« musée d’Art moderne de la ville de Paris »

Deux acquisitions d’Hubert Duprat pour le MAMVP

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris vient de faire l’acquisition d’un ensemble d’œuvres d’Hubert Duprat auprès de la galerie Art : Concept. Les œuvres Corail Costa Brava (1994-2015) et Tubes de trichoptères (1980-2016) ont ainsi rejoint le corpus du musée, depuis le 19 octobre dernier. Avec Tubes de trichoptères, Hubert Duprat a savamment remplacé un fourreau tubulaire par de fins morceaux d’or, des perles ou de petites pierres, turquoise ou opale. Digne des cabinets de curiosités, l’œuvre Corail Costa Brava consiste en un polyèdre complexe fait de corail et de mie de...

Tags : , , ,

L’artiste Rodrigo Braga expose à Paris grâce au soutien de SAM Art Projects

Du 1er octobre au 18 décembre, la première exposition personnelle en France de l’artiste brésilien Rodrigo Braga, « Mer intérieure », sera inaugurée lors de la Nuit Blanche. Dans le bassin de l’esplanade, situé entre le Palais de Tokyo et le musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, l’artiste installera plus de 40 m3 de pierres pesant entre 500 kg et 6 tonnes pour rappeler la présence de la mer à l’époque préhistorique, recouvrant le territoire. SAM Art Projects s’est entouré des partenaires Bouygues Bâtiment Ile-de- France, France-Lanord & Bichaton et...

Tags : , , , , ,

« Warhol Unlimited » au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

Pour célébrer la toute première venue en Europe de la série Shadows (1978-9) d’Andy Warhol, le Musée d’art moderne de la Ville de Paris (MAMVP) organise une exposition de l’œuvre de l’artiste intitulée « Warhol Unlimited », ouverte depuis le 2 octobre 2015 et qui se déroulera jusqu’au 7 février 2016. L’exposition, sous le commissariat de Sébastien Gokalp et de Hervé Vanel, se concentre sur l’aspect sériel de l’œuvre de Warhol, présentant sa série Shadows, qui se compose de 102 toiles de plus de 130 mètres en longueur et de 17 couleurs différentes, emblématique des transgressions de Warhol de la convention artistique. Il montre aussi d’autres séries comme Electric Chairs (1964 à 1971), Jackies (1964), Flowers (1964-1965), et Maos (1972-1973). La controverse, au cœur de l’œuvre de Warhol, est ici révélée et mise en avant, illustrant ses Self-portraits (1966-1967, 1981), ses Brillo Box (1964), et ses portraits filmés (Screen Tests, 1964 à 1966 ), ainsi que ses sérigraphies papier Cows (1966). Tout au long de « Warhol Unlimited », le style inimitable et diversifié de l’artiste transparaît, on pourra même y découvrir son cinéma expérimental avec les films Empire of eight hours, (1964) et Silver Clouds...

Tags : , , , , ,

Warhol au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

Du 2 octobre 2015 au 7 février 2016, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris accueillera une exposition personnelle consacrée aux travaux d’Andy Warhol, intitulée « Unlimited ». A l’occasion de la première présentation en Europe des Shadows (1978-79) de l’artiste du pop art mondialement connu, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris exposera plus de 200 œuvres qui mettent en valeur la dimension sérielle de l’œuvre de Warhol, aspect incontournable de son travail, et sa capacité à repenser les principes de l’exposition. Ces Shadows, conservées à la Dia Art Foundation à New York, constituent un étonnant ensemble de 102 toiles sérigraphiées de 17 couleurs différentes qui se déploient sur une longueur de plus de 130 mètres. Elles rappellent de façon magistrale la capacité de Warhol à ébranler les conventions de l’art, depuis la conception des œuvres jusqu’à leur mise en scène. À la question de savoir si elles étaient de l’art, Warhol répondait non : « … on passait de la musique disco durant le vernissage, je suppose que cela en fait donc un décor disco ». La manière souvent controversée avec laquelle l’artiste mettait en scène son propre travail est au centre de toutes les interrogations qui légitiment cette exposition. Le visiteur est invité à se laisser submerger par l’accumulation des œuvres d’Andy Warhol, des Self-portraits (1966-1967, 1981) aux Brillo Boxes (1964), des portraits filmés (les Screen Tests, 1964-1966) aux papiers peints intitulés les Cows (1966), des ensembles de Flowers aux frises de Maos, du cinéma expérimental (le célèbre film de huit heures Empire, 1964) aux Silver Clouds (1966), sans oublier les environnements spectaculaires des concerts du Velvet Undergound (l’Exploding Plastic Inevitable,...

Tags : , , , , , ,

Henry Darger au Musée d’Art Moderne

Jusqu’au 11 octobre 2015, le Musée d’Art Moderne de Paris accueille l’exposition des œuvres de l’artiste américain Henry Darger (1892-1973), rassemblant de très nombreuses pièces de sa succession données à différents musées et particuliers, dont 45 au Musée d’Art Moderne en 2012-2013. Considéré comme une figure majeure de l’art brut, Henry Darger est l’auteur d’un roman de plus de 15.000 pages, connu sous le titre abrégé The Realms of the Unreal (Les Royaumes de l’Irréel), le déploiement d’un univers fantastique qui lui inspire ses nombreuses créations plastiques, sur près de six décennies. Ses collages, ses aquarelles et ses dessins inspirés des comics illustrent la longue histoire de la rébellion des enfants esclaves contre le peuple des Glandéliniens, dont le tableau The Battle of Calverhine, mélangeant dessin, collage et peinture, raconte la bataille inaugurale. L’ensemble de son œuvre renvoie ainsi à différents événements historiques, comme les Guerre de Sécession et la Première Guerre mondiale – ses premiers collages emploient des images de ces deux guerres – ainsi qu’à des épisodes bibliques comme le Massacre des Innocents. Pour cette riche exposition, la collection du MAM est complétée par celles du MoMA, de la Collection d’Art Brut de Lausanne et de collectionneurs privés. Henry Darger vécut toute sa vie à Chicago, hormis ses sept années d’internement dans un foyer pour handicapés mentaux durant son adolescence. Portier dans un hôpital jusqu’à sa retraite, il réalise ses œuvres durant son temps libre. Cette production ne sort de l’anonymat qu’à la mort de son auteur, lorsque le propriétaire de son appartement, le photographe Nathan Lerner, la découvre. Henry Darger a ainsi acquis une certaine influence posthume, tant pour sa vie que pour son œuvre, notamment sur des artistes comme les frères Chapman, Paul Chan ou Peter...

Tags : , , , , ,

Ad.