« Galerie Templon »

Jan Fabre ou le grand raout belge

Depuis quelques semaines, un vent d’érotisme et de carnaval souffle au numéro 28 de la rue du Grenier Saint-Lazare, là où Daniel Templon vient d’installer ses derniers quartiers parisiens. Pour inaugurer sa nouvelle adresse, un artiste aussi belge qu’inspiré : Jan Fabre. Qui mieux, en effet, que cet artiste polymorphe et corrosif pour célébrer cette nouvelle naissance, avec son art de brouiller les pistes, sa tendance à la subversion, ici mâtinée de folklore et de kitsch ? Pourtant, derrière le show burlesque et les paillettes se cache une réflexion profonde sur l’identité belge que le plasticien, d’origine flamande, ne cesse de défendre contre tous les vents extrémistes. Un entretien au goût de chocolat – belge, forcément –, entre bondieuseries et joyeux sacrilèges.   Comment avez-vous conçu cette exposition « Folklore Sexuel Belge, Mer du Nord Sexuelle Belge », qui sonne comme une célébration en fanfare de la vie ? Vous savez, Daniel Templon et moi-même nous nous connaissons depuis au moins 20 ans. Daniel m’a donné carte blanche pour inaugurer son nouvel espace parisien, rue du Grenier Saint-Lazare. J’ai donc souhaité en fêter la naissance à ma manière ! J’ai visité et étudié les locaux et j’ai conçu en partie cette exposition en fonction de l’environnement.   Vous avez donc produit des œuvres spécifiquement pour le lieu ? J’y expose à la fois de grandes sculptures produites pour l’occasion, mais aussi plusieurs de mes dessins créés entre 2017 et 2018, qui sont de petits chromos réinventés.   Des chromos… Pouvez-vous nous expliquer ? En fait, mon exposition s’intitule « Folklore Sexuel Belge (2017-2018), Mer du Nord Sexuelle Belge (2018), Édité et Offert par Jan Fabre, le Bon Artiste Belge ». Je me suis inspiré, pour une partie, de notre folklore national, mais aussi des petites vignettes que l’on trouvait dans les barres chocolatées de la...

Tags : , , , , , ,

La Galerie Templon fête ses 50 ans

La Galerie Daniel Templon fête ses 50 ans en 2016. L’occasion de revenir sur un demi-siècle d’histoire de l’art contemporain, en France et dans le monde entier. Depuis sa création en 1966 dans la cave d’un antiquaire à Saint-Germain-des-Prés, la galerie s’est imposée comme un pont entre la France et différentes scènes artistiques à travers le monde, notamment les États-Unis. 50 ans d’existence au cours desquelles la galerie a pu organiser plus de 500 expositions avec près de 300 artistes. La galerie s’est fait connaître en collaborant avec des artistes français d’avant-garde tels que Michel Journiac, Martin Barré, Christian Boltanski ou encore Ben. C’est par elle aussi qu’ont été présentés pour la première fois au public français des artistes internationaux tels que Joseph Kosuth, Art Language, Donald Judd, Ellsworth Kelly, Frank Stella, Richard Serra, Dan Flavin ainsi qu’Andy Warhol et Roy Lichtenstein. Pour ses 50 ans, la galerie proposera une programmation fidèle à sa philosophie qui consiste à développer un dialogue entre artistes historiques et établis. La galerie prépare sa participation à Art Basel ainsi qu’une première participation à la Biennale des Antiquaires où elle présentera une exposition consacrée à l’année 1966 dans l’art. En plus de cela, le 28 mai prochain paraîtra chez Flammarion Daniel Templon, une histoire d’art contemporain, puis, à l’horizon de septembre 2016, la galerie publiera un catalogue de ses cinquante ans retraçant toutes les expositions depuis...

