« fermeture »

La fondation Dapper opte pour le nomadisme

L’annonce de la fermeture du « Dapper » a été vécue avec tristesse. Pour autant, la fondation n’est pas en manque de projets et entend se recentrer sur des actions hors-les-murs. Rencontre avec sa présidente, Christiane Falgayrettes-Leveau. Après trente ans d’activité et une cinquantaine d’expositions au compteur, le musée de la fondation Dapper a définitivement fermé ses portes le 18  juin dernier. Face à une fréquentation en berne et des coûts de fonctionnement trop conséquents, ce musée privé, célèbre pour sa collection de 6.000  pièces – dont  2.000 en provenance d’Afrique, d’Océanie et des Caraïbes –, s’est vu contraint à la fermeture. «  Les frais de maintenance étaient trop élevés, sans parler du coût de réalisation des expositions à proprement parler, explique Christiane Falgayrettes-Leveau, présidente de la fondation Dapper. Mais l’autre raison, tout aussi importante, est que nous souhaitions nous renouveler  ». Créée en  1983 avec son époux Michel Leveau, décédé en  2012, la fondation Dapper s’était dotée d’un musée à Paris dès  1986 pour exposer la collection qui allait faire sa réputation et ouvrir la connaissance du patrimoine culturel subsaharien à un public alors peu familier des arts classiques d’Afrique. Quittant son hôtel particulier de l’avenue Victor-Hugo en  2000, le musée s’était installé dans un nouvel espace plus vaste rue Paul Valéry dans le XVIe  arrondissement pour accueillir des expositions mais aussi de la musique, de la danse et même du cinéma. «  Avec 1.800  mètres carrés comprenant une salle de spectacle et une salle d’exposition, le bâtiment était devenu un équipement très lourd à gérer  », déplore Christiane Falgayrettes-Leveau. Charges trop élevées, bâtiment inadapté, stagnation de la fréquentation autour des 60.000  visiteurs… Le «  Dapper  » est victime du syndrome de ces musées privés dépourvus de subventions publiques qui ne s’équilibrent qu’au moyen de leur billetterie et...

Tags : , , , , , ,

Fermeture de l’Essl Museum (Vienne)

Le musée Essl de Vienne va fermer après que le gouvernement autrichien a refusé d’apporter son soutien financier à l’institution en indélicatesse finaniècre. Basé à Klosterneuburg, près de Vienne, le musée fermera ses portes le 1er juillet 2016. Fondé par la famille Essl il y a 17 ans, le musée était déjà sous la menace d’une fermeture depuis 2014, la famille assumant entièrement le financement du musée sans l’aide de l’État. Or, avec les difficultés financières que connaît l’entreprise Baumax — propriété de la famille Essl — dans la région des Balkan, la famille Essl a demandé l’aide du gouvernement autrichien pour continuer à assurer le fonctionnement de l’institution. Une requête à laquelle le gouvernement autrichien n’a pas souhaité répondre favorablement, signifiant du même coup la fermeture du musée. Accueillant une collection de près de 7.000 œuvres d’art, principalement d’art autrichien d’après-guerre, la collection Essl restera entre les murs du musée malgré sa fermeture. La collection vient d’être rachetée par l’industriel Hans Peter Haselsteiner et Karlheinz Essl pour 100...

Tags : , , ,

La Pinacothèque de Paris à Singapour ferme à son tour

La Pinacothèque de Paris à Singapour va fermer. En cause, une fréquentation insuffisante et un procès avec le groupe Arthemisia qui organisait l’une des dernières expositions de l’institution. Après la fermeture de la Pinacothèque de Paris en février dernier, c’est le site de Singapour qui est contraint à la fermeture, environ un an après son ouverture. La société Art Heritage France, qui gérait le site de Paris, a été placée en redressement tandis qu’Art Heritage Singapour est en procès avec le groupe Arthemisia qui avait été chargé de l’organisation de l’exposition inaugurale de la Pinacothèque de Paris à Singapour « The Myth of Cleopatra » en mai dernier. C’est Arthemisia qui a engagé des poursuites pour un défaut de paiement s’élevant à 435.000 € en réponse de quoi Art Heritage Singapour a contre attaqué affirmant que la firme italienne n’a pas respecté ses obligations dans le cadre du contrat signé entre les deux parties. Des difficultés qui s’accumulent pour le musée privé de Marc Restellini qui doit fermer un deuxième site en l’espace de quelques...

Tags : , , ,

Clap de fin pour OFF

L’Officielle, foire satellite de la FIAC, va fermer après deux ans d’existence. Une nouvelle qui suit de près l’annulation de la FIAC Los Angeles et Paris Photo Los Angeles, des événements également organisés par Reed Exhibitions. Selon la directrice de la FIAC, Jennifer Flay, cette annulation serait due à la baisse de la fréquentation ainsi qu’à des résultats commerciaux décevants. De plus, la concurrence s’intensifie avec l’apparition de la nouvelle foire Paris Internationale, un projet initié par des galeries parisiennes et lancé en 2015 parallèlement à la FIAC. Une concurrence qui pourrait bien avoir eu raison d’Officielle, Paris Internationale offrant des stands près de deux fois moins chers. Réaliste, Jennifer Flay a déclaré à Télérama : « Nous ne sommes plus en mesure de garantir le succès de plus de la moitié de nos...

Tags : , , , , ,

Fermeture de la Pinacothèque de Paris

C’est officiel depuis le 12 février, la Pinacothèque de Paris fermera ses portes place de la Madeleine à Paris. L’établissement était placé en redressement judiciaire depuis début novembre. Parmi les causes de ces difficultés : une fréquentation en berne ces dernières années, d’autant plus marquée depuis les attentats de Paris de 2015. L’institution cherche cependant de nouveaux projets et espère ouvrir deux nouveaux sites d’ici trois ou quatre ans : un premier consacré à l’art contemporain, l’autre à la sculpture et aux arts tribaux, dans des locaux « plus supportables économiquement » a déclaré le président et fondateur de la Pinacothèque Marc Restellini. En ligne de mire : l’étranger, et notamment l’Asie et le Proche-Orient. Une fermeture qui relève plus de l’ « acte de gestion » que de la faillite, assure Marc Restellini, qui dresse à The Art Newspaper un bilan inquiet de la situation en France : « En tant que musée privé, nous assurons un service public, or la concurrence est déloyale avec les autres musées, qui ne paient pas 10 % de TVA sur la billetterie ni de loyer ni d’assurances pour les œuvres garanties par l’État. Il y a une réflexion à mener en France sur cette question de l’intérêt général. Il devrait y avoir plus d’opportunités de monter des projets, le privé apporte beaucoup de choses. » Si les difficultés financières de l’institution étaient connues, la nouvelle a tout de même produit un petit électrochoc. Le plus saisissant d’entre eux est l’annulation de l’exposition de photos « Karl Lagerfeld, a Visual Journey », initialement prévue jusqu’au 20 mars et qui a donc fermé lundi à...

Tags : , , , , ,

Ad.