« Asie du Sud Est »

Art Taipei : moisson pour la scène de l’art en Asie

La foire Art Taipei, dont l’emplacement au cœur de l’Asie du Sud-Est représente un avantage évident, vient de s’achever. Pour cette édition, en novembre, la foire a accueilli 150 exposants et 30.000 visiteurs. Elle a aussi enregistré un nombre record de nouveaux arrivants : 55 candidatures de galeries, sur lesquelles 38 ont été sélectionnées.   Créée il y a 23 ans, Art Taipei s’est positionnée comme une plateforme pour la promotion d’artistes taïwanais et la culture locale. Après plusieurs années de développement, elle s’est transformée en l’une des plus grandes plateformes pour l’art d’Asie du Sud-Est, où les galeries présentent des mouvements asiatiques majeurs et mettent en lumière des artistes représentatifs. Pour commencer avec les galeries locales, Soka Art Center présentait le travail de Hong Ling. L’artiste importe le médium occidental de l’huile sur toile pour dessiner des paysages et illustrer des philosophies de tradition artistique chinoise. Hong Ling a contribué de façon majeure à la vitalité de la peinture de paysages chinois, il est donc considéré comme l’une des figures les plus importantes dans l’histoire de l’art contemporain chinois. En outre, avec le soutien du Soka Art Center et de la Fondation culturelle et éducative UNEEC, la rétrospective de Hong Ling vient d’être lancée successivement à la Brunei Gallery de l’université SOAS de Londres et à la Chester Beatty Library en Irlande, depuis juillet, et se tiendra jusqu’en janvier prochain, ce qui offre un excellent écho à l’exposition de la foire. Pour montrer son enracinement profond dans la scène artistique asiatique en tant que première galerie taïwanaise à avoir ouvert une succursale en Chine continentale, Soka Art a montré un groupe d’artistes établis, tels que Liang Quan, Yayoi Kusama et Nara Yoshitomo, ainsi que des artistes émergents comme Hsi Shih-Pin et Mitsuhiro Ikeda. Lin&Lin Gallery proposait quant à...

Tags : , , , , , ,

Le pavillon singapourien a été confié à l’artiste Zai Kuning

L’artiste Zai Kuning représentera Singapour, sous la houlette du commissaire d’exposition June Yap, lors de la 57e Biennale de Venise, qui se tiendra du 13 mai au 26 novembre 2017. Leur proposition renvoie à plus de 30 années de recherches par l’artiste sur la culture et l’histoire malaise en Asie du Sud-Est. Né à Singapour en 1964, le travail de Zai a été exposé dans un nombre important d’expositions de groupe, récemment dans « Who interprets the world? » (2015) au Musée d’art contemporain de Kanazawa au Japon, mais aussi « Secret Archipelago » (2015) au Palais de Tokyo à...

Tags : , , , , , , , , , , ,

Projections de vidéos d’Asie du Sud-Est à Art Paris Art Fair

Dans le cadre du programme de projections de vidéos d’Asie du Sud-Est concocté par Iola Lenzi, une succession de métrages réalisés par des artistes cambodgien, vietnamien ou singapourien ont été projetés dans l’Auditorium MK2 du Grand Palais le 26 mars. Comme n’a pas manqué de le faire remarquer Iola Lenzi, les pratiques artistiques de la région sont souvent conceptuelles, tout en abordant une importante composante sociale. Ainsi, c’est avec poésie que Srey Bandaul, un artiste cambodgien, déroule d’infinies bandes de tissu au travers des paysages du camp de réfugiés thaï dans lequel il a grandi. Ce lieu, qu’il ne décrirait pas comme beau, il y est néanmoins attaché. Sa performance filmée, Site 2 (2014), évoque avec sensibilité les idées de perte, de mémoire, de migration extrêmement prégnantes dans la région. Cette proposition, qui trace les contours d’une identité transrégionale façonnée par l’histoire contemporaine, présente bien des points communs avec The Cloud of Unknowing (2011), réalisé par Ho Tzu Nyen, un artiste né à Singapour. Lui aussi donne à voir, sur le mode contemplatif, les expériences personnelles de personnages ancrés dans un espace auquel ils doivent s’adapter ; chacun d’eux étant mis au défi de son environnement et portant le fardeau de son existence corporelle. L’apparition d’un nuage de fumée, impalpable et transitoire les réunit tous dans leur confrontation des limites humaines, qui se résout une révélation, terrible ou lumineuse. Cette œuvre, inspirée des théories exposées par Hubert Damisch dans sa Theory of /Cloud/: Toward a History of Painting est émaillée de références à l’art occidental, d’Andrea Mantegna à Caravage, mettant ainsi en lumière les liens qui unissent en filigrane les continents européen et...

