« Bruxelles »

Un musée dans un garage

Siège de l’Union Européenne, Bruxelles sera-t-elle bientôt le nouveau hub des arts contemporains ? C’est en tout cas le chantier lancé par Rudi Vervoort, le patron de la région Bruxelles-Capitale. Au cœur du projet, l’emblématique garage Citroën de la place de l’Yser. Retour sur un pari fou.   On ne peut plus guère en douter… Avec l’ouverture – grandiose et un brin grandiloquente – du Louvre Abu Dhabi, en novembre dernier, la France n’en finit pas d’asseoir son expertise culturelle et son influence à l’international. Force est de constater aussi que dans le monde des arts, le Centre Georges-Pompidou a également le vent en poupe. Après le succès de son pop-up ibérique, implanté pour cinq ans dans la très andalouse Malaga, l’institution muséale parisienne surfe sur la vague de la reconnaissance et acte de nouveaux partenariats, avec Shanghai dès 2019, avec Bruxelles, à l’horizon 2020-2021. Niché au cœur de la capitale belge, au carrefour de la place de l’Yser et du quai de Willebroeck, l’emblématique garage Citroën a été choisi pour devenir le futur pôle culturel et artistique du « plat pays ». Implanté en bordure du canal, à deux pas de la place Sainctelette, ledit garage, rappelons-le, a été érigé en 1933 sur la base des plans esquissés par André Citroën lui-même, qui ambitionnait d’en faire alors la plus vaste usine automobile d’Europe. Un palais de verre de 21 mètres de hauteur, du plus bel effet, caractérisé par une façade-rideau courbe… le tout bâti sur un terrain de près de 2 hectares. Il faudra attendre près d’un siècle pour que ce blanc paquebot change de destination. En octobre 2015, le site est racheté par la Société d’Aménagement Urbain (SAU), opérateur immobilier de la région Bruxelles-Capitale, pour 20,5 millions d’euros, avec l’intention d’en faire le pivot stratégique de son...

Tags : , , ,

Tous à la Patinoire Royale !

C’est un espace magistral de près de 3.000 m2 qui fit autrefois la joie des patineurs à roulettes. C’est aujourd’hui un lieu d’exposition peu commun, au centre de Bruxelles. Une heure en compagnie de Valérie Bach : à propos de l’engagement contemporain… au cœur d’un monument historique. Valérie Bach s’est installée en 2005 à Bruxelles.  Elle y a alors ouvert sa première galerie, dans le quartier du Sablon. C’est en 2007 qu’elle et son mari découvrent la Patinoire Royale, un bâtiment de style néo-classique construit en 1877 en plein cœur de la capitale. Fenêtres à arc plein cintre, magnifique charpente Polonceau, verrière d’époque… Le coup de foudre est immédiat et très vite le couple se porte acquéreur du lieu. La galerie Valérie Bach y présente dès 2012 sa programmation, dans l’aile donnant sur la rue Faider, tandis que la restauration de la grande nef se poursuit, sous l’égide des cabinets d’architecture Jean-Paul Hermant et Pierre Yovanovitch. C’est donc en avril 2015 que Valérie Bach a inauguré, avec son directeur Constantin Chariot et son équipe, ce nouveau lieu hybride, dont elle a gardé le nom historique. Trois expositions s’y sont déjà tenues : « La résistance des images », un ensemble de près de 170 œuvres réunissant les figures majeures de la Figuration narrative, sous le commissariat de Jean-Jacques Aillagon ; « Let’s Move ! », une vaste rétrospective de l’art cinétique assurée par Arnauld Pierre ; et « Prouvé / Takis » réalisée en collaboration avec la galerie Downtown. Jusqu’au 25 mars et pour la première fois depuis l’ouverture de la Patinoire, la totalité des espaces ont été confiés à l’artiste portugaise Joana Vasconcelos, qui y présente entre autres plusieurs de ses œuvres monumentales. Vous êtes administratrice de la Patinoire, ainsi que de la galerie qui porte votre nom. Quelle est la relation entre ces deux pôles ? Malgré la différence d’appellation, il s’agit d’une seule et même entité, mais aux programmations indépendantes. La galerie Valérie Bach existe...

