« hommage »

Jean Rouch, nouvelle hommage

Homme prolifique, Jean Rouch fut réalisateur de plus de 180  films. Il a aussi versé dans la poésie et l’ethnologie. Aujourd’hui, plusieurs institutions célèbrent le centenaire de sa naissance. En  1957, Jean Rouch sortait Moi, un Noir, film tourné dans une Côte d’Ivoire pré-indépendance retraçant le quotidien de trois migrants nigériens. À sa sortie, Jean-Luc Godard avait écrit trois articles coup sur coup sur le réalisateur saluant en lui «  l’homme libre  » qu’il était. «  Jean Rouch n’a pas volé son titre de carte de visite  : chargé de recherche par le Musée de l’Homme. Existe-t-il une plus belle définition du cinéaste  ?  » Quelques années plus tard, en  1960, Godard songeait même à intituler Moi, un Blanc son premier long-métrage – la postérité retiendra À bout de souffle. Jean Rouch découvre le Niger à 25  ans ; il n’a de cesse d’arpenter Niamey, sa capitale avant qu’elle ne lui ouvre les portes de l’Afrique. Fin connaisseur du continent, l’intérêt de l’œuvre de cet homme libre se trouve dans son traitement spécifique de l’Afrique, à la fois ethnographique, plastique, politique et poétique. Aux sources de l’inspiration, le Niger Jean Rouch est né en  1917 à Paris, d’un père explorateur qui lui transmet dès le plus jeune âge le goût du voyage. Il passe une enfance heureuse à Rochefort jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. En  1942, ingénieur des Ponts et Chaussées, il est affecté au Niger, expatrié par le régime de Vichy. Là-bas, comme le raconte sa dernière femme, Jocelyne Rouch, «  il a assisté à un rituel de purification des corps sur un chantier, des corps foudroyés. Impressionné et profondément ému, il a tout de suite voulu comprendre la cérémonie à laquelle il assistait, car elle ouvrait pour lui les portes du merveilleux. Sa vocation d’ethnologue venait...

Tags : , , , , , , ,

Parrish Art Museum commémore Chantal Akerman

Terrie Sultan, la directrice du Parrish Art Museum, aux États-Unis, avec qui Chantal Akerman a travaillé, rend hommage à la cinéaste belge et artiste vidéo décédée le 5 octobre 2015. En 2008, la directrice avait organisé la première rétrospective consacrée à Chantal Akerman aux États-Unis, présentant son travail en vidéo. L’exposition « Moving Through Time and Space » affichait cinq installations vidéo multimédia: sa « documentary series » comprenant un nouveau travail, Women from Antwerp in November (2007) commandée par la Blaffer Gallery à Houston, où Terrie Sultan était alors directrice. Celle-ci a déclaré « Je suis heureuse et fière d’avoir eu l’occasion d’offrir à cette artiste merveilleusement créative et inspirante la première rétrospective de son travail dans un musée ». « Moving Through Time and Space » a été accompagnée d’un catalogue édité par la directrice. L’exposition a été co-organisée et proposée en 2008 et 2009 par le Blaffer Art Museum à l’Université de Houston, le MIT List Visual Arts Center, à Cambridge, aux États-Unis, le Miami Art Museum et le Contemporary Art Museum St. Louis, également aux...

Tags : , , , , , ,

L’hommage à Pasolini d’Ernest Pignon-Ernest

Afin de rendre hommage à Pier Paulo Pasolini, célèbre réalisateur, scénariste et écrivain italien, Ernest Pignon-Ernest a décidé d’essaimer dans les rues de Rome et de Naples ses collages si significatifs. Comme à son habitude,  l’artiste plasticien français de 73 ans a favorisé les lieux liés à la vie, à la mort et à l’œuvre du père de Théorème. Ainsi, on peut voir sur un mur d’Ostie — où Pasolini a été assassiné sur une plage dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975 — une affiche qui le représente portant son propre corps dans ses bras. Fragiles et sans protection, nombreuses sont les images disposées de part et d’autre de la capitale italienne qui ont été abîmées — arrachées, déchirées ou raturées. Néanmoins, l’affiche collée dans l’un des restaurants de prédilection de Pasolini et où il avait dîné le soir de sa mort, au cœur de Rome dans le quartier de Trastevere, demeure en parfait état. Ernest Pignon-Ernest, né Ernest Pignon à Nice en 1942, œuvra pour la première fois en Italie en 1988 — après des interventions remarquées à Paris, sur les escaliers de Montmartre, ou sur le Plateau d’Albion (France). D’une manière analogue, il avait revêtu la ville de Naples d’une dizaine d’affiches représentant le Christ, une vieille femme ou encore une jeune fille, en choisissant avec soin leur emplacement, afin qu’elles semblent faire partie intégrante du décor, s’inspirant souvent des oeuvres du...

Tags : , , , , ,

Hommage à George Noël au Musée d’Art moderne de la ville de Paris

Du 22 janvier au 3 mai prochain, le Musée d’Art moderne de la ville de Paris accueillera une exposition dédiée à l’œuvre de Georges Noël, artiste décédé en 2010. Le musée a décidé de lui rendre cet hommage suite à l’annonce de la donation de cinq de ses œuvres majeures par la fondation Clarence Westbury. Parmi les œuvres exposées, le public pourra découvrir Patchwork, lambeaux de vert sur ocre, qui représente fidèlement le goût de l’artiste pour le travail de la matière en surface et son goût pour les avant- gardes. Aussi Noël reconnaissait volontier avoir été inspiré dans la réalisation de ses toiles par le mysticisme et la chamanisme. ses oeuvres étaient principalement composées de sables et de pigments purs Régulièrement, le musée organise des expositions commémoratives consacrées à des artistes ayant travaillé en France et dont les œuvres n’ont été que peu exposées, tels que Bernard Dufour (2008), Jean Dupuy (2009), Claude Garache (2012), Pierre Henry (2013) et Raymond Mason (2014)....

Tags : , , , ,

Hommage à Victor Vasarely au musée d’Ixelles de Bruxelles

Bruxelles, le 18 octobre 2013, Art Media Agency (AMA). Du 17 octobre 2013 au 19 janvier 2014, le musée belge d’Ixelles présente une exposition en hommage à l’artiste plasticien d’origine hongroise Victor Vasarely, né en 1906 et mort en 1997. Considéré comme une figure primordiale de l’art optique, ou « Op Art », Victor Vasarely a marqué l’art de la seconde moitié du XXe siècle par sa production abstraite et géométrique à l’incroyable fécondité. Véritable maître des compositions où se combinent, s’emboîtent, se permutent et s’assemblent couleurs, formes et systèmes géométriques visuellement éblouissants, l’artiste naturalisé français nourrit une vision très aboutie d’un art total et engagé. Au travers de cette vaste sélection de peintures abstraites venues de toute l’Europe, l’univers de Victor Vasarely produit sur la vision de ses spectateurs des effets optiques toujours saisissants, et parfois même hypnotisants. Inédit, l’hommage rendu à ce grand artiste, et placé sous le commissariat de Serge Lemoine, invite le visiteur à redécouvrir le talent d’un peintre exceptionnel et une œuvre singulière, riche, et radicalement moderne – déjà à l’heure de sa création et encore de nos...

Tags : , , , , , , ,

Ad.