« Irak »

Quelques précisions pour la 57e Biennale de Venise

La 57e Biennale de Venise continue de se mettre en place. Ainsi, Gal Weinstein représentera Israël, Zad Moultaka représentera le Liban et Tamara Chalabi et Paolo Colombo seront les commissaires du pavillon irakien. Né à Ramat Gan en 1970, Gal Weinstein vit et travaille à Tel-Aviv. Il a participé à la biennale de Sao Paulo en 2002, a connu des expositions personnelles dans les plus grands musées d’Israël et aussi au San Francisco Art Institute. Le commissaire du pavillon israélien, Tami Katz-Freiman, et Gal Weinstein ont été sélectionnés par un comité comprenant Mira Lapidot et Meir Aharonson. À travers la peinture, la photographie, l’installation, la sculpture, la vidéo, il s’intéresse aux procédés de recherche et de compréhension scientifiques sur les phénomènes de la nature ainsi qu’au chaos qui traverse le monde physique. Tamara Chalabi, Paolo Colombo seront les commissaires du pavillon irakien. Tamara Chalabi est présidente et co-fondatrice de la Ruya Foundation, et Paolo Colombo, art advisor au Istanbul Museum of Modern Art. L’exposition, intitulée « Archaic », interrogera la dualité des notions d’histoire ou d’antiquité, en présentant des artefacts de la région mis en dialogue avec des œuvres d’art moderne et des productions d’artistes irakiens contemporains. Zad Moultaka représentera quant à lui le Liban. Artiste et compositeur, Zad Moultaka présentera une œuvre multimédia dans l’église déconsacrée Santa Maria della Misericordia, dans le quartier de Cannaregio. C’est Emmanuel Daydé qui sera commissaire de l’exposition. Pour ce dernier, Zad Moultaka conjugue « l’invention musicale avec la recherche plastique, dans une démarche où la technologie s’inspire de l’archaïque ». Son œuvre explore les thèmes de la déchirure et de la séparation, le temps immémorial et la mémoire de l’instant. L’artiste a dévoilé quelques précisions sur ce projet et son ambition : « En ces temps où le Moyen-Orient s’effrite sous nos...

Tags : , , , , , ,

Nouvelles destructions de Daesh

Selon l’organisation UNITAR (United Nations Institute for Training and Research), et d’après des images satellites prises le 3 juin dernier, l’État islamique aurait détruit le Temple de Nabû, vieux de 2800 ans, situé dans la ville de Nimroud dans le nord de l’Irak. Pour Colin Renfrew, membre de la Chambre des Lords britanniques et archéologue à l’Université de Cambridge  : « De manière générale, il semble que l’Etat Islamique n’a pas la culture nécessaire pour distinguer des reconstructions modernes des originales. Ils font preuve d’une ignorance étonnante. Cependant, lorsque des explosifs et des bulldozers sont utilisés, de sérieux dégâts peuvent avoir lieu. » La directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova a quant à elle commenté : « Les extrémistes ne peuvent rendre l’histoire muette et leurs tentatives d’effacer la mémoire de cette région ne peut qu’échouer. La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre et doit être puni comme tel....

Tags : , , , , ,

L’État Islamique continue ses destructions

Selon Kristin Romey de National Geographic, l’Etat Islamique aurait détruit deux anciennes portes urbaines, les portes Mashki et Nergal dans la ville de Ninive en Irak. Ces monuments avaient été érigés autour de 700 av. J-C, puis reconstruits au XXe siècle. Des destructions qui ont été confirmées par Michael Danti, professeur d’archéologie à l’Université de Boston et co-directeur de la Cultural Heritage Initiative au département des études orientales de la American Schools. Une action soutenue par les États-Unis afin de documenter les destructions de sites religieux et culturels en Irak et en Syrie. Ninive est proche de la ville de Mossoul, toujours occupée par Daesh, et fait partie de l’héritage culturel de la ville. L’armée irakienne a annoncé préparer la reconquête de Mossoul, pendant que l’État Islamique continue à détruire d’autres ponts et d’autres murs dans la ville de Nineveh, comme le souligne Michael...

Tags : , , ,

De nouvelles destructions découvertes en Irak

Le plus ancien monastère chrétien en Irak, le monastère de Saint-Élie de Mossoul (Dair Mar Elia), a été détruit par l’État Islamique. Ce saccage — qui aurait eu lieu entre août et septembre 2014 — laisse craindre que d’autres destructions aient pu avoir lieu sans que le monde ne soit au courant. La destruction de ce monastère du VIe siècle après J.-C. a été découverte après que l’agence de presse américaine AP a demandé au cabinet d’imagerie spatiale DigitalGlobe de prendre des photos satellites du site. C’est en les comparant à des clichés antérieurs que DigitalGlobe a pu estimer la date de destruction — qui est donc survenue seulement trois mois après que l’EI a pris le contrôle de Mossoul. Le monastère de Saint-Élie de Mossoul a été fondé vers 595 après J.-C. par Mar Elia, un moine nestorien. Par la suite, il a principalement été utilisé par l’Église catholique...

Tags : , , , ,

Plan britannique de gestion d’urgence du patrimoine irakien

Officiellement lancé en octobre 2015, le Plan de gestion d’urgence du patrimoine (Emergency Heritage Management Project) du Royaume-Uni cherchera à aider à préserver et à récupérer des objets et des édifices culturels menacés en Irak. Le programme sera exécuté par le British Museum. Le musée va recruter deux archéologues experts qui vont passer les cinq prochaines années à instruire des équipes d’archéologues irakiens locales sur la meilleure façon de préserver des artefacts qui ont été endommagés par la guerre. « Cela permettra le développement d’une équipe d’experts locaux afin d’évaluer, de documenter et de stabiliser les sites touchés en Irak, et pour amorcer le processus de reconstruction et de préservation de certains des objets culturels les plus précieux du monde. » Cependant, le projet n’inclut pas d’intervention directe dans les zones actuellement contrôlées par Daesh, mais plutôt un plan prévu pour le moment où le territoire sera « retourné au contrôle du gouvernement effectif et légitime...

Tags : , , , , , , ,

Ad.