« rapport 2015 »

L’art aux enchères : 30 milliards d’euros

L’autorité française de régulation des enchères publiques édite chaque année son « rapport ». L’occasion de se pencher sur la vitalité du marché, de New York à Paris. Le point sur le secteur très lucratif de l’art et des objets de collection. Le monde est bipolaire… L’affaire n’est sans doute pas nouvelle, elle est simplement aujourd’hui confirmée par le dernier Rapport d’activité du Conseil des ventes volontaires, autorité de régulation des enchères publiques en France, qui livrait cet été ses conclusions pour l’année 2015. C’est ainsi… D’un côté, les États-Unis et la Chine, générant à eux-seuls les deux tiers de l’activité mondiale des ventes aux enchères, soit 66,2 % du très lucratif secteur « Art et objets de collection » ; de l’autre, le reste du monde. Et comme rien n’est simple au royaume de la finance, l’écart entre les deux géants se creuse cette année encore davantage. Alors que le produit de vente accuse une envolée de 20,8 % chez l’Oncle Sam, grimpant de 9,27 milliards d’euros en 2014 à 11,2 en 2015, l’Empire du Milieu se tasse avec 8,68 milliards d’euros en 2015, soit – 0,6 point. À la hausse, les États-Unis représentent donc désormais 37,3 % du marché mondial, alors que la Chine, en phase d’ajuste­ment depuis 2013, un peu à la traîne, compte pour 28,9 %. Bref, le marché de l’art des ventes aux enchères, aujourd’hui, c’est quelque 30 milliards d’euros, dépensés aux quatre coins de la planète en tableaux flamands, en commodes estampillées XVIIIe, en céramiques d’époque Ming… Autant dire que depuis 2009, selon les chiffres brassés par le Conseil des ventes, les montants adjugés sur le second marché ont plus que doublé, prenant + 126 %. Seule ombre au tableau, la molesse enregistrée entre 2011 et 2012, léger coup de mou en partie...

Tags : , , , , , , , , , ,

Le rapport 2015 sur l’art chinois et les enchères

La dernière livraison du rapport 2015 sur l’art chinois et les enchères dans le monde, publié fin août par Artnet en partenariat avec la China Association of Auctioneers (CAA), fait état d’un retrait d’un peu plus de 10 %, passant de 7,9 Mrds $ en 2014 à 7,1 Mrds en 2015. Si les ventes d’art chinois à l’étranger ont plus que quadruplé depuis 2009 – avec, de manière inattendue, une forte poussée en 2015 -, le marché en Chine a quant à lui traversé une période de refroidissement. Selon le Global Chinese Art Auction Market Report, le produit vendu aux enchères en Chine continentale continue de décroître en 2015, totalisant 4.4 Mrds $, soit une chute de 19 % par rapport à 2014, passant ainsi sous le niveau de 2012. Toujours en Chine continentale, le nombre de maisons de ventes proposant de l’art chinois a chuté à 274, soit 18 de moins qu’en 2014, marquant pour la première fois un recul du nombre de maisons actives au cours des quatre dernières années. Le marché de la peinture et de la calligraphie chinoises a lui aussi connu une baisse le ramenant à son plus bas niveau depuis six ans, à la fois en terme de valeur (62 %) et de volume (43 %). Heureusement dopé par une augmentation de la demande en Occident, notamment nord-américaine, le marché hors Chine a toutefois atteint un niveau historique en 2015, totalisant 2.6 Mrds $, une proportion s’élevant pour la première fois à plus de la moitié du marché de la Chine...

Tags : , , , , , ,

Rapport Artprice 2015 sur l’art contemporain

Artprice publie son bilan de l’art contemporain pour l’année, de juillet 2014 à juin 2015, pointant la constante envolée de l’art contemporain, première « locomotive » du marché de l’art, qui a décidément détrôné l’art moderne. La tendance n’a pas fléchi, l’art contemporain est toujours en tête en salle des ventes, et le grand nombre de résultats aux enchères maintient le niveau des prix. La cote des artistes contemporains est donc à présent établie, mais il ne faut pas oublier que 68 % des recettes globales de l’art contemporain reposent sur 100 artistes, et 35 % sur seulement 10 d’entre eux ! Le record de produits totaux de ventes pour un seul artiste revient à Basquiat, suivi par Christopher Wool, dont le chiffre d’affaires dépasse également la centaine de millions et qui détrône Jeff Koons, désormais en troisième position. Derrière eux, Peter Doig et Martin Kippenberger poursuivent leur ascension avec des œuvres vendues plus de 20 M$. Le rapport Artprice dévoile également d’autres chiffres parlants : 1,76 Mrd$ d’œuvres contemporaines vendues aux enchères publiques cette année, une croissance de 1.800 % sur les quinze dernières années et une baisse de 12 % par rapport à l’année précédente. La vente «Looking Forward to the Past», concept inédit lancé par Christie’s, retraçant plus d’un siècle de modernité, des impressionnistes aux artistes les plus contemporains, a réalisé un chiffre d’affaires de 705,9 M$, le troisième meilleur résultat de l’histoire des ventes aux enchères. Classée la maison de ventes la plus puissante du monde, Christie’s constitue 37 % du chiffre d’affaires du marché de l’art contemporain mondial. Le pays en pole position n’est plus la Chine, leader depuis quatre ans, mais les États-Unis. Le pays représente 37 % du chiffre d’affaires mondial tandis que New-York réalise 97 % du produit des ventes américaines. Des...

Tags : , , ,

Ad.