« art »

Les enchères à surveiller au cours du mois de novembre

La saison des enchères d’automne est bel et bien lancée, les acheteurs étant à la recherche de nouvelles pièces à intégrer dans leur collection. À travers le monde — notamment à New York et à Londres —, des enchères bientôt prononcées sur des œuvres d’artistes de renommée internationale sont attendues. Le 10 novembre, la collection de David Bowie sera mise en vente chez Sotheby’s à New York, avec comme œuvre phare Air Power de Jean-Michel Basquiat, estimée entre 2 et 4 M$, présentée au cours de la session dédiée à l’art moderne et contemporain. Suite à cette vacation, des œuvres de Francis Bacon et de Sol LeWitt seront proposées, toujours à New York, le 15 novembre chez Swann Auction Galleries, puis deux jours plus tard, des pièces emblématiques de Willem de Kooning et de Georges Baselitz, chez Sotheby’s encore. La dernière vente importante de ce mois de novembre se déroulera chez ce même auctioneer, les 22 et 23 novembre, et sera l’occasion d’acquérir des œuvres de Frida Kahlo et Diego Rivera, à l’occasion d’une vente consacrée à l’art moderne d’Amérique...

Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Le Caravage, querelle d’experts

Source de litiges parmi les experts du monde de l’art, l’authenticité d’un tableau du Caravage est à nouveau remise en question, alors que ce dernier est exposé à la Pinacoteca di Brera, à Milan, du 10 novembre au 5 février 2017. La peinture, découverte en 2014 dans un grenier français, est passée entre les mains de l’expert en tableaux anciens Éric Turquin, à Paris, qui l’a estimée à quelque 120 M€. Depuis l’annonce de cette découverte, les institutions ont cherché à protéger l’œuvre, craignant qu’elle ne rejoigne une collection à l’international, l’État français ayant mis en place une interdiction d’exportation. Ce Caravage est considéré comme étant le deuxième exemplaire perdu de Judith décapitant Holopherne (1606-1607), tableau exposé aux côtés d’autres chefs-d’œuvre de la collection du musée milanais — y compris La Cène d’Emmaüs (1605-1606) du même Caravage et une copie de sa Marie-Madeleine en extase, œuvre découverte dans une collection privée européenne il y a quelques années. L’exposition est organisée par Nicola Spinosa, spécialiste du Caravage et ancien directeur du Museo di Capadimonte de Naples. L’exposition de cette toile exceptionnelle pose problème, l’historien d’art Giovanni Agosti a démissionné du comité consultatif du musée pour protester, argumentant que le Brera aide l’actuel propriétaire à augmenter la cote de l’œuvre en l’exposant. « Brera est un musée national italien, pas une galerie commerciale ou une fondation bancaire. Présenter une peinture dans ses salles d’exposition lui confère automatiquement une autorité », a précisé Agosti. James Bradburne, le directeur du musée, se défend en expliquant que la présentation de la peinture est l’occasion pour le public et les experts de se forger leur propre opinion : « La Judith française sera exposée en avertissant de l’attribution par le propriétaire et non par le musée. Il n’y a aucune ambiguïté...

Tags : , , , , , ,

Edgar Sarin, lauréat de la Bourse Révélations Emerige

Par le biais de son exposition « Une inconnue d’avance », du 4 au 20 novembre, sous la direction curatoriale de Gaël Charbau, la Bourse Révélations Emerige a annoncé le jeudi 3 novembre son lauréat. Créée en janvier 2014, la bourse est une action du Fonds de dotation Emerige en faveur des artistes plasticiens émergents vivant sur le territoire français et qui n’ont pas encore de galerie pour les représenter. Bourse unique en son genre — sous l’initiative de Laurent Dumas —, elle permet au lauréat de réaliser sa première exposition personnelle dans une galerie française de renommée internationale, et d’être accompagné financièrement dans la production de ses œuvres. La troisième édition présentait les travaux de douze artistes, dont deux duos : Johanne Benaïnous et Elsa Parra, ainsi que Thomas Guillemet et Olivier Alexanian. Lors d’une cérémonie organisée à la Villa Emerige à Paris, Edgar Sarin, né en 1989 à Marseille, est devenu le nouveau lauréat de la Bourse et sera exposé au cours de l’année 2017 au sein de la galerie Michel Rein, à...

Tags : , , , , , ,

Tableaux orientalistes chez Tajan

Du 14 au 16 novembre, l’hôtel des ventes de la maison Tajan à Paris expose les œuvres de sa vacation dédiée à l’art oriental, sous l’intitulé Arts d’Orient, tableaux orientalistes. La vente aux enchères, qui débutera le 16 novembre à 14 heures sous le marteau de Linda Nataf-Goldmann, présentera des œuvres d’artistes tels que Jacques Majorelle, Jean-Baptiste Belloc ou Henri Rousseau. Les pièces majeures mises en vente promettent de beaux résultats, comme Fantasia à Irounen, une gouache de Majorelle estimée entre 120.000 et 150.000 €, une huile sur toile de José Cruz Herrera, Desdemona, estimée entre 80.000 € et 120.000 €, ou la Baignade à l’aurore dans l’ouest de Henri Rousseau, attendue autour de 50.000...

Tags : , , , , , , , , ,

L’art en duplex : entre Paris et Marrakech

« Cette vacation est la plus importante organisée avec le Maroc ces dernières années, résultat de douze mois de recherches minutieuses et de sélection dans des collections européennes et du Moyen-Orient »… La maison Artcurial et son directeur du département Orientalisme, Olivier Berman, se félicitent de