« destruction »

La collection de Rosemarie Trockel détruite dans un incendie

Un incendie a partiellement détruit la villa de l’artiste Rosemarie Trockel dans la ville de Hanwald en Allemagne et a entraîné la destruction des œuvres de sa collection — d’une valeur de 30 M€. Une collection qui comprenait des œuvres d’Andy Warhol parmi d’autres grands noms de l’art contemporain, mais aussi de l’artiste elle-même. Âgée de 63 ans, Rosemarie Trockel n’était pas présente à son domicile lors de l’incident. Un désastre auquel a réagi la galerie Sprüth Magers par la voix de Carla Donauer, qui déplore l’incident tout en se montrant soulagée que l’incendie ne compte aucune victime. Rosemarie Trockel est née en 1952 à Schwerte. Elle vit et travaille à Cologne où elle a étudié l’art, notamment auprès de Werner Schriefers. Elle porte un regard subversif sur la société dont elle interroge l’instabilité des conventions sociales. Elle s’est fait connaître notamment par ses peintures réalisées en tricot. En 2013, elle a reçu le prix...

Tags : , , , , , , , ,

L’État Islamique continue ses destructions

Selon Kristin Romey de National Geographic, l’Etat Islamique aurait détruit deux anciennes portes urbaines, les portes Mashki et Nergal dans la ville de Ninive en Irak. Ces monuments avaient été érigés autour de 700 av. J-C, puis reconstruits au XXe siècle. Des destructions qui ont été confirmées par Michael Danti, professeur d’archéologie à l’Université de Boston et co-directeur de la Cultural Heritage Initiative au département des études orientales de la American Schools. Une action soutenue par les États-Unis afin de documenter les destructions de sites religieux et culturels en Irak et en Syrie. Ninive est proche de la ville de Mossoul, toujours occupée par Daesh, et fait partie de l’héritage culturel de la ville. L’armée irakienne a annoncé préparer la reconquête de Mossoul, pendant que l’État Islamique continue à détruire d’autres ponts et d’autres murs dans la ville de Nineveh, comme le souligne Michael...

Tags : , , ,

François Hollande veut créer un droit d’asile pour les œuvres menacées

Le 17 novembre 2015, le président français François Hollande a déclaré au siège de l’Unesco, à Paris, qu’il souhaitait créer un droit d’asile pour les œuvres menacées. Lors de son discours devant les délégués de 195 États-membres de l’ONU à l’Unesco, François Hollande a fait part de la détermination de la France à s’investir activement dans la préservation du patrimoine de l’humanité. Avec Jean-Luc Martinez, le directeur du Louvre, à qui il a demandé un ensemble de propositions concrètes le jour de l’attentat du Bardo, à Tunis, le président de la République française souhaite créer un droit d’asile pour les œuvres menacées, par la destruction et par le marché noir. François Hollande explique ainsi le fonctionnement de ce pillage organisé : « L’organisation terroriste Daesh délivre des permis de fouilles, prélève des taxes sur des œuvres qui vont ensuite alimenter le marché noir mondial, transitant par des ports francs qui sont des havres pour le recel et le blanchiment, y compris en Europe. » Pour Jean-Luc Martinez, il faut donc créer un statut particulier pour les œuvres expatriées pour leur sécurité, en attendant d’être rendues à leur pays d’origine. De plus, le pillage d’œuvres inconnues doit être anticipé et combattu par un important travail de documentation destiné à conserver la mémoire des sites. Ces efforts viendraient s’ajouter à ceux, déjà colossaux, des responsables sur place : en Syrie par exemple, le directeur des antiquités Maamoun Abdulkarim, a réussi à protéger des milliers d’objets, même à Palmyre, où 400 sculptures ont pu être évacuées avant l’arrivée de...

Tags : , , , , , , , , , ,

L’Italie envoie des Casques bleus pour protéger le patrimoine du Moyen-Orient

Le 24 octobre 2015, le ministre de la culture italien Dario Franceschini a approuvé publiquement le déploiement des Casques bleus pour la protection du patrimoine menacé par les islamistes extrémistes. D’après une étude récemment publiée par des chercheurs du Dartmouth College, aux États-Unis, des acteurs aussi divers que Daesh, les forces kurdes et les autorités syriennes sont potentiellement responsables de pillages et de destructions de l’héritage culturel de Syrie. Cette étude est basée sur une analyse satellite de 1.300 sites archéologiques syriens dont les images actuelles ont été comparées à d’autres plus anciennes par Digital Globe. L’anthropologue Jesse Casana, qui a dirigé l’étude, a expliqué : « Des exemples de pillages sévères sont observés dans les zones contrôlées par l’État islamique et par le régime syrien » Du fait de cette destruction continue, le gouvernement italien a décidé d’envoyer les gardiens de la paix des Nations Unies, les Casques bleus. Dario Franceschini a déclaré à ce propos : « Après les attaques terroristes [de Daesh] et les terribles images de Palmyre, la communauté internationale ne peut se contenter de rester en retrait et de regarder. » 53 pays ont voté en faveur de cette mesure de protection, qui inclut le site de Palmyre, assailli depuis mai 2015. Les Casques bleus ont notamment appris des expériences italiennes et internationales de protection et de sécurisation du...

Tags : , , , , , , , , , ,

Daesh détruit l’arc de triomphe de Palmyre

Daesh a détruit l’arc de triomphe antique romain de Palmyre, en Syrie, le 4 octobre 2015, poursuivant leur destruction systématique du patrimoine culturel syrien. L’arc était sans doute le joyau du trésor que représentaient les ruines de Palmyre, construite pour commémorer la visite de l’empereur romain à la ville, voici 2.000 ans de cela. Maamoun Abdulkarim, chef des antiquités du pays, a qualifié ces actes de « barbares », déclarant qu’ « il s’agit d’un crime dans tous les sens du terme. […] Tout ce que nous pouvons faire c’est partager la tristesse. » Il a ajouté que le monument n’a aucune signification religieuse, bien que le radicalisme de Daesh considère la préservation des monuments historiques comme un sacrilège, estimant qu’elle favorise l’idolâtrie. D’autres monuments cruciaux du site antique, tels que le temple de Bel et le temple de Baalshamin, ont également été détruits. Quant à Khaled al-Assaad, alors à la tête des antiquités de Palmyre, il a été décapité en août 2015 après avoir refusé de révéler l’emplacement d’objets anciens. Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, a déclaré : « La destruction systématique des symboles culturels qui incarnent la diversité culturelle syrienne révèle la véritable intention de ces attaques, qui est de priver le peuple syrien de ses connaissances, de son identité et de son histoire. » Maamoun Abdulkarim a appelé une intervention internationale dans la guerre contre Daesh, en avançant que « la libération de Palmyre est une nécessité immédiate. La communauté internationale doit trouver une solution pour la libérer....

Tags : , , , , ,

Ad.