« Christie’s »

Le marché de l’art tribal aux enchères en 2016

En nette croissance depuis  2000, l’art tribal aux enchères n’est pas épargné depuis trois ans par les bouleversements  : dilution du duopole historique Sotheby’s-Christie’s, consolidation du marché intermédiaire, au profit des pièces africaines dont la valeur moyenne chute. Des inerties se brisent…  Si l’on devait avoir une certitude sur ce marché très hétérogène puisque composé des arts classiques d’Afrique et d’Océanie, précolombiens et d’Amérique du Nord, ce serait sa croissance. Le chiffre d’affaires des ventes réalisées aux enchères, malgré quelques fluctuations, a connu une tendance haussière, passant d’une dizaine de millions d’euros en  2001 pour flirter avec les  60  M€ en  2013 jusqu’à l’excellent cru de  2014 dépassant la barre symbolique des 100  M€ – record absolu pour le marché aux enchères. Quant au nombre de lots proposés à la vente, il a connu de plus grandes fluctuations, mais sa croissance est tout aussi indéniable. En moyenne, 3.100  objets environ étaient présentés tous les ans entre  2000 et  2005 contre près de  5.800 en  2014, 7.050 en  2015 et plus de  8.300 en  2016. L’évolution de l’indice des prix Artkhade rend le phénomène perceptible  : entre  2000 et  2016, le niveau de prix des objets d’art classique africains et océaniens a été multiplié par trois. Toutefois, les trois dernières années ont envoyé des signaux contradictoires, sanctionnant vraisemblablement les mutations du marché. Certains marchands et collectionneurs historiques se sont retirés, remplacés par de jeunes pousses, le marché s’est globalisé, l’Internet a changé les habitudes des professionnels, comme des amateurs. Depuis  2014, l’inflation des lots présentés en ventes – suivant une première phase de croissance entre  2006 et  2009, mais incomparable avec celle actuelle – s’est accompagnée d’une baisse significative du chiffre d’affaires du marché de l’art tribal aux enchères. Après le record absolu de  2014, il a subi une nette correction,...

Tags : , , , , ,

La Galerie Perrotin ouvrira un nouvel espace à Tokyo en 2017

Après Paris, Hong Kong, New York et Séoul, la Galerie Perrotin vient d’annoncer l’ouverture d’un espace à Tokyo, au printemps 2017, situé au rez-de-chaussée du Piramide building, au 6-6-9 Roppongi Minato-ku Tokyo. Roppongi est un quartier culturel qui présente de nombreux musées, comme le Mori Art Museum, le Suntory Museum of Art, le National Art Center (Art Triangle Roppongi), et des galeries importantes. Par ailleurs, après trois années passées dans l’Upper East Side de New York, dans le bâtiment de la Bank of New York datant de 1932, la Galerie Perrotin déménagera dans une galerie huit fois plus grande, également au printemps 2017. Direction le Lower East Side, le quartier le plus dynamique de Manhattan, à coté du New Museum. Plus tôt cette année, la Galerie Perrotin avait inauguré un nouvel espace de 180 m2 à Séoul, avec une librairie présentant les éditions de la galerie, dans l’immeuble de Christie’s, proche du National Museum of Modern & Contemporary Art et du Daelim Museum, face à la Maison Bleue, résidence du Président et du palais de Gyeongbok. Rappelons qu’Emmanuel Perrotin a fondé la Galerie éponyme en 1989, à l’âge de 21 ans. Il a depuis ouvert quinze espaces différents, offrant des dispositifs de plus en plus stimulants à la création actuelle. Il accompagne les artistes, certains depuis plus de 25 ans, dans la réalisation de leurs projets les plus...

Tags : , , , , , , , , ,

La Galerie Perrotin ouvrira un nouvel espace à Tokyo en 2017

Après Paris, Hong Kong, New York et Séoul, la Galerie Perrotin vient d’annoncer l’ouverture d’un espace à Tokyo, au printemps 2017, situé au rez-de-chaussée du Piramide building, au 6-6-9 Roppongi Minato-ku Tokyo. Roppongi est un quartier culturel qui présente de nombreux musées, comme le Mori Art Museum, le Suntory Museum of Art, le National Art Center (Art Triangle Roppongi), et des galeries importantes. Par ailleurs, après trois années passées dans l’Upper East Side de New York, dans le bâtiment de la Bank of New York datant de 1932, la Galerie Perrotin déménagera dans une galerie huit fois plus grande, également au printemps 2017. Direction le Lower East Side, le quartier le plus dynamique de Manhattan, à coté du New Museum. Plus tôt cette année, la Galerie Perrotin avait inauguré un nouvel espace de 180 m2 à Séoul, avec une librairie présentant les éditions de la galerie, dans l’immeuble de Christie’s, proche du National Museum of Modern & Contemporary Art et du Daelim Museum, face à la Maison Bleue, résidence du Président et du palais de Gyeongbok. Rappelons qu’Emmanuel Perrotin a fondé la Galerie éponyme en 1989, à l’âge de 21 ans. Il a depuis ouvert quinze espaces différents, offrant des dispositifs de plus en plus stimulants à la création actuelle. Il accompagne les artistes, certains depuis plus de 25 ans, dans la réalisation de leurs projets les plus...

Tags : , , , , , , , , , , ,

Londres : le marché de l’art islamique

Le marché de l’art islamique se voit conforté à Londres grâce à des ventes majeures réalisées par Christie’s et Sotheby’s. Mais en raison de l’actualité qui touche le Moyen-Orient, les maisons de ventes doivent se doter d’informations complémentaires — et obligatoires — afin de pouvoir proposer leurs pièces lors des ventes aux enchères. La maison de ventes doit ainsi se doter d’une preuve de la sortie légale de l’œuvre de son pays d’origine, cette nouvelle règle permettant de contrer les reventes illégales d’œuvres pillées dans les zones de conflits. En dépit de ces restrictions, le marché de l’art islamique continue de s’affirmer à l’international et notamment à Londres, où foisonne un cercle de collectionneurs engagés. Le 20 octobre dernier, Christie’s vendait une page du célèbre manuscrit Hamzanama (1564). Estimée entre 200.000 et 300.000 £, la page fut adjugée pour la somme de 821.000 £. L’illustration de cette page montre Amir Hamza — oncle du prophète Mahomet — accroché aux pattes du phénix. La vente de la page du manuscrit était le point culminant de la semaine de l’art islamique, qui s’est déroulée du 14 au 25...

Tags : , , , , , , , ,

Plus de 2 M€ pour la collection Pierre-Yves Le Diberder

La dispersion de la collection de Pierre-Yves Le Diberder, orchestrée le vendredi 14 octobre dernier à Drouot par la maison Pierre Bergé & Associés, en association avec Christie’s, a atteint 2.084.786 €. Les adjudications reflètent l’éclectisme de cette collection, à l’image de la toile signée Ferdinand Joseph Guerldry datée 1881, Une Régate à Joinville, le départ, qui a atteint 114.240 €. Man Ray, un acrylique et encre sérigraphique sur toile réalisé par Andy Warhol a suscité 89.320...

Tags : , , , , , , ,

Ad.