« Christo »

Christo, l’intime et le monumental

Alors que les projets urbains de Christo et Jeanne-Claude sont présentés à l’ING Art Center de Bruxelles, la BRAFA expose une œuvre du milieu des années 1960, Three Store Fronts. Retour sur l’histoire de cette installation et sur la naissance du projet Mastaba qui, à Abu Dhabi, devrait bientôt sortir de terre : la plus grande sculpture au monde.   Né en 1935 en Bulgarie, Christo Vladimiroff Javacheff, dit Christo, a travaillé depuis la fin des années 1950 avec sa femme et collaboratrice Jeanne-Claude Denat de Guillebon, jusqu’à sa disparition en 2009. Ensemble, ils ont créé de nombreux projets in situ de très grande ampleur, à l’exemple de l’empaquetage du Pont-Neuf à Paris, du Reichstag à Berlin, ou plus récemment l’installation de plus de 7.000 panneaux de tissus safran dans Central Park, à New York, ou d’un pont flottant dans l’Italie lombarde. Autofinancées par la vente des dessins préparatoires, ces réalisations se mènent toujours sur plusieurs années, pour obtenir les autorisations des villes ou des régions, et regrouper les équipes d’ingénieurs les rendant possibles. Dans les prochaines années, Abu Dhabi devrait accueillir la plus grande sculpture jamais orchestrée au monde. En attendant, la BRAFA dévoile une pièce historique de Christo, qui n’a jamais été vue en Belgique. Rencontre inédite…   Pour la BRAFA, vous présentez une œuvre des années 1960 qui se nomme Three Store Fronts et s’intégrait dans la série des Show Cases et des Show Windows. Pourquoi l’avoir choisie pour la foire ? Si l’on veut revenir à un contexte historique plus global, ce travail part de ce que je réalisais alors à Paris. À partir de 1962, j’ai en effet conçu des Show Cases et des Show Windows, qui étaient des vitrines ou d’anciennes armoires à pharmacie, puis le Three Store Fronts a été conçu pour ma...

Tags : , , , ,

Le Miracle Marathon Weekend de la Serpentine révèle ses intervenants prestigieux

La Serpentine Gallery de Londres vient d’annoncer son programme pour le Miracle Marathon Weekend des 8 et 9 octobre prochains, qui sera entièrement dédié à l’idée du miracle et du sacré. Les intervenants seront en nombre, et pour n’en citer que quelques-uns, l’on retrouvera les artistes Etel Adnan, Christo et Gustav Metzger, les écrivains Marie NDiaye et Andrew O’Hagan, les théoriciens Jacqueline Rose et Eyal Weizman, le physicien Carlo Rovelli, avec une présentation de Gilbert & George et Genesis P-Orridge.  Le marathon devient aussi un festival à part entière dans Londres, car il se tiendra pour la première fois depuis sa création en 2006 à la fois à la Serpentine Sackler Gallery et à la Second Home, dans le bâtiment de Spitalfields de l’architecte Selgas Cano. Il sera retransmis en direct sur la radio de la...

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Plainte déposée contre le projet Over the River de Christo

Un juge fédéral a donné le feu vert pour un projet de Christo et Jeanne-Claude qui consiste à étendre près de plus de 9 km de tissu argenté sur la rivière Arkansas dans le Colorado, entre Cañon City et Salida. Mais les militants locaux se sont opposés au projet. Pourtant le jugement a constaté que les fonctionnaires fédéraux respectaient les lois environnementales en acceptant le projet. L’organisme communautaire Rags Over the Arkansas River (ROAR) a intenté un procès en 2012 contre Christo en cherchant à bloquer l’installation artistique au motif que le projet mettrait en danger la faune locale, y compris les poissons et le mouflon d’Amérique. Dotée de 9 km de panneaux suspendus en huit sections sur un tronçon de 65 km de la rivière, l’installation serait « in situ » pendant une période de deux semaines en août. Christo et sa défunte épouse et partenaire Jeanne-Claude conçurent la pièce dans les années 1990 et avaient sélectionné la rivière Arkansas après avoir exploré 89 rivières potentielles dans sept États. Christo a dit qu’il s’attendait à ce que ce projet prenne trois années complètes à se concrétiser, ce qui signifie qu’il sera réalisé en 2018 au plus tôt. Il a été satisfait par la décision du tribunal et a déclaré : « Nous avons une action en justice toujours en suspens de l’État, mais aujourd’hui, nous avons fait un pas en avant très important vers la réalisation de Over the River. » Mais bien que la décision soit contre la réclamation de RAAR, le groupe a déclaré ne pas être prêt à abandonner la bataille. Dans leurs œuvres qui les représentent le plus, ils mettent en scène toiles, câbles et structures métalliques, pour créer des œuvres éphémères qui durent deux semaines en moyenne. Leur art consiste en l’« empaquetage » de lieux, de bâtiments,...

Tags : , , , ,

Un Christo invendu

L’œuvre de Christo, The Mastaba of Abu Dhabi (Project for the United Arab Emirates) (1981), proposée sous le numéro de lot 20 lors de la vente du soir d’art contemporain chez Sotheby’s Paris le 3 décembre, était estimée entre 150.000 € et 200.000 € et n’a pas trouvé preneur. La pièce signée, titrée et datée 1981 a été authentifiée par l’artiste lui-même. Elle a été réalisée avec du pastel, crayon, fusain et cire sur papier. Le Mastaba d’Abu Dhabi est un projet à très grande échelle, imaginé par Christo et Jeanne-Claude en 1977, toujours en cours de conception. Cette sculpture sera la plus grande au monde, seule œuvre permanente de cette taille à être réalisée. Elle mesurera 150 mètres de haut sur 225 mètres de profondeur. L’œuvre sera constituée de 410.000 barils multicolores formant une mosaïque de couleurs chaudes, rappelant l’architecture islamique. L’œuvre proposée par Sotheby’s a appartenu aux collections suivantes : galerie Daniel Varenne, Paris ; Fondation Veranneman, Kruishouten ; Galleria II Ponte, Florence avant d’être acquise par l’ancien propriétaire de...

Tags : , , , , ,

Christo dépasse légèrement son estimation haute

L’œuvre de Christo, The Umbrellas, joint project for Japan and USA (1990), présente une étonnante variété de médias : crayon, fusain, une photographie de Wolfgang Volz, crayon gras, pastel, acrylique, échantillons de tissus et carte topographique. Elle représente les croquis de Christo pour un projet immense disséminant des parasols jaunes dans la nature. Cette pièce était estimée entre 130 et 180.000 €, et avait été authentifiée par l’artiste lui-même. Elle a légèrement dépassé son estimation haute en atteignant 190.000 € (229.500 € avec frais). Proposée à la vente par un collectionneur particulier, elle a été accrochée aux cimaises de Pascal de Sarthe Fine Art (Paradise Valley), d’une collection particulière au Japon et de la Collection Yoichi Kawakita (Japon). « Christo » était le pseudonyme artistique de Christo et Jeanne-Claude, tous les deux nés le 13 juin 1935. Les œuvres réalisées à partir de 1994 portent d’ailleurs la paternité « Christo et Jeanne-Claude ». Le couple est connu pour ses larges installations qui « qui emballent la géographie et l’histoire », dont le Reichstag de Berlin et le Pont-Neuf, à...

Tags : , , , , , ,

Ad.