« Otto Dix »

La Première Guerre mondiale vue par Otto Dix au Staatlichen Kunstsammlungen de Dresde

Dresde, le 12 décembre 2013, Art Media Agency (AMA). Le Staatlichen Kunstsammlungen de Dresde en Allemagne propose une exposition consacrée à l’artiste Otto Dix, du 5 avril au 13 juillet 2014. Intitulée « Otto Dix. Der Krieg – Das Dresdner Triptychon », la manifestation aura lieu l’année du centenaire des débuts de la Première Guerre mondiale. À cette occasion, le musée explore quatre panneaux de l’artiste, ainsi que la série de gravures Der Krieg (La Guerre), publiée en 1924, ainsi que des études préliminaires et dessins de l’époque passée au front. Utilisant des techniques de maîtres anciens, Dix a peint le Dresdner Triptychon entre 1929 et 1932. Dans cette œuvre, il exprime la montée du nationalisme dans la République de...

Tags : , , , , , , ,

Otto Dix et la Nouvelle Objectivité au musée de Stuttgart

Stuttgart, le 21 janvier 2013, Art Media Agency (AMA). Jusqu’au 7 avril, le Kunstmuseum de Stuttgart présente l’exposition « L’œil du monde – Otto Dix et la Nouvelle Objectivité 1920 – 1945. » Des grands mouvements qui ont traversé l’art moderne au XXe siècle, l’un des courants artistiques qui a connu le moins de médiatisation grand public est peut être celui de la Nouvelle Objectivité, dont les plus célèbres représentants sont Otto Dix, George Grosz, Rudolf Schlichter et Georg Scholz. Otto Dix s’attribue lui-même cette orientation artistique : « La Nouvelle Objectivité, c’est moi qui l’ai inventée ». Avec un regard froid sur son propre temps, l’artiste peint quelques-uns de ses tableaux les plus importants pendant la République de Weimar. Parmi les chef-d’œuvres exposés, on trouvera La grande ville devenu triptyque et icône des Années Folles ou bien le légendaire Portrait de la danseuse Anita Berber datant de 1925. Ces œuvres centrales constituent les pièces principales de la collection de Stuttgart et forment le point de départ de la grande rétrospective présentée au musée des Beaux Arts de Stuttgart depuis le 10 novembre...

Tags : , , , , , ,

« Talking Heads » : une sélection d’oeuvres de la collection de George Economou

Athènes, le 11 juillet 2012, Art Media Agency (AMA). De juin à septembre 2012, une sélection d’œuvres sous le titre « Talking Heads » du collectionneur grec George Economou est exposée dans le nouveau bâtiment de la Collection George Economou à Athènes. Pour la première fois, une grande partie de la collection d’art contemporain et africain de George Economou est dévoilée au public. Il s’agit de la première d’une série d’expositions sur la collection. Elle réunit des œuvres d’une grande richesse de cultures et d’artistes, datées de 200 avant J.-C. à nos jours. Mettant l’accent sur l’influence de l’art africain, sur la portraiture occidentale, la représentation du visage et de l’identité à travers les siècles et le rôle du défigurement dans la représentation de la psyché,  « Talking Heads » ouvre un dialogue entre les masques africains, les portraits et les sculptures modernes de la collection. L’exposition est conçue en trois parties. La première présente des masques provenant du Ghana, du Nigeria, du Mali et de la République démocratique du Congo comme une sorte d’intermédiaire entre l’être humain et l’inconnu. La deuxième partie se base sur la juxtaposition de ces masques et des œuvres modernes tel qu’un portrait fauviste de Kees van Dongen ou un portrait cubiste d’Auguste Herbin, tandis que la troisième partie traite l’approche contemporaine de l’identité et du visage par le biais de nouveaux matériaux et des techniques novatrices d’artistes comme Neo Rauch, Gary Hume et Joannis Avramidis. La Collection George Economou reflète le dynamisme et la complexité des différentes périodes de l’histoire de l’art en comprenant des œuvres d’artistes renommés comme Eugène Delacroix, Félix Vallotton, Henri Matisse, Pablo Picasso, Andy Warhol, Claes Oldenburg, ainsi que la totalité de la collection graphique d’Otto Dix, l’œuvre graphique d’Otto Mueller et une collection importante d’art africain. George Economou, magnat...

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quatre œuvres d’Otto Dix retrouvées

Düsseldorf, le 2 septembre 2011, Art Media Agency (AMA). Le galeriste Herbert Remmert vient d’annoncer la découverte de quatre œuvres de l’artiste allemand Otto Dix. L’ensemble est estimé à 800.000 € et est composé de trois aquarelles et d’une étude. Les correspondants du journal Le Monde en Allemagne — Natalia Drozdiak, Guy Kerivel — rapportent qu’une exposition consacrée à cette découverte devrait prendre place avant la fin de l’année. L’authenticité des objets est assurée par la provenance de ces derniers, ils appartenaient à Hans Koch ami de l’artiste. Les pièces seraient datées du début des années 20, période pendant laquelle Dix s’était établi à Düsseldorf. C’est également à Düsseldorf que les œuvres ont été retrouvées dans la maison des descendants d’Hans Koch. Les trois aquarelles sont intitulées Soubrette, Nächtens et Strich III et l’étude serait relative à une des toiles figurant dans les collections de la Neue Nationalgalerie de...

Tags : , , , ,

Ad.