Tags : , , , , , ,

Focus sur Singapour, nouvelle plaque tournante de l’art en Asie

« D’invisible à explosive », voilà comment le New York Times qualifiait déjà la scène artistique de Singapour… en 1999. Celle que l’on nomme la petite Suisse d’Asie du Sud-Est, en référence à sa prospérité économique et son environnement multiculturel — avec pas moins de quatre langues officielles dont l’anglais, le tamoul, le malais et le mandarin — n’a pas toujours porté aux nues les arts et la culture. Durant les premières années qui ont suivi l’indépendance (1965), l’emploi et le logement figuraient en tête des priorités de la cité-État. L’art était relégué au rang de simple outil promotionnel, servant un discours « pro-multiculturalisme » et incitant à l’harmonie entre les différentes ethnies — chinois, malais et indiens — du pays. La récession de 1985 a redistribué les cartes. La recherche forcenée de nouvelles voies de développement économique a poussé Singapour à identifier les secteurs à fort potentiel de croissance. Le regard sur l’art a ainsi changé, transformant le secteur en manne touristique. L’art, un levier économique et politique Singapour place alors la créativité au centre de ses politiques et surtout de sa politique économique. La petite Suisse de l’Asie du Sud-Est avance qu’il s’agit d’un levier de compétitivité et que la prospérité d’une nation dépend moins de sa capacité d’action que de sa capacité à générer de nouvelles idées. Selon Paul Romer, Professeur à l’Université de Stanford : « Cela suggère que l’économie ne peut entamer une croissance à long terme uniquement avec un taux d’épargne important et des gros investissements dans le capital physique ou encore en accumulant des bâtiments et des machines. Des politiques encourageant les nouvelles découvertes, les nouvelles améliorations et techniques, doivent se mettre en place. » La prise de conscience de la cité-État se matérialise en 2000, par l’édition d’un rapport du Ministère...

Tags : , , ,

Singapour et l’Asie du Sud-Est à l’honneur d’Art Paris 2015

Du 26 au 29 mars, l’édition 2015 de la foire Art Paris rassemblera sous les verrières du Grand Palais un total de 140 galeries, représentant pas moins de 20 pays différents. Cette année, les invités d’honneur sont Singapour et l’Asie du Sud-Est. La foire Art Paris, emmenée par son directeur Guillaume Piens, est consacrée à la découverte : celle de l’art moderne et contemporain, mais aussi celle du design, de la photographie et des livres d’art. Forte d’une dimension résolument internationale, elle offre également à ses visiteurs l’occasion d’aller à la rencontre d’une création peu représentée en France. Ainsi, les galeries étrangères et celles qui prendront part à la foire pour la première fois forment 51 % des galeries participantes. Pour ce voyage hors des sentiers battus, on retrouvera donc des galeries basées à Casablanca, Bangkok, Zurich, Moscou, Bucarest ou Singapour. Ce programme dédié à l’exploration comprend également depuis 2013 une section dédiée aux galeries émergentes, créées il y a moins de cinq ans et participant pour la première fois à la foire. Douze galeries seront représentées dans cette section, parmi lesquelles Archiraar (Bruxelles), Podbielski (Berlin), Christophe Gerber (Lausanne), Heinzer Reslzer (Lausanne) ou encore Jo Van Loo (Münich). Les invités d’honneur quant à eux, seront représentés au sein d’une plate-forme spéciale, imaginée par la commissaire Lola Lenzi, une commissaire et chercheuse spécialiste de l’Asie du Sud-Est, dont l’exposition « The Roving Eye: Contemporary Art from Southeast Asia » a été très remarquée à l’ARTER Foundation d’Istanbul depuis son ouverture en septembre 2014. Une douzaine de galeries en provenance de Singapour y présenteront la production de la scène artistique encore méconnue, mais bouillonnante de l’Asie du Sud-Est. Des artistes originaires du Cambodge, de Birmanie, de Malaisie, d’Indonésie, des Philippines, du Vietnam et de Thaïlande verront ainsi leurs œuvres exposées. L’Asie du...

Tags : , , , , ,

Ad.