« musée du jeu de Paume »

Peter Campus, repli et déploiement

C’est une rare et belle rétrospective que consacre le musée du Jeu de Paume à Peter Campus, pionnier de l’art vidéo trop méconnu en France. De l’introspection collective à la sérénité des dernières années, instantané d’un parcours. C’est regrettable, mais c’est aussi une chance rare que d’être confronté au travail de Peter Campus en France. Une seule apparition à souligner ces cinq dernières années. C’était en 2015, à la galerie mfc-michèle didier, pour l’exposition « Anarchive, Affinités / Diversités » qui présentait une collection de projets multimédias interactifs. De Peter Campus était alors exposée la vidéo offshore (2013), un plan fixe des rivages de Shinnecock Bay (État de New York) synthétisé en larges pixels retravaillés. Pour retrouver la dernière exposition monographique de Peter Campus en France, il faut remonter à 1993 avec un projet à La Box, la galerie de l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Et pour cause… S’ils sont peu exposés, c’est que les dispositifs vidéos de Peter Campus sont un véritable casse-tête. Face à Optical Sockets (1972-1973), composé de quatre caméras de vidéo surveillance placées sur trépieds au ras du sol, aux coins d’un périmètre carré, avec quatre moniteurs superposant les images des visiteurs pénétrant le champ sous l’œil des caméras, le vidéaste s’exclame : « Nous avons mis deux jours rien qu’à ajuster les réglages de cette installation ». Plus qu’une simple problématique logistique, cette difficulté d’installation a pu inquiéter l’artiste quant à la pérennité de son œuvre. « Une fois la pièce éteinte, c’est fini. Ce n’est pas comme si elle restait présente, telle une sculpture dans un musée. J’ignorais si mes installations pourraient vivre plus que quelques années », explique-t-il à Mathilde Roman dans le catalogue de l’exposition. Avec « peter campus, video ergo sum », le Jeu de Paume consacre une rétrospective louable à un vidéaste trop méconnu dans l’Hexagone. Un...

Tags : , , , , , , ,

Une rétrospective du photographe Robert Adams au Jeu de Paume

Paris, le 18 novembre 2013, Art Media Agency (AMA). Du 11 février au 18 mai 2014, le musée du Jeu de Paume présente  l’exposition rétrospective « L’endroit où nous vivons », consacrée au travail du photographe américain Robert Adams. L’exposition regroupe plus de 250 photographies et une sélection d’œuvres que Robert Adams a produites durant sa carrière longue de près de 40 ans. Parmi les sujets abordés dans ses œuvres, Robert Adams s’intéresse au paysage changeant de l’Ouest américain, à la transformation du paysage du Colorado, mais aussi à l’Oregon, où il habite depuis 15 ans, et qui l’a également beaucoup inspiré. L’exposition qui est organisée par la Yale University Art Gallery est proposée dans de nombreuses institutions à travers le monde. Ayant débuté à la Vancouver Art Gallery, elle a voyagé au Denver Art Museum, au LACMA, à la Yale University Art et en Europe au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia de Madrid avant d’être présentée au Musée du Jeu de Paume....

Tags : , , , , ,

Facebook censure le Musée du Jeu de Paume

Paris, le 7 mars 2013, Art Media Agency (AMA). Le Musée du Jeu de Paume à Paris expose du 26 février au 12 mai 2013 le travail de la photographe française Laure Albin-Guillot. Comme le révèle le site d’Arrêt sur images, le musée avait publié sur son compte Facebook une photographie de l’artiste Laure Albin-Guillot afin de présenter cette exposition. Mais la photographie publiée par le musée représentant un nu féminin, elle fut immédiatement censurée par le réseau social. La page Facebook du musée détaille : « Vendredi, le compte du Jeu de Paume a été bloqué pendant 24 heures suite à une décision de Facebook, qui a jugé que la photo ci-joint enfreignait les « Standards de la communauté Facebook ». Nous avions déjà commis d’autres infractions par le passé, en publiant des nus de Willy Ronis et de Manuel Álvarez Bravo. Au prochain avertissement de Facebook, notre compte risque d’être définitivement désactivé. Aussi nous ne publierons plus de nus, même si nous pensons que leur valeur artistique est grande et que ces photographies, en rien pornographiques, respectent « le droit de publier des contenus de nature personnelle ». » Le réseau communautaire est coutumier du fait. En juillet 2012, par exemple, Facebook censurait sur la page du Centre Pompidou la reproduction d’un tableau de Gerhard...

Tags : , , , , , ,

« Santu Mofokeng, chasseur d’ombre » au Jeu de Paume

Paris, le 4 août 2011, Art Media Agency (AMA) Le musée du jeu de paume expose actuellement les œuvres de l’artiste sud-africain Santu Mofokeng. Cette rétrospective intitulée « Santu Mofokeng, chasseur d’ombre » prendra fin le 25 septembre 2011. L’artiste Santu Mofokeng, ancien militant antiapartheid, photographe et reporter, est l’une des figures marquantes de la photographie contemporaine africaine. Né à Johannesburg en 1956, il se fait connaître grâce un ensemble de travaux intitulé « The Black Photo Album, Johannesburg 1890-1950 ». Son œuvre est souvent considérée comme un support d’accusation de l’Apartheid, mais elle cherche surtout à retracer l’histoire africaine. Son travail évoque des thèmes variés comme la religion, les classes sociales, ou encore la signification symbolique du paysage. Avec un choix de plus de 200 photographies et diaporamas, des textes et des documents, cette rétrospective consacrée à Santu Mofokeng propose, pour la première fois en Europe, une sélection des essais photographiques qu’il a réalisés tout au long de ces trente dernières années....

Tags : , , , , ,

Ad.