Tags : , , , , , , ,

Nouvelles explorations esthétiques de Daniel Dezeuze à la galerie Templon

Du 6 septembre au 25 octobre 2014, la galerie Templon organise l’exposition « Battements, chemins » consacrée à Daniel Dezeuze et à ses nouveaux chemins esthétiques inspirés de la philosophie chinoise. « Les battements font écho à ceux du cœur (…) et l’exposition toute entière résonne de cette dualité proche du Ying et du Yang », précise le communiqué. Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces en 1969, Daniel Dezeuze remet en cause la peinture, la cimaise et l’espace en s’appropriant une grande variété de techniques. Il s’est inscrit dans une relecture de l’art américain, abstrait ou minimaliste, tout en expérimentant sans cesse des matériaux considérés comme pauvres : filets, grillages, bois, tissus, métaux. Daniel Dezeuze est né en 1942 à Alès. Présent dans de nombreuses collections internationales, il a récemment exposé au MAMAC à Nice (2012), à la Centrale Electrique de Bruxelles (2009), au Musée Fabre de Montpellier (2009), à la Fondation Suñol de Barcelone (2008), au Musée Paul Valéry de Sète (2008), aux Abattoirs de Toulouse (2007) à l’occasion de l’inauguration de sa commande publique pour le métro de la ville, à la Casa de Francia de Mexico (2007) et à la Force de l’art à Paris...

Tags : , , , ,

Exposition Philippe Cognée à la galerie Templon

Paris, le 5 décembre 2012, Art Media Agency (AMA). Alors que le musée de Grenoble lui consacre une première grande rétrospective, le peintre Philippe Cognée présente ses œuvres les plus récentes à la galerie Templon du 10 janvier au 20 février 2013. Dans cette nouvelle série, l’artiste réinterprète le thème du portrait. Confrontant figure humaine et architecture, il dresse le portrait du familier. À partir de promenades virtuelles sur Google Street View, Philippe Cognée transforme des façades anonymes et pixellisées en paysages poétiques. Ces portraits de maison côtoient une galerie de caractères, anonymes ou célébrités. Une maquette en marbre de la ville de Nantes, une des rares installations de l’artiste, donne naissance à une série de toiles consacrées à ses détails urbains. Né en 1957, Philippe Cognée vit et travaille à Nantes. Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nantes, il a reçu le Prix de Rome en 1982 et désigné lauréat de la Villa Médicis en 1990. En 2004, il a été nominé pour le Prix Marcel Duchamp. Il enseigne à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris depuis 2005. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, notamment au musée des Beaux-Arts d’Angers en 2005, au MAMCO (musée d’art moderne et contemporain) de Genève en 2006 et au FRAC Haute-Normandie en 2007. En 2011, il a inauguré une grande commande publique intitulée Écho pour le château de Versailles. Son œuvre est présente dans de nombreuses collections comme celles du Centre Pompidou, de la Fondation Cartier ou du Museum Ludwig à...

Tags : , , , , ,

« Exposition éphémère » de Jean-Michel Alberola à l’Institut français de Tel-Aviv

Tel-Aviv, le 18 janvier 2012, Art Media Agency (AMA). L’Institut français de Tel-Aviv et la Galerie Daniel Templon organisent du 19 janvier au 15 mars 2012 une exposition éphémère de Jean-Michel Alberola. Artiste reconnu, Jean-Michel Alberola est né à Saïda en Algérie en 1953. Il revendique une liberté absolue de forme et de propos dans une totale indépendance des écoles et des courants théoriques. Ses peintures représentent des fragments de corps, souvent associés à des jeux de mots – souvent qualifiés de « duchampiens » – fragments de textes provocateurs ou ambigus. Il est également célèbre pour ses « sculptures au néon », où il travaille là aussi le texte et le mot. Il a notamment exposé à la Bibliothèque Nationale de France et à la Maison Hermès de Tokyo en 2009, au Musée des Beaux-Arts de Nancy et au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne en 2008, à la « Force de l’art » au Grand Palais à Paris en 2006 et au Musée du Louvre en 2005. Ses œuvres figurent parmi les collections du Centre Georges Pompidou, du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, du Carré d’Art de Nîmes, des Abattoirs de Toulouse, du Fonds National d’Art Contemporain, du Ludwig Museum im Deutschherrenhaus de Coblence (Allemagne), du Musée de Pont de Tilburg (Pays-Bas) ou du Musée Berardo de Lisbonne (Portugal). Comme lors de deux expositions précédentes à la Galerie Templon à Paris en 2002 et 2010, Jean-Michel Alberola se situe à la limite de l’installation, en peignant à même les murs de la « Bulle », l’espace d’exposition de l’Institut français de Tel-Aviv. Une fois l’exposition passée, les murs seront repeints pour accueillir les manifestations...

Tags : , , , , , , , ,

Ad.