« pillage »

Une vente aux enchères annulée au Japon

Le 4 novembre dernier, La Chine a fait annuler une vente aux enchères japonaise qui proposait des trésors culturels pillés. Le communiqué de presse publié par l’Administration d’État du Patrimoine Culturel (AEPC) n’a pas révélé les détails de la vacation. Après une enquête réalisée par l’AEPC dans le but de définir la provenance des pièces, la maison japonaise Yakohama International Auction a décidé d’annuler sa vente. « Illégalement obtenus par Otani Kozui et ses confrères » — selon le communiqué de presse de l’AEPC —, la vente devait présenter des peintures murales de Dunhuang et des manuscrits bouddhiques datant de la dynastie Tang (618-907). L’explorateur japonais Otani Kozui avait réalisé et financé plusieurs expéditions dans la région nord-ouest chinoise, entre 1902 et 1914, et avait probablement acquis des pièces illégalement, avant de les rapatrier sur le territoire japonais. C’est la première fois que la Chine réussit à faire annuler une vente aux enchères se déroulant en dehors de son territoire, malgré les traités internationaux protégeant ces biens...

Tags : , , , , , , ,

La Kunsthalle Mannheim découvre 18 œuvres potentiellement volées par les nazis dans sa collection

La Kunsthalle Mannheim, en Allemagne, a découvert 18 œuvres de sa collection qui ont potentiellement été volées à leurs propriétaires juifs par les Nazis. Ces 18 œuvres incluent des sculptures et dessins d’artistes comme Laszlo Moholy-Nagy, Max Slevogt et Edgar Degas, entre autres. Le musée a enregistré les œuvres avec la German Lost Art Foundation et la Lostart database, dans l’espoir de prendre contact avec les possibles héritiers. La fondation a été créée en janvier dernier pour aider les recherches des institutions sur la provenance des œuvres et faire respecter les Principes de Washington de 1998, un ensemble de lignes directrices pour déterminer si l’objet d’art a été obtenu illégalement par le régime nazi. La Kunsthalle Mannheim a fait des recherches sur la provenance de sa collection depuis 2011 et a découvert seulement récemment « des indices indiquant que ces travaux auraient été volés par le régime national-socialiste....

Tags : , , , , , ,

François Hollande veut créer un droit d’asile pour les œuvres menacées

Le 17 novembre 2015, le président français François Hollande a déclaré au siège de l’Unesco, à Paris, qu’il souhaitait créer un droit d’asile pour les œuvres menacées. Lors de son discours devant les délégués de 195 États-membres de l’ONU à l’Unesco, François Hollande a fait part de la détermination de la France à s’investir activement dans la préservation du patrimoine de l’humanité. Avec Jean-Luc Martinez, le directeur du Louvre, à qui il a demandé un ensemble de propositions concrètes le jour de l’attentat du Bardo, à Tunis, le président de la République française souhaite créer un droit d’asile pour les œuvres menacées, par la destruction et par le marché noir. François Hollande explique ainsi le fonctionnement de ce pillage organisé : « L’organisation terroriste Daesh délivre des permis de fouilles, prélève des taxes sur des œuvres qui vont ensuite alimenter le marché noir mondial, transitant par des ports francs qui sont des havres pour le recel et le blanchiment, y compris en Europe. » Pour Jean-Luc Martinez, il faut donc créer un statut particulier pour les œuvres expatriées pour leur sécurité, en attendant d’être rendues à leur pays d’origine. De plus, le pillage d’œuvres inconnues doit être anticipé et combattu par un important travail de documentation destiné à conserver la mémoire des sites. Ces efforts viendraient s’ajouter à ceux, déjà colossaux, des responsables sur place : en Syrie par exemple, le directeur des antiquités Maamoun Abdulkarim, a réussi à protéger des milliers d’objets, même à Palmyre, où 400 sculptures ont pu être évacuées avant l’arrivée de...

Tags : , , , , , , , , , ,

Restitutions d’antiquités par les musées pendant l’enquête sur le marchand Subhash Kapoor

De plus en plus d’institutions doivent procéder au retour d’antiquités achetées par le biais d’un antiquaire basé à Manhattan, Subhash Kapoor, qui a été à la tête d’une galerie à présent fermée, « Art of the Past », durant plus de trois décennies. Subhash Kapoor est maintenant en attente de jugement en Inde pour accusations de contrebande et pillage d’objets d’une valeur de plus de 100 M$. Bien qu’il continue de tout nier, l’ancien propriétaire de sa galerie, Aaron Freedman, a plaidé coupable en 2013 à New York à la Cour Suprême de Justice pour possession de biens volés et collabore actuellement avec les autorités fédérales, qui ont confisqué plus de 2.000 objets issus des réserves qui appartenaient à Kapoor et ses associés. Pour nommer quelques-uns de ces retours, le 19 octobre 2015, le Asian Civilisations Museum à Singapour a du rendre une sculpture en bronze du XIe siècle de la déesse hindoue Uma Parameshvari, achetée pour 650.000 $ chez le concessionnaire en 2007. Cette sculpture a été identifiée comme l’un des 150 artefacts qu’Aaron Freedman identifie comme pillé dans les documents de la Cour suprême de New York, puis vendu à des institutions. Le 5 octobre, la chancelière allemande Angela Merkel a personnellement restitué une statue du Xe siècle de la déesse hindoue Durga qui avait été exposée dans le Musée Linden à Stuttgart et avait été vendue pour 250.000...

Tags : , , , , , , , , ,

L’Italie envoie des Casques bleus pour protéger le patrimoine du Moyen-Orient

Le 24 octobre 2015, le ministre de la culture italien Dario Franceschini a approuvé publiquement le déploiement des Casques bleus pour la protection du patrimoine menacé par les islamistes extrémistes. D’après une étude récemment publiée par des chercheurs du Dartmouth College, aux États-Unis, des acteurs aussi divers que Daesh, les forces kurdes et les autorités syriennes sont potentiellement responsables de pillages et de destructions de l’héritage culturel de Syrie. Cette étude est basée sur une analyse satellite de 1.300 sites archéologiques syriens dont les images actuelles ont été comparées à d’autres plus anciennes par Digital Globe. L’anthropologue Jesse Casana, qui a dirigé l’étude, a expliqué : « Des exemples de pillages sévères sont observés dans les zones contrôlées par l’État islamique et par le régime syrien » Du fait de cette destruction continue, le gouvernement italien a décidé d’envoyer les gardiens de la paix des Nations Unies, les Casques bleus. Dario Franceschini a déclaré à ce propos : « Après les attaques terroristes [de Daesh] et les terribles images de Palmyre, la communauté internationale ne peut se contenter de rester en retrait et de regarder. » 53 pays ont voté en faveur de cette mesure de protection, qui inclut le site de Palmyre, assailli depuis mai 2015. Les Casques bleus ont notamment appris des expériences italiennes et internationales de protection et de sécurisation du...

Tags : , , , , , , , , , ,

Ad.