« memorabilia »

Memorabilia, le grand retour ?

Depuis quelques années, les ventes aux enchères liées à la « pop culture » s’emballent. De la chanson française aux jeux vidéo, en passant par la saga Star Wars, les maisons de ventes explorent de nouveaux segments. Tour d’horizon de ces « niches » très populaires. La veste militaire de Mylène Farmer, le canotier de Maurice Chevalier, la note de service rédigée par Cloclo, le jeu vidéo de notre enfance ou bien le robot R2-D2, la pipe de Georges Brassens… La liste des objets fétiches de ce qu’on appelle aujourd’hui la « pop culture » est longue… et se vend ! Autrefois réservé à une obscure typologie de collectionneurs underground, l’achat de ces souvenirs de l’enfance, de stars de la chanson, du cinéma ou de la télévision est, depuis quelques années en France, transposé aux ventes aux enchères publiques. Stratégie de reconquête de la part des maisons de ventes ? Véritable demande ? Cette nouvelle catégorie de memorabilia fait de plus en plus d’émules. Bien sûr, ces étonnantes reliques ont toujours fasciné. Déjà, dans les années 1970, les studios MGM vendaient aux enchères plusieurs objets en tous genres leur appartenant, dont plus de 350.000 costumes. « Les robes de Marilyn Monroe et les vêtements d’Elvis se vendaient autour de 1.000 $ », expliquait en 2011 à Alex Ritman, du site theNational.ae, Darren Julien, président de la maison de ventes aux enchères Julien’s Auctions. Une dizaine d’années plus tard, autour de 1980, on vendait aux enchères à Drouot les effets personnels de Claude François ou d’Édith Piaf. Mais ce qui étonne de nos jours, c’est plutôt la récurrence soudaine, depuis le début des années 2010, de ces ventes ciblées sur la culture populaire : chanson française, jeux vidéo, génération Star Wars… L’apparition d’un nouveau marché ? Les icônes de la « culture geek » À Paris, la...

Tags : , , , ,

Des lettres écrites par James Dean en vente chez Christie’s

Londres, le 13 septembre 2011, Art Media Agency (AMA). Des lettres personnelles écrites par James Dean, vont être mises aux enchères par la maison de vente Christie’s pour la première fois. Cette vente aura lieu à Londres, le 23 novembre prochain. Cette sélection sera proposée dans le cadre de la vente « Popular Culture: Film and Entertainment Memorabilia ». Les lettres sont adressées à sa petite amie de l’époque Barbara Glenn et racontent sa vie privée avant qu’il ne devienne une star. Le fils de Glenn aurait découvert ces lettres, avec des photographies, dans un tiroir du bureau de sa mère. Les lettres ont donc été précieusement gardées pendant près d’un demi-siècle et seront vendues à l’occasion du 80e anniversaire de sa naissance. Une des lettres envoyée du Saint-James Hôtel à Philadelphie le 10 janvier 1954 a été estimée entre 5.000 et 6.000 $. Les autres lettres sont estimées, pour la plupart, entre 3.000 et 6.000...

Tags : , , , , , ,

Bilan du marché de l’art irlandais 2011

Dublin, le 18 avril 2011, Art Media Agency (AMA). Le marché de l’art irlandais semble enfin trouver acheteur. Adam’s et Whyte’s qui sont les maisons d’origine irlandaise les plus connues affichent une importante hausse des prix d’adjudication entre 2009 et 2010. Déjà en 2009, les résultats de vente de peinture irlandaise chez Adams’ et Whyte’s avaient augmenté de 30 à 50%. Le domaine de l’art moderne irlandais est maintenant considéré comme un marché stable qui a ses fidèles. L’art contemporain irlandais reste quant à lui quelque peu méprisé ne présentant pas aux yeux des professionnels un intérêt artistique réel. Il faut tout de même noter que certains artistes tous genres confondus sont parmi les plus cotés au monde, Eileen Gray par exemple. Christie’s a décidé en 2009 que malgré ses chiffres corrects, l’art irlandais ne nécessitait pas d’avoir une vente qui lui soit dédiée et c’est sans doute ce pour quoi il est difficile de parler de marché étant donné que les œuvres sont souvent noyées dans la masse. En 2010 une œuvre de Jack B. Yeats l’un des peintres irlandais modernes les plus importants auquel il est dédié un musée à Dublin était estimée 1 M€ chez Christie’s et n’a pas trouvé acquéreur. Mais début 2011 la donne commence à changer avec Sotheby’s Londres qui a ouvert un département et enregistre les meilleurs scores jamais réalisés lors d’une vente, 2,1 M€. Le record pour une œuvre de Yeats a été atteint pour The Wild Ones représentant son thème favori un cheval le 21 mai 1999 pour 1.699.404 €. John Lavery, l’un des plus grands également le suit de près avec The Bridge at Grez adjugée 1.694.471 € le 8 décembre 1998. Force est de constater que ces adjudications datent d’un certain temps. Le meilleur prix pour un Roderic O’Conor est 1.028.230 €...

Tags : , , , , , , , , ,

Ad.