« Hodler »

Data : Ferdinand Hodler, un Suisse aux enchères

Il est l’un des peintres suisses les plus connus, aux côtés de Félix Vallotton, de Cuno Amiet et de Paul Klee… Coup de projecteur sur Ferdinand Hodler, chantre du « parallélisme » et inoxydable gloire helvète.   Ferdinand Hodler naît le 14 mars 1853 à Berne (Suisse). Son père, Johann Hodler, ébéniste, peine à joindre les deux bouts pour une fratrie de six dont Ferdinand est l’aîné. Sa mère Margareta travaille comme cuisinière. À huit ans seulement, il a déjà vu son père et deux de ses frères succomber à la tuberculose. Sa mère, remariée au peintre décorateur Gottlieb Schüpbach, meurt à son tour de la tuberculose en 1867. Ferdinand a douze ans, il reprend l’atelier du peintre pour faire vivre la famille. Il esquisse des « vues de Suisse » fabriquées en série pour les touristes à Thoune. La tuberculose continuera à frapper, inlassablement, donnant au peintre une proximité forte avec la mort. Tous ses frères et sœurs ont succombé à la maladie. En 1872, Ferdinand Hodler s’installe à Genève, où il demeurera jusqu’à sa mort. Ses premières toiles sont réalistes, typiques de l’école suisse. Il vénère Gustave Courbet. Un voyage en 1878 en Espagne lui ouvre de nouveaux horizons ; il adopte un chromatisme plus léger, à dominante gris clair contrastant avec les couleurs ocres de ses premières réalisations. Progressivement, son rapprochement au symbolisme le couronne de succès. En 1890, Ferdinand Hodler peint une ambitieuse composition, La Nuit (aujourd’hui au Kunstmuseum de Bern), sa première toile de grand format où il se représente arraché au sommeil par le fantôme de la mort et entouré de corps nus, enlacés et lascifs. Il présente la toile au Salon du Champ-de-Mars en 1891, œuvre qui frappe Pierre Puvis de Chavannes, la référence du peintre, dont Hodler a retenu la leçon : utiliser...

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Le Kunstmuseum de Bern accueille la collection de la Villa Flora

La collection de la Villa Flora à Winterthur, en Suisse, qui avait fermé en 2014, a trouvé une institution pour l’abriter. Près de 100 œuvres de Van Gogh, Matisse, Rodin, Manet, Cézanne, Renoir, Toulouse-Lautrec, Hodler et Giacometti, réunies par les collectionneurs privés Arthur et Hedy Hahnloser-Bühler de 1906 à 1936, a été prêtée au Kunstmuseum de Bern pour les quinze prochaines années, comme le rapporte The Art Newspaper. Et ce n’était pas gagné d’avance… Cette décision a été prise après une compétition internationale. Plusieurs galeries du musée seront reconfigurées pour présenter ces prêts, qui appartiennent aujourd’hui à la fondation...

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

« Femme Joyeuse » de Ferdinand Hodler adjugée 7.730.599 €

Zurich, 1er juin 2011, Art Media Agency, (AMA). La vente aux enchères « Swiss Art » chez Sotheby’s Zurich a réalisé un bénéfice de 9.453.500 CHF, soit 7.730.599 €. La pièce maitresse de cette vente était le chef-d’œuvre de Ferdinand Hodler (1853 – 1919), Femme joyeuse, adjugé 2.882.500 CHF, soit 2.357.164 €. Estimé 2.5 à 3 MCHF, le lot 72 était le premier d’une série de cinq tableaux peints entre 1909 et 1911. Le sujet de ce canevas monumental est Valentine Godé-Darel (1873 – 1915), une femme qui fut le principal sujet d’adoration du peintre depuis leur première rencontre en 1908. Fasciné par l’esprit et la beauté de la jeune femme, Hodler la représenta dans la plupart de ses portraits, allant jusqu’à représenter sa bien-aimée à l’agonie dans un tableau de 1915. A l’exception de la vente aux enchères de Sotheby’s Zurich, la toile n’a pas été vue par le public depuis l’exposition de 1976 au musée Kunsthaus de Zurich : « A Painter of love and death –Ferdinand Hodler and Valentine Godé-Darel ». Femme joyeuse met en valeur un thème qui tenait particulièrement cœur à l’artiste : la communion de l’Homme avec la nature....

Tags : , , , , ,

Ad.