« pascal pinaud »

Pascal Pinaud ou la mémoire des gestes

Grosse saison pour le plasticien Pascal Pinaud. Deux expositions lui sont actuellement consacrées près de Nice (« Sempervivum » à la fondation Maeght et « C’est à vous de voir » à l’Espace de l’Art Concret), avant que le Frac de Marseille ne leur emboîte le pas. Le sud de la France est une terre artistique vivace, et Nice l’un de ses viviers. Dès la fin des années 1950, l’École de Nice a écrit une histoire de l’art, autonome à Paris, avec comme chefs de file Arman, Albert Chubac, Yves Klein, Martial Raysse, Ben ou Bernar Venet. À la croisée de divers courants – Nouveau réalisme, Fluxus, Support/Surface –, elle a donné des couleurs à la scène française. Pascal Pinaud est un enfant de cette école niçoise, même s’il est né un peu plus loin, à Toulouse, en 1964. Diplômé de la Villa Arson (Nice) en 1990, il y enseigne depuis 1999. En outre, il a réalisé plusieurs projets dans la région, comme une « composition exubérante de réverbères hybrides » pour un arrêt de tram du quartier de Saint-Jean-d’Angély (Nice, 2007). Les trois institutions qui programment Pascal Pinaud en 2017, la fondation Maeght, l’Espace de l’Art Concret et le Frac PACA, rendent ainsi un bel hommage à un enfant – adoptif – de la région. Une rétrospective, deux projets in situ À la fondation Maeght, « Sempervivum » prend des airs de rétrospective : tableaux, dessins, photographies, sculptures, installations et néons sont dévoilés au public, le tout réalisé entre 1989 et 2016. « Cela donne l’impression d’une exposition collective », souffle Pascal Pinaud. On ne peut lui donner tort, tant son œuvre occupe un large spectre formel. Pascal Pinaud est un artiste sériel, qui ne donne jamais de fin à ses séries. « En sortant de la Villa Arson, j’avais quatre séries en cours, aujourd’hui il y en a 34 »,...

Tags : , , , , , , ,

Exposition Pascal Pinaud à la galerie Nathalie Obadia

Paris, le 10 février 2012, Art Media Agency (AMA). La galerie Nathalie Obadia présente jusqu’au 25 février 2012 « Sept ans de réflexion », une exposition de l’artiste Pascal Pinaud. L’artiste y poursuit une démarche de communication entre l’art populaire, décoratif, familier et la grande peinture. Cette exposition est dominée par un « arbres à fèves », de 3,2 mètres de haut, un arbre en résine sur lequel ont été collées 20.841 fèves collectées un peu partout en France. « Le résultat, c’est une sculpture qui a été sucée par plein de gens, une œuvre d’art comportant des milliers d’ADN. C’est aussi un arbre de vie, un trophée qui ne rassemble que des gagnants, des rois et des reines », selon l’artiste. Cette œuvre évoque également un thème cher à Pascal Pinaud, la collection, à travers la disposition d’assiettes en faïence de Delft accrochées aux murs. Parmi les autres œuvres présentées, la série des « Patères » consiste quant à elle à en une récupération de débris chez un verrier, débris qu’il réassemble tels quels : « En même temps, je m’inscris dans une démarche de récupération, dans un désir d’accommoder les restes dont je ne choisis ni les couleurs ni les formes. Je vole les savoir-faire tout en essayant de les transformer en œuvres ». Né en 1964 à Toulouse, Pascal Pinaud travaille à Nice ; il enseigne à la villa d’Arson, où il n’hésite pas à mettre ses étudiants à contribution, pour la conception de l’arbre à fèves par...

Tags : , , , , , ,

Ad.