Tags : , , , , , , , , ,

À la recherche du collectionneur belge

On les dit exigeants, éclectiques, internationaux… et surtout très nombreux. Qui sont les collectionneurs belges ? En avant-première, un tour d’horizon avant de les croiser dans les allées de la BRAFA. Petit pays bilingue au cœur de l’Europe, la Belgique est souvent présentée comme « le pays ayant le plus de collectionneurs au mètre carré ». En l’absence d’étude globale sur le sujet, impossible de trancher, mais la Belgique est bien un « terreau de collectionneurs », affirme Axel Gryspeerdt, président de Collectiana, fondation pour l’étude et le développement des collections d’art et de culture. Les choses se corsent quand il s’agit de tenter de définir « le » collectionneur belge. « Il n’existe pas de profil type du collectionneur belge, et si jamais les Belges présentent des spécificités, elles résulteraient d’une conjonction de facteurs tels que l’internationalisation, la mise en réseau, la multitude d’expositions », ajoute Axel Gryspeerdt. Pas de portrait-robot dans ce qui suit, donc, mais un coup de projecteur sur les caractéristiques de ces acteurs clés du monde de l’art. Des collectionneurs qui ne sont pas arrivés hier « La tradition de collectionner remonte aux Flandres du XVe siècle, avec de nombreuses commandes de portraits et triptyques », commente Tanguy Eeckhout, commissaire au Musée Dhondt-Dhaenens de Laethem-Saint-Martin. « Les XVIe et XVIIe siècles poursuivent cet engouement avec la création de cabinets de curiosités, avant un ralentissement de l’économie – et des collections – jusqu’à la fin du XIXe. Après la Seconde Guerre mondiale apparaît une nouvelle génération de collectionneurs qui se tourne vers l’art américain et l’art conceptuel », ajoute-t-il. En plein bouleversement sixties et seventies, ils soutiennent Daniel Buren, Marcel Broodthaers, Niele Toroni et bien d’autres, des années avant leur reconnaissance institutionnelle. De là date sans doute la réputation d’audace des collectionneurs belges. « À partir des années 1980, poursuit Tanguy Eeckhout, l’art contemporain devient bon ton et dépasse le...

Tags : , , , , , , , , ,

Julio Le Parc, infatigable créateur

La foire bruxelloise rend hommage au dernier fondateur du groupe GRAV, en accueillant quatre de ses œuvres monumentales. L’occasion de s’intéresser à la carrière d’un artiste indomptable. Longtemps, Julio Le Parc dut attendre la reconnaissance des institutions. Aujourd’hui, l’heure est venue pour l’artiste argentin d’être apprécié à sa juste valeur, celle « d’une légende vivante » de l’art, s’empresse de préciser la galerie Perrotin qui, depuis novembre dernier, a choisi de le représenter. Elle a d’ailleurs inauguré cette collaboration avec une exposition personnelle dans son espace de New York, ville où le plasticien n’avait pas été montré depuis 1973. « Il était temps de corriger cette erreur », note la galerie parisienne. Offrant un relais intéressant à la rétrospective que lui préparait le Pérez Art Museum de Miami (visible jusqu’au 19 mars 2017), elle présentait à la fois des œuvres récentes et des pièces iconiques, déjà montrées dans de grandes expositions monographiques, notamment au Palais de Tokyo en 2013. Cette dernière manifestation a véritablement marqué le retour en grâce de Julio Le Parc. L’institution, qui faisait peau neuve, ouvrait par cette rétrospective organisée sous la houlette de Jean de Loisy : 2.000 m2 dédiés à l’artiste et réunissant des œuvres historiques, dont Continuel Mobile de 1963, visible aujourd’hui dans les espaces de la BRAFA. Avec 180.000 visiteurs, la présentation du Palais de Tokyo rencontrait un succès public et critique. Elle faisait suite à « Le Parc Lumière », organisée à la Fondation Daros Latinamerica de Zurich, en 2005, et l’exposition du Centre Pompidou Metz en 2011-2012, intitulée « Erre », une manifestation collective qui consacrait une salle entière à l’œuvre de Julio Le Parc… après 20 ans de purgatoire. Julio Le Parc a trente ans lorsqu’il arrive en 1958 à Paris, à la faveur d’une bourse du gouvernement français, le prix de l’ambassade de France, qui deviendra le...

Tags : , , , , , ,

La BRAFA, au cœur du marché de l’art

À Bruxelles, en janvier, plus de quatre millénaires d’histoire de l’art défilent à la BRAFA. De l’archéologie à la création contemporaine, un rendez-vous européen majeur. Et une rentrée test pour le marché de l’art. En janvier, de retour d’un réveillon à Saint-Barth, quand rien ne vous tente, pas même une omelette aux truffes blanches d’Alba, filez à Bruxelles ! Pourquoi donc une destination aussi flandresque ? Une envie de belgitude au cœur de l’hiver ? Le charme intemporel de la place de Brouckère ? Disons plutôt qu’en ce début d’année, le rendez-vous le plus smart — un mois après Art Basel sur les côtes de Floride, en décembre, et peu avant l’Armory Show à New York, en mars —, c’est évidemment la BRAFA. Comprenez la Brussels Art Fair, l’une des plus anciennes foires d’art et d’antiquités au monde. Autant dire la plus belle invention bruxelloise… juste après le Délirium Café et ses 3.000 bières. Alors résumons : après les plaisirs de la chère et les joies du houblon, Bruxelles, du samedi 21 au dimanche 29 janvier, vous offre ce qui se fait sans doute de mieux en matière d’antiquariat. Bien sûr, d’aucuns diront que rien ne vaut la Biennale des Antiquaires, que faire ses emplettes à Paris en septembre est le comble du chic. Que Frieze Masters en octobre à Londres, pour les mordus du Fine art, est toujours l’occasion d’un vrai choc, un crash-test esthétique qui vous secoue jusqu’à Noël… Bref, on a trop longtemps porté sur la BRAFA un regard condescendant, celui du collectionneur blasé comparant la foire belge à une « petite TEFAF ». Non, Bruxelles n’a décidément rien à voir avec un quelconque « Maastricht low cost ». D’ailleurs, tous les vieux routiers de la profession vous le diront : la BRAFA est une mine...

Tags : , , , , ,

Ad.