« Marie-Ann Yemsi »

Marie-Ann Yemsi : « Notre futur est africain »

Celle qui sera la prochaine commissaire des Rencontres de la photographie de Bamako revient sur sa passion pour l’art contemporain africain et la découverte – bien tardive – de la richesse de ce continent de création. Après des études qui la destinaient à une grande carrière de cadre au sein de groupes internationaux, Marie-Ann Yemsi prend un virage en 2005 lorsqu’elle fonde Agent Créatif(s), une agence qui lui permettra de mêler son appétit pour l’art contemporain et sa soif entrepreneuriale. Ses origines allemandes et camerounaises l’ont emmenée de voyage en voyage, d’aventure en aventure. Non contente de superviser cette année le focus africain d’Art Paris Art Fair, elle est également commissaire de l’exposition « Le jour qui vient » à la Galerie des Galeries. En décembre, le public pourra découvrir sa sélection d’artistes vidéastes et photographes à l’occasion des 11e Rencontres de Bamako. Marie-Ann Yemsi nous explique pourquoi c’est enfin le moment de l’art contemporain africain et pourquoi il était grand temps ! À quand remonte votre passion pour l’art contemporain ? À ma petite enfance. Mes parents m’ont toujours emmenée dans des musées. Nous voyagions également beaucoup, sur plusieurs continents, ce qui m’a probablement forgé une certaine ouverture du regard… Après une première partie de carrière dans le luxe et la communication, j’ai souhaité trouver une activité qui me permette de vivre ma passion. C’est devenu Agent Créatif(s), une structure à la jonction entre le conseil et l’accompagnement de projets concernant l’art contemporain africain et la production artistique. Parlez-nous de votre rencontre avec Guillaume Piens et les organisateurs d’Art Paris. C’est à l’occasion de mon exposition à Bruxelles, au Brass, « Odyssées africaines », qui présentait 17 artistes du Sud-Est africain. Il s’agissait de pièces importantes d’une jeune génération, qui n’avaient jamais été vues jusqu’alors. En tout cas,...

Tags : , , , , ,

L’Afrique invité d’honneur pour Art Paris Art Fair 2017

Depuis longtemps, Art Paris Art Fair a fait le choix de mettre en avant des pays non occidentaux tels que la Chine, Singapour, l’Asie du Sud-Est, et la Corée cette année. L’année prochaine, c’est le continent africain qui sera à l’honneur. Guillaume Piens, commissaire général depuis 2011, a contribué à initier ce mouvement d’ouverture. Depuis sa prise de fonction, il a cherché à montrer différents aspects du monde de l’art. Avec 22 pays participants à l’édition 2016 de Art Paris Art Fair, la part des galeries venus de pays en dehors de l’Europe ne cesse d’augmenter, avec notamment la participation de galeries venues d’Azerbaïdjan, de Colombie, d’Iran, de Singapour et de Chine. Alors que l’édition 2016 d’Art Paris Art Fair n’a pas accueilli de galeries venues d’Afrique, on pouvait toutefois remarquer que de plus en plus de galeries choisissent de représenter des artistes africains. Magnin-A, installée à Paris, a été fondée en 2009 avec l’ambition de hisser l’art moderne et contemporain africain à une visibilité internationale. Pour Art Paris Art Fair 2016, la galerie exposait différents artistes avec un focus sur la République Démocratique du Congo. Parmi ces artistes, on trouvait J-P Mika, Houston Maludi, Kura Shomali et Steve Bandoma. La galerie 50 Golborne (Londres) souhaite fournir un espace où le public pourrait prendre conscience des interactions entre l’art contemporain, le design et l’artisanat. Avec un focus sur des artistes issus d’Afrique ou d’Amérique du Sud, la galerie présentait Emo de Medeiros, Wura-Natasha Ogunji, et Jean Servais Somian. La galerie Vallois présentait des artistes travaillant au Bénin, au Togo, et en Côte d’Ivoire. Après avoir fondé et inauguré le Centre des Arts et de la Culture au Benin, la galerie a su représenter la scène artistique de cette région de manière intelligente et sincère. Dominique Zinkpé, Marius Dansou, et...

Tags : , , , , ,

Ad.