« Ferdinand Hodler »

Data : Ferdinand Hodler, un Suisse aux enchères

Il est l’un des peintres suisses les plus connus, aux côtés de Félix Vallotton, de Cuno Amiet et de Paul Klee… Coup de projecteur sur Ferdinand Hodler, chantre du « parallélisme » et inoxydable gloire helvète.   Ferdinand Hodler naît le 14 mars 1853 à Berne (Suisse). Son père, Johann Hodler, ébéniste, peine à joindre les deux bouts pour une fratrie de six dont Ferdinand est l’aîné. Sa mère Margareta travaille comme cuisinière. À huit ans seulement, il a déjà vu son père et deux de ses frères succomber à la tuberculose. Sa mère, remariée au peintre décorateur Gottlieb Schüpbach, meurt à son tour de la tuberculose en 1867. Ferdinand a douze ans, il reprend l’atelier du peintre pour faire vivre la famille. Il esquisse des « vues de Suisse » fabriquées en série pour les touristes à Thoune. La tuberculose continuera à frapper, inlassablement, donnant au peintre une proximité forte avec la mort. Tous ses frères et sœurs ont succombé à la maladie. En 1872, Ferdinand Hodler s’installe à Genève, où il demeurera jusqu’à sa mort. Ses premières toiles sont réalistes, typiques de l’école suisse. Il vénère Gustave Courbet. Un voyage en 1878 en Espagne lui ouvre de nouveaux horizons ; il adopte un chromatisme plus léger, à dominante gris clair contrastant avec les couleurs ocres de ses premières réalisations. Progressivement, son rapprochement au symbolisme le couronne de succès. En 1890, Ferdinand Hodler peint une ambitieuse composition, La Nuit (aujourd’hui au Kunstmuseum de Bern), sa première toile de grand format où il se représente arraché au sommeil par le fantôme de la mort et entouré de corps nus, enlacés et lascifs. Il présente la toile au Salon du Champ-de-Mars en 1891, œuvre qui frappe Pierre Puvis de Chavannes, la référence du peintre, dont Hodler a retenu la leçon : utiliser...

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

La fondation Beyeler expose Hodler

Bâle, le 30 janvier 2013, Art Media Agency (AMA). La fondation Beyeler expose le travail de Ferdinand Hodler (1853-1918) jusqu’au 26 mai 2013. Avec 80 tableaux de celui considéré comme le plus grand artiste Suisse de son époque, la fondation permet aux visiteurs de découvrir les cinq dernières années de son œuvre. Les productions de Rodler exposées à Bâle sont consacrées aux paysages de montagne, aux vues du Lac Léman, mais également à la représentation de la douleur dans le cadre d’une série traitant de la maladie et de la mort. L’œuvre la plus attendue et la plus spectaculaire est Regard dans l’infini, peinture monumentale ayant pour sujet des femmes qui dansent. Cette exposition confirme la place de Rodler comme un des pères fondateurs de l’art moderne et le visiteur pourra faire le lien entre son travail et celui de l’autre grand peintre qu’était Mark Rothko.  ...

Tags : , , , ,

De l’idéalisme à la fin du règne communiste au Hamburger Kunsthalle

Hambourg, le 6 mars 2012, Art Media Agency (AMA). Le musée Hamburger Kunsthalle présentera, jusqu’au 13 mai 2012, l’exposition « Exhausted heroes: Ferdinand Hodler – Aleksandr Dejneka – Neo Rauch ». L’exposition porte sur l’idéal utopique du « nouvel homme » et sur son évolution au cours du XXe siècle, jusqu’aux « héros épuisés ». Ainsi, le peintre suisse, Ferdinand Hodler (1853-1918), profondément ancré dans les idéaux du mouvement « Life reform », étouffe l’héroïsme de ses personnages de telle manière qu’ils semblent fatigués. Puis les œuvres d’Aleksandr Dejneka (1899-1969), représentant majeur de la peinture postrévolutionnaire en Russie entre 1918 et 1932, sont l’appropriation des personnages des compositions de Ferdinand Hodler remis dans un contexte postrévolutionnaire russe. Le peintre Neo Rauch (1960) quant à lui, a peint, après la chute du mur de Berlin en 1989, des personnages figés dans des postures insignifiantes aux rites chimériques, faisant référence aux héros de la technologie et de l’industrie des années 1920 et 1930. De la proclamation du « nouvel homme » au début du siècle à l’abandon de l’idéalisme après la fin du règne communiste dans l’Allemagne de l’Est à la fin des années 1980, en passant par l’appropriation politique de la vision idéale de l’ordre socialiste, l’exposition permet au visiteur – à travers plus d’une centaine d’œuvres – d’observer la transformation de...

