« Dubaï »

Émirats arabes unis : compétitivité et grands projets culturels

Bien décidés à sortir d’une économie « tout pétrole » les Émirats misent depuis 2007 sur la transformation de la culture en produit rentable. Investissements massifs, projets muséaux grandioses… Abu Dhabi et Dubaï ambitionnent de se positionner comme centres de la culture d’un XXIe siècle globalisé, quand Sharjah investit dans des projets moins onéreux. Les trois principaux émirats de la fédération des EAU n’ont en effet pas les mêmes approches lorsqu’il s’agit de diversifier leur économie, ni les mêmes moyens financiers. Abu Dhabi reste le plus ambitieux des trois avec le complexe de Saadiyat Island (Île de la félicité) créé ex nihilo dans la dernière décennie. Grâce à des investissements colossaux chiffrés à 25 milliards d’euros selon le Financial Times, l’émirat a construit un district entièrement consacré à la culture, avec pas moins de quatre grands musées et un centre des arts vivant : la programmation devrait rivaliser avec celle de Londres ou de New York. Sur le papier, le projet paraît alléchant, mais depuis 2007 seul un musée est sorti des sables, le Louvre Abu Dhabi, construit par le Français Jean Nouvel. Outre ce musée étaient annoncés le Guggenheim Abu Dhabi (Frank Gehry), le Zayed National Museum (Norman Foster) et le Maritime Museum (Tadao Ando). Le Centre for Performing Arts devait, lui, être construit par Zaha Hadid. Longtemps annoncé pour 2013, puis 2016, le Guggenheim a vu ses travaux préliminaires arrêtés en 2011 dès le coulage de milliers de piles de béton, suite aux répercussions des printemps arabes et à une polémique sur les conditions de travail des ouvriers. À ce jour, selon le service de presse de la Guggenheim Foundation, « les travaux n’ont pas encore commencé ». En cause, l’absence d’accord avec une entreprise de construction, malgré un appel d’offre lancé depuis plusieurs années. Estimé à 600 millions d’euros, le musée...

Tags : , , ,

Ouverture d’une nouvelle galerie à Dubai

La galerie Custot, fondée par Stéphane Custot, ouvre un nouvel espace à Dubai sur la Alserkal Avenue située dans la zone industrielle Al Quoz, le quartier culturel de la ville. L’exposition inaugurale s’intitule « The World Meets Here », visible du 14 mars au 7 mai 2016. L’exposition présente des œuvres de Chu Teh-Chun, Ian Davenport, Nicolas de Staël, Barry Flanagan, Peter Halley, Robert Indiana, Jedd Novatt, Marc Quinn, Pablo Reinoso, James Rosenquist, Frank Stella, Bernar Venet et Fabienne Verdier. Né à Paris en 1963, Stéphane Custot a étudié le droit et l’histoire de l’art. Il a été directeur de la Hopkins-Thomas galerie à Paris en 1988, aujourd’hui galerie Hopkins-Custot depuis 2001. Il ouvre la Custot gallery à Londres en 2005. Cofondateur du PAD à Paris et à Londres, il s’associe à Leslie Waddington pour fonder la Waddington Custot Galleries en 2010. Fort de 25 ans d’expérience à Paris et à Londres, Stéphane Custot ouvre un nouvel espace de 700 m2 avec une hauteur de plafond de 9...

Tags : , , ,

Christie’s fête ses dix ans au Moyen-Orient en créant un nouveau département : « Element of Style »

