« galerie Gagosian »

Cy Twombly, le peintre de l’Olympe au Centre Pompidou

Plus de 140 œuvres, trois des cycles principaux du peintre… La rétrospective que consacre le Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou à Cy Twombly est une exposition de référence. Une visite (fortement) recommandée ! C’est par un heureux hasard de calendrier que devait commencer l’exposition Cy Twombly à la fin du mois de novembre 2016. D’un côté de la Manche, Rauschenberg, de l’autre « TW », comme le surnommait Roland Barthes. Les deux amants, les deux compagnons, célébrés le même jour par l’ouverture de deux rétrospectives. Le premier à la Tate (Londres), le second au Centre Pompidou (Paris). L’impact de Robert Rauschenberg a été déterminant dans la carrière de Cy Twombly ; c’est lui qui l’a incité à s’inscrire au prestigieux Black Mountain College (Caroline du Nord), puis c’est à ses côtés que Cy Twombly a parcouru l’Europe et l’Afrique du Nord pour la première fois, en 1952. De Lexington à Rome C’est à cet instant – le basculement de l’histoire pour le jeune Twombly – que démarre la rétrospective du Centre Pompidou. Son commissaire, Jonas Storsve, explique : « Il s’agit de la première rétrospective totale consacrée à Cy Twombly, allant de 1951 à son décès, survenu en 2011 ». C’est par les premières expérimentations du peintre, du début des années 1950, à la peinture industrielle visqueuse blanc-crème creusée par des annotations à la mine de plomb, que commence l’exposition ; des œuvres marquées par l’économie de leurs moyens. À cette époque, Cy Twombly vit encore à Lexington (Virginie), avant de s’embarquer pour le Black College et l’autre rive de l’Atlantique. Il faut attendre la fin des années 1950, voire le début des années 1960, pour que la couleur apparaisse franchement dans le travail de Twombly, conséquence de son abandon de la peinture industrielle pour des couleurs en tube, moins fluides....

Tags : , , , , ,

Le réseau social Instagram propulse la FIAC sur la scène internationale

Alors que la 43e édition de la FIAC s’est terminée le dimanche 23 octobre, les hashtags utilisés sur Instagram — #FIAC, #FIAC2016 — ont permis d’assurer une visibilité inédite aux galeries et à leurs artistes. Les galeries internationales postent des photographies des œuvres qu’elles exposent et de leurs artistes sur le réseau social. Cette technologie permet une visibilité accrue, mais peut aussi faciliter les ventes. La galerie Gagosian est en la matière la plus influente, avec pas moins de 542 K d’abonnés sur son profil. Alexia Guggémos — directrice de l’Observatoire du web social dans l’art contemporain — évoque que « les acteurs du marché ont atteint une maturité dans l’usage des réseaux sociaux. Les choses ont évolué dans le bon sens depuis l’an dernier ». Dans le Top 10 des galeries les plus influentes, les galeries françaises se démarquent, comme Emmanuel Perrotin et Thaddaeus Ropac, qui a vu la vidéo de l’installation de l’œuvre de Marcel Duchamp devenir littéralement « virale...

Tags : , , , , , ,

Anish Kapoor pour la première fois exposé chez Gagosian à Hong Kong

Comme le rapporte Artnet, Anish Kapoor expose pour la première fois, jusqu’au 5 novembre, à la galerie Gagosian de Hong Kong, et pour la première fois dans la mégapole chinoise. L’artiste a créé un environnement intime avec des œuvres nichées dans les coins ou placées directement sur le sol. Les sculptures sont principalement composées de miroirs courbes, en acier inoxydable ou en aluminium, faussant la vision et/ou la réflexion du...

Tags : , , ,

Amanda Stoffel rejoint la Gagosian Gallery à Los Angeles

Amanda Stoffel, directrice du département des ventes du soir chez Phillips, va rejoindre la galerie Gagosian de Los Angeles, aux États-Unis. Spécialiste en art contemporain, elle a travaillé pendant cinq ans dans des maisons de ventes, notamment chez Phillips à New York. Amanda Stoffel est diplômée en histoire de l’art du Barnard College à New York. Elle s’est intéressée aux tendances chez les collectionneurs du début du XXe siècle et à la manière dont les plus importantes collections des États-Unis se sont formées. Avant d’officier chez Phillips, elle a travaillé au Metropolitan, au sein du département des arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques. La première galerie Gagosian a été ouverte en 1980 par Larry Gagosian. Désormais, il existe quatorze espaces d’exposition dans huit villes différentes dont Los Angeles, Londres, New York et...

Tags : , , , , ,

La Galleria d’Arte Moderna s’agrandit et s’associe avec Gagosian

Après une première série de rénovations achevée en 2011, la Galleria d’Arte Moderna de Rome prévoit de construire un nouvel espace d’exposition. Comme le rapporte le quotidien italien La Repubblica, tandis que ce nouvel espace permettra au musée de présenter d’autres pièces de sa collection permanente, un accord a été conclu avec la galerie Gagosian — située non loin du musée —, qui prêtera des œuvres à l’institution. Dans le cadre de ce partenariat, le musée qui présente actuellement des pièces des XIXe et XXe siècles, installera dans sa cour des sculptures d’artistes représentés par Gagosian, parmi lesquels Jeff Koons, Damien Hirst et Franz West Installée à Rome depuis 2007 la galerie Gagosian y présente entre autres les œuvres de Cy Twombly et Piero Golia....

Tags : , , , , ,

Ad.