Roses (1891) d’Henri Fantin-Latour, considéré par le critique d’art Louis Astruc comme le « nouveau Chardin ». Cette dernière a suscité une vive bataille d’enchères, dont le coup de marteau final fixait son prix à 502.905 €. En ce qui concerne les dessins et tableaux anciens, c’est le peintre hollandais Adriaen van der Werff (1659-1722) qui a dominé la vente avec son huile sur panneau de chêne Le jeu de cartes (1680) adjugé à 287.960 €. L’histoire de ce tableau l’a fait passer de collections prestigieuses en ventes publiques célèbres, telles que la collection du Comte Lothar Franz von Schönborn (1655-1729), prince-électeur de Mayence, et la galerie du château de...

Tags : , , , , , ,

L’art surréaliste en vente chez Christie’s Londres

Londres, le 15 janvier 2014, Art Media Agency (AMA). Christie’s Londres annonce sa prochaine vente du soir consacrée à l’art surréaliste. Elle aura lieu le 4 février 2014. La vente comprend 54 lots. Les pièces mises en vente se situent entre 40.000 £ et 9 M£ (entre 48.084 € et 10,8 M€). L’estimation de la vente, selon Christie’s Londres, est comprise entre 137,1 M£ et 199,5 M£ (entre 164,8 et 239,8 M€). Des œuvres de Magritte, Carlo Carrà, Paul Delvaux, De Chirico, Dalí, Domínguez, Ernst, Arshile Gorky, Man Ray, Tanguy et Dorothea Tanning seront présentées. La pièce phare de cette vente est un tableau de René Magritte (1898-1967) : Les Chasseurs au bord de la nuit (1928). Il a été réalisé alors que Magritte séjournait à Paris, afin de se rapprocher des membres du mouvement surréaliste. En outre, le tableau a notamment été offert aux yeux du public lors de l’exposition « Magritte, le mystère de l’ordinaire, 1926-1938 », organisée en 2013 au Museum of Modern Art de New York. Il est estimé entre 6 et 9 M£ (entre 7,21 et 10,8 M€). C’est la première fois que cette œuvre est présentée lors d’une vente aux...

Tags : , , , , , ,

Le Poisson soluble : en quête du Surréel

Paris, le 27 novembre 2013, Art Media Agency (AMA). Depuis ses débuts à la fin des années 1910 et au début des années 1920 en tant que mouvement littéraire, le Surréalisme s’est répandu jusqu’à avoir une influence internationale, modelant les œuvres de peintres tels que Max Ernst (1891- 1976), Joan Miró (1893 – 1983) et André Masson (1896-1987), ainsi que de photographes comme Man Ray (1890-1976). S’étant développé à partir de la période « dadaïste » qui avait dominé la production artistique de la décennie précédente, le Surréalisme prônait le potentiel imaginatif du subconscient, en se fondant sur les études de psychologie effectuées par Sigmund Freud. Les adeptes du mouvement ont réalisé des œuvres qui se sont concentrées sur la dimension cérébrale, sur l’imagination et l’inattendu, notamment des artistes parmi lesquels Salvador Dalí, jouant plaisamment avec une folie aux yeux grand ouverts. Une série de récentes expositions au sein d’institutions artistiques du monde entier atteste de l’influence persistante et toujours actuelle du Surréalisme sur l’étude et la production artistique de nos jours. Art Media Agency a examiné les débuts révolutionnaires du mouvement, ainsi que le statut des œuvres contemporaines un siècle après leur création. Résoudre l’ancienne contradiction entre les conditions du rêve et de la réalité Le terme « surréaliste » est tout d’abord apparu dans une lettre de l’écrivain Guillaume Apollinaire adressée au poète belge Paul Dermée en 1917. La même année, le mot figurait dans la préface des Mamelles de Tirésias, une pièce écrite en 1903 et s’inspirant de l’histoire du devin thébain Tirésias, qui change de sexe en vue d’obtenir le pouvoir parmi les hommes. Pour Apollinaire, le Surréalisme indiquait un « retour à la nature elle-même » sans pour autant imiter cette nature à la manière du réalisme photographique. La pièce d’Apollinaire offre des indices sur...

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ad.