Le 7 février 2016 à Dubai, Christie’s a célébré le dixième anniversaire de sa présence au Moyen-Orient et crée un nouveau département pour ses ventes : « Elements of Style ». Jussi Pylkkänen, President of Europe and the Middle East, est revenu sur ces dix ans et dresse un constat de la situation : « Je me souviens très bien du moment juste avant notre première vente à Dubai… On savait tous que c’était risqué. À cette époque, il n’y avait qu’une poignée de galeries à Dubai, aucun des grands musées n’était envisagé, nous n’étions même pas certains que notre modèle de vente et le processus des enchères seraient adoptés par nos nouveaux clients. Mais nous avions de grandes œuvres et c’est toujours le secret, quel que soit l’endroit où on veut faire du business. C’est un bel hommage à Dubai, aux Émirats arabes unis, aux membres du gouvernement, collectionneurs, foires, galeries et surtout aux artistes, avec qui nous avons collectivement construit ce marché et dont je ne pouvais que rêver, lorsque je suis monté sur l’estrade, en 2006. » L’événement a eu lieu au Jumeirah Emirates Towers Hotel de Dubai. L’occasion de dédier cette soirée à l’art du Moyen-Orient à travers une sélection d’oeuvres présentées dans le cadre de la vente « Now and...

Tags : , , ,

Alserkal Avenue annonce Galleries Night

Le 16 novembre 2015, Alserkal Avenue accueillera plusieurs expositions de nouvelles galeries avec Galleries Night. Celles-ci auront lieu simultanément avec la semaine Abu Dhabi Art et les galeries d’Avenue présenteront des œuvres d’artistes régionaux et internationaux. Plusieurs nouveaux arrivants, comme Leila Heller Gallery, la troisième ligne et la Fondation Jean-Paul Najar, tous de Dubaï, participeront à l’événement pour la première fois. Abdelmonem Bin Issa Alserkal, le fondateur de Alserkal Avenue a déclaré que ce sang neuf à l’avenue « est l’illustration de l’accomplissement d’Alserkal Avenue comme communauté pour la promotion des arts et de la culture … nous sommes impatients d’aborder de la même façon le contexte l’international. «L’art contemporain reste au cœur du projet de l’Avenue, et plusieurs des galeries seront mises à l’honneur avec des sculptures, peintures et œuvres sur papier abstraites. » Ces expositions représente la première vague d’inaugurations de galeries pour l’expansion de Alserkal Avenue, entamée en mars 2015. De nouvelles galeries devraient ouvrir en janvier et mars 2016 aux côtés de Galleries Night. Alserkal Avenue a été fondé en 2007 et propose des initiatives culturelles et artistiques au sein de la communauté. Son fondateur est Abdelmone Bin Issa Alserkal, qui est né et a grandi à Dubaï. Il a également été récompensé deux fois par le Patron of the Arts award, présenté par Son Altesse Cheikh Mohammed Bin Rashin Al...

Tags : , , , , , ,

« Meeting Point » à la Cuadro Gallery

En collaboration avec la galerie azerbaïdjanaise Yay Gallery, la Cuadro Gallery, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, accueille l’exposition « Meeting Point », rassemblant des œuvre des artistes azerbaïdjanais internationalement reconnus Rashad Alakbarov, Orkhan Huseynov, Aida Mahmudova et Farid Rasulov jusqu’au 15 octobre 2015. Les quatre artistes traitent de l’évolution des traditions et de la mémoire dans un Azerbaïdjan en pleine modernisation. Rashad Alakbarov présente ses trois derniers shadows works, qui, placés devant une source lumineuse, forment une ombre dont la signification se trouve totalement dissociée de l’objet lui-même, renvoyant aux contradictions et aux dualités du Moyen-Orient. Orkhan Huseynov expose quatre reliefs en plexiglas de sa nouvelle série Yusuf, mêlant des vers de la sourate éponyme extraite du Coran et des images d’une chemise moderne, figurant la relation à la fois violente et complémentaire entre religion et modernité. Farid Rasulov présente deux nouvelles sculptures composées d’objets du quotidien esthétisés par des ornements en bois sculpté. Enfin, le travail de Aida Mahmudova explore les thèmes de la mémoire et de la nostalgie à travers différents médiums. Ses tableaux capturent l’image des paysages évanescents, des architectures et des environnements urbains...

Tags : , , , , , , , , ,

Ad.