« Liam Gillick »

La première édition de l’Okayama Art Summit 2016 sous la houlette de Liam Gillick

Liam Gillick a été désigné comme directeur artistique de la première édition de l’Okayama Art Summit 2016, qui débutera pour un mois le 9 octobre à Okayama au Japon. Cette importante manifestation triennale réunira 31 artistes internationaux, notamment Trisha Baga, Angela Bulloch, Dominique Gonzalez-Foerster, Joan Jonas, Pierre Huyghe, Katja Novitskova, Rachel Rose, Cameron Rowland et Rirkrit Tiravanija. Le thème du « Développement » est au coeur de cette nouvelle exposition d’art contemporain, avec des œuvres-manifestes contre la domination des idées prônant la croissance...

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Agrandissement du Center for Curatorial Studies du Bard College (CCS Bard)

Le Center for Curatorial Studies du Bard College (CCS Bard), situé à New York, aux États-Unis, prévoit de s’agrandir, les travaux commençant dès le mois de juin 2015. Le coût de cette initiative s’élève à 3 M$, lesquels serviront à bâtir 3.600 m² destinés à exposer des archives, des collections spéciales, des réserves visibles et un espace de collections destinées à la formation artistique, pensé par l’artiste Liam Gillick. À cet endroit se trouvera une nouvelle œuvre de ce dernier intitulée Structured Expansion (2015), qui intègre une nouvelle œuvre murale de l’artiste, un système d’archives combiné à des sièges et un portail d’entrée conduisant vers l’espace sécurisé des archives. De surcroît, un grand mur dessiné au lavis d’encre colorée par Sol LeWitt, intitulé Wall drawing #475, Double asymmetrical pyramids (1986) sera érigé dans cet espace, qui accueille une zone d’étude unique avec un accès à plus de 2.500 œuvres d’art de la collection Marieluise Hessel de la Bard College Collection, mais aussi à de rares publications en édition limitée ainsi qu’à des archives et des manuscrits. Cette extension représente l’aboutissement d’une période de très forte croissance de la bibliothèque et des archives du Center for Curatorial Studies. Fondé en 1990 par la co-fondatrice du CCS Bard, Marieluise Hessel, avec une importante donation de sa bibliothèque personnelle, la bibliothèque du CCS Bard s’est développée, passant d’une collection de 20.000 volumes en 2008 à 30.000...

Tags : , , , , , , ,

L’Irlande et le Royaume-Uni au premier plan à la Kerlin Gallery

Dublin, le 9 août 2012, Art Media Agency (AMA). Jusqu’au 31 août 2012, la Kerlin Gallery à Dublin présente «Phil Collins, Mark Francis, Liam Gillick, David Godbold, Merlin James, Isabel Nolan ». Il s’agit d’une exposition qui réunit les dernières œuvres d’artistes britanniques et irlandais. Né en 1970 à Runcorn, Phil Collins est voué à la vidéo et à la photographie. Il saisit des images d’éléments associés à la culture populaire comme la musique pop et la dance contemporaine afin d’établir une connexion immédiate et humoristique avec le spectateur. En tant que peintre irlandais, Mark Francis explore le format de grille en s’inspirant d’éléments graphiques et sonores et des diagrammes astronomiques. Liam Gillick est un artiste conceptuel qui vit à New York. Il travaille avec divers médias, dont la vidéo, l’animation informatique et l’installation. David Godbold emploie aussi de médias différents dans le but de produire des commentaires iconoclastes sur un éventail de sujets. Ses dernières œuvres se concentrent sur la représentation du paysage au XVIIIe siècle qu’il adapte à la vie moderne en ajoutant d’éléments trouvés dans les bandes dessinées et dans l’art religieux. Merlin James crée surtout des œuvres de petit format dans lesquelles il représente des intérieurs vides, des paysages ruraux, des bâtiments et des scènes d’intimité sexuelle. Isabel Nolan, la seule femme participant à cette exposition, fabrique des objets qui prennent des formes différentes en se transformant en images, textes ou tissus. La bande sonore de l’exposition est composée par Art in the Contemporary World et présentée par David...

Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

Le MuHKA accueille l’oeuvre collective de Lawrence Weiner et Liam Gillick

Anvers, le 25 février 2011, Art Media Agency (AMA). Le Museum van Hedendaagse Kunst d’Anvers accueille l’exposition « A Syntax of Dependency »,  fruit de la collaboration des artistes et amis Liam Gillick et Lawrence Weiner, du 3 février au 22 mai 2011. Amis depuis une vingtaine d’années au cours desquelles ils ont partagé leurs réflexions artistiques, « A Syntax of Dependency » est la première exposition commune de l’américain Lawrence Weiner et du britannique Liam Gillick. L’exposition débute par les propos des deux artistes issus d’une conversation de 2006, au cours de laquelle ils déplorent l’absence d’aboutissement de leurs projets communs, malgré leur grande volonté. « A Syntax of Dependency » est une installation unique, spécifique au site : il s’agit d’un plancher de linoléum couvrant quasiment la superficie du musée, soit 1600 m2. Trente-six bandes de largeurs et de couleurs différentes (noires, jaunes, rouges, blanches et grises) couvrent le sol. Sur cette surface les réflexions écrites par Lawrence Weiner sont facilement lisibles. Cette exposition, dénuée de toute signification donnée, opère sur un plan pré-sémantique esthétique. La contribution des deux artistes paraît inséparable, dans la mesure où leur œuvre est posée sur le sol, « horizontalisée », sur le même plan. Né à New York, en 1942, Lawrence Weiner est l’un des pionniers de l’art conceptuel. Il s’est exprimé sous de multiples formes, qu’il s’agisse de bande sonore, de sculpture, de performance artistique, d’installation, de dessin ou de littérature. Ses œuvres sont actuellement présentées aux galeries Leo Castelli (New York) et Yvon Lambert (Paris). Né en 1964, Liam Gillick est, quant à lui, associé à la génération des Young British Artists des années 1990 et au concept d’« esthétique relationnelle ». L’œuvre de l’artiste, critique et commissaire d’exposition se décline sous de multiples formes. Il est nommé, en 2002, pour le Turner Prize et participe à la Biennale de...

Tags : , , , , , ,

Ad.