Tags : , , , , , , ,

Succès pour Ferdinand Hodler et Albert Anker chez Sotheby’s Zurich

Zurich, le 29 novembre 2011, Art Media Agency (AMA). La vente d’art suisse organisée par Sotheby’s à Zurich le 28 novembre a remporté un franc succès avec un total de 14.1 M€ même si la moitié des lots sont restés invendus. La pièce la plus attendue de ces enchères était le paysage du peintre suisse Ferdinand Hodler, Genfersee von Chexbres aus (Vue du lac Léman depuis Chexbres), daté de 1904. Le tableau estimé entre 2,5 M et 4 M€ (sans les frais), a finalement été adjugé à 5,8 M€ (avec frais) à un acheteur suisse au téléphone. L’œuvre provenant d’une collection privée n’était plus apparue sur le marché depuis près d’un demi-siècle. Lors de ces enchères, un record a été atteint pour une œuvre du peintre bâlois Albert Anker, Strickendes Mädchen, Kleinkind in der Wiege hütend (Jeune fille tricotant, surveillant un nouveau-né dans son berceau). L’huile sur toile peinte en 1885 a été acquise par un collectionneur suisse pour 5 M€ alors que la maison de vente en espérait entre 2,4 M et 4 M€. Le peintre bâlois a su séduire les acheteurs puisque son tableau représentant un vil homme assis et son chien, Alter Mann beim Znüni (Gyp) a atteint 1,4 M€, contre une estimation haute de 730.000 €. On retiendra également de cette vente le paysage inédit de Giovanni Giacometti, Grevasalvas, vendu pour 293.750 € ainsi que le nu de Félix Valloton, Le Bain, adjugé 196.500 €. Cette vente clôturait la saison de Sotheby’s Zurich qui a réalisé en 2011 un total de...

Tags : , , , , , ,

Un paysage de Ferdinand Hodler chez Sotheby’s

Zurich, le 9 novembre 2011, Art Media Agency (AMA). A l’occasion de sa prochaine vente d’art Suisse à Zurich le 28 novembre prochain, Sotheby’s présentera un paysage majeur du maître suisse Ferdinand Hodler (1853-1918). Genfersee von Chexbres aus (Vue du lac Léman depuis Chexbres), estimé entre 2,5 M et 4 M€, elle sera l’œuvre phare de la vente aux côtés des grands noms de l’art du Suisse du XIXe au XXIe siècle tels que Giovanni et Augusto Giacometti, Félix Vallotton, Cuno Amiet, Adolf Dietrich, Albert Müller, Alice Bailly et Gustave Buchet. Les 121 lots de cette vente sont évalués à près de 9 M€. Sotheby’s a régulièrement présenté des peintures de Hodler depuis qu’elle organise des ventes dans la cité suisse. Le record mondial pour une toile de l’artiste a d’ailleurs été établi lors de la vente du 5 juin 2007 de Sotheby’s Zurich ; Der Genfersee Von Saint-Prex Aus (Vue du lac Léman depuis Saint-Prex) avait été acquis pour 8,9 M€. Dans l’œuvre prochainement présentée par Sotheby’s, Hodler reprend l’un de ses thèmes de prédilection, le lac Léman qu’il a représenté à de nombreuses reprises entre 1895 et 1911. Ces paysages ont fait le succès de l’artiste dès leur création puisqu’elles ont alors été acquises par des collectionneurs privés et des musées suisses. Parmi les pièces phares de cette vente, on citera notamment les toiles du peintre Albert Anker (1831-1910), en particulier Strickendes Mädchen, Kleinkind in der Wiege hütend (Jeune fille tricotant, surveillant un nouveau-né dans son berceau) estimée entre 2,5 M et 4 M€ et Grossmutter, Ihrem Enkelkind die Suppe Gebend ( Grand-mère donnant la soupe à son petit-fils) estimée entre 800.000 et...

Tags : , , , , , , ,

Ad.