« Cy Twombly »

Cy Twombly, le peintre de l’Olympe au Centre Pompidou

Plus de 140 œuvres, trois des cycles principaux du peintre… La rétrospective que consacre le Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou à Cy Twombly est une exposition de référence. Une visite (fortement) recommandée ! C’est par un heureux hasard de calendrier que devait commencer l’exposition Cy Twombly à la fin du mois de novembre 2016. D’un côté de la Manche, Rauschenberg, de l’autre « TW », comme le surnommait Roland Barthes. Les deux amants, les deux compagnons, célébrés le même jour par l’ouverture de deux rétrospectives. Le premier à la Tate (Londres), le second au Centre Pompidou (Paris). L’impact de Robert Rauschenberg a été déterminant dans la carrière de Cy Twombly ; c’est lui qui l’a incité à s’inscrire au prestigieux Black Mountain College (Caroline du Nord), puis c’est à ses côtés que Cy Twombly a parcouru l’Europe et l’Afrique du Nord pour la première fois, en 1952. De Lexington à Rome C’est à cet instant – le basculement de l’histoire pour le jeune Twombly – que démarre la rétrospective du Centre Pompidou. Son commissaire, Jonas Storsve, explique : « Il s’agit de la première rétrospective totale consacrée à Cy Twombly, allant de 1951 à son décès, survenu en 2011 ». C’est par les premières expérimentations du peintre, du début des années 1950, à la peinture industrielle visqueuse blanc-crème creusée par des annotations à la mine de plomb, que commence l’exposition ; des œuvres marquées par l’économie de leurs moyens. À cette époque, Cy Twombly vit encore à Lexington (Virginie), avant de s’embarquer pour le Black College et l’autre rive de l’Atlantique. Il faut attendre la fin des années 1950, voire le début des années 1960, pour que la couleur apparaisse franchement dans le travail de Twombly, conséquence de son abandon de la peinture industrielle pour des couleurs en tube, moins fluides....

Tags : , , , , ,

Data: Cy Twombly

Cy Twombly, peut-être l’un des peintres les plus en vogue du moment, s’apprête à être exposé au Centre Pompidou. Parallèlement, son marché se porte très bien. Plus particulièrement depuis son décès… Edwin Parker Twombly Jr. naît le 25 avril 1928 à Lexington (Virginie). Il se met jeune au dessin et à la peinture, et rapidement, sous l’œil de l’Espagnol Pierre Daura. Entre 1947 et 1949, il poursuit son apprentissage en s’inscrivant à la Boston Museum School, à l’issue de laquelle il intègre le département d’art à la Washington and Lee University, à Lexington. À l’Art Students League of New York (1950-1951), il rencontre Knox Martin et Robert Rauschenberg, avec qui il noue une amitié tendre. En suivant ses conseils, il fait une halte au Black Mountain College (Caroline du Nord), où il côtoie Franz Kline, Robert Motherwell, le poète Charles Olson, John Cage et Merce Cunningham. L’époque est à l’expressionnisme abstrait ; Cy Twombly fréquente la galerie Kootz (New York) où sont exposés Pollock, Rothko, Newman, Still ou Motherwell. Il obtient sa première exposition solo à la galerie The Seven Stairs (Chicago) en 1951, puis à la galerie Kootz la même année, présentant des monotypes et des dessins au crayon noir qui suggèrent des formes totémiques, voire phalliques. En 1952, il traverse pour la première fois l’Atlantique ; Cy Twombly parcourt l’Italie, l’Espagne et l’Afrique du Nord en compagnie de Robert Rauschenberg. L’année suivante, il effectue son service militaire à Camp Gordon (Géorgie), avant d’être affecté au poste de cryptographe à Washington.  En 1957, il se retrouve à Rome où il déploie une intense activité graphique ; il y peint notamment Olympia, Sunset, Blue Room et Arcadia, certaines de ses toiles les plus fameuses. Dans ses dessins, les motifs des graffitis et des griffures apparaissent, se juxtaposant à des...

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Cy Twombly sous le marteau de Sotheby’s en novembre

Le 11 novembre 2015, Sotheby’s New York mettra en vente des œuvres de premier plan de l’artiste américain Cy Twombly. Plusieurs œuvres réalisées par Cy Twombly appartenant à la collectionneuse et philanthrope de Los Angeles, Audrey Irmas, seront proposées aux enchères. Parmi elles, Untitled, 1968 [New York City], est estimée plus de 60 M$. Les recettes de la vente aux enchères seront utilisées par la Fondation Irmas Audrey pour la justice sociale, une cause défendue par Audrey Irmas et son défunt mari, en plus de la synagogue du Wilshire Boulevard, qui recevra 30 M$ à l’issue de la vente. Wilshire Temple va permettre la construction d’un nouveau bâtiment, le Audrey Irmas Pavillon, conçu par l’Office for Metropolitan Architecture (OMA). Untitled, 1968 [New York City] sera exposée au public à Sotheby’s Los Angeles les 24 et 25 septembre 2015 avant de voyager jusqu’à Londres et New York afin d’y être exposée à nouveau. Cette œuvre fait partie de la série Blackboard par Twombly et a fait partie de la Saatchi Collection depuis 1990. Audrey Irmas a déclaré à propos de cette vente : « J’ai adoré avoir sous les yeux cette œuvre magnifique de Cy Twombly et vivre 25 ans à ses côtés  […] la synagogue de Wilshire Boulevard a fait partie intégrante de la vie de ma famille sur des générations […] J’ai décidé qu’il était temps de partager ma chance avec les...

Tags : , , , , , ,

Cy Twombly inaugure la nouvelle galerie Gagosian

Les sculptures, peintures et œuvres sur papier de l’artiste américain Cy Twombly inaugureront le 10 octobre 2015, l’ouverture de la nouvelle galerie Gagosian, dans le quartier londonien de Mayfair. La galerie, signée par l’architecte Caruso St. John, se présente sur deux lumineux niveaux et se situe à Grosvenor Hill. Le cabinet d’architecte avait déjà conçu les locaux de Britannia Street, Paris et Rome. L’exposition devrait dévoiler une série de peintures sur le thème de Bacchus, ainsi que des œuvres issues d’autres collections, y compris la fondation Cy Twombly. Twombly a fréquemment été exposé par Gagosian depuis les années 1980. Il a même été le scénographe de certaines expositions comme « The Coronation of Sesostris » (2000-2001), « Bacchus » (2005-2006) and « The Rose » (2009). Il était également présent pour le lancement de plusieurs expositions dans d’autres galeries Gagosian, comme « Three Notes for Salalah », qui se déroula à Rome en 2007, et « Camino Real » qui eut lieu à Paris en 2010. En 2012, ses oeuvres voyagèrent à travers les galeries Gagosian de Londres, New York et Hong Kong. Larry Gagosian déclare à propos de l’évènement : « Ce fut un grand honneur que d’avoir Cy Twombly pour l’inauguration de nos nombreuses galeries européennes, présentant, à l’occasion d’expositions, de récentes œuvres […] nous sommes impatients de pouvoir dévoiler des œuvres inédites lors du vernissage […] » Cy Twombly est né en 1928 à Lexington, en Virginie, et sortit diplômé de l’École des Beaux-Arts de Boston, the Art Students League de New York, et du Black Mountain College in North Carolina. Il doit sa renommée à ses oeuvres de grand format sur fond neutre à caractère calligraphique. Beaucoup de ses oeuvres font partie de la collection permanente du Tate Modern de Londres, ainsi que du MoMA à New York. Twombly s’est éteint en 2011 à Rome....

Tags : , , , ,

Gagosian ouvre un troisième espace à Londres

Dans le quartier de Mayfair, Larry Gagosian a finalement trouvé le troisième espace destiné à abriter sa nouvelle galerie londonienne, un souhait qu’il avait annoncé plus tôt cette année. La troisième galerie Gagosian londonienne et quinzième au monde occupera un espace d’un peu plus de 1600 m². Le nouveau lieu ouvrira ses portes le 8 octobre 2015 et inauguré par une exposition consacrée aux travaux de l’artiste Cy Twombly (1928–2011), dont les pièces sont souvent associées aux inaugurations des nouvelles galeries Gagosian. En effet, les expositions inaugurales des espaces d’Athènes, de Rome, de Paris et de Brittania Street à Londres étaient consacrées à Cy Twombly. D’ailleurs, la galerie a présenté 22 expositions personnelles de cet artiste depuis 1989. La Gagosian Gallery, fondée à Los Angeles par Larry Gagosian en 1979, est l’une des plus importantes galeries d’art contemporain au monde. Elle possède notamment trois succursales à New York, une à Beverly Hills, dorénavant trois à Londres et une à Rome, Athènes, Paris, Genève et Hong Kong. Parmi les artistes exposés figurent les plus grands tels que : Andy Warhol, Damien Hirst, Tracey Emin, Frank Stella, Rachel Whiteread, Jake et Dinos Chapman, John Currin, Jasper Johns, Gilbert et George, Cy Twombly, Nan Goldin et Victoire de...

Tags : , , , , ,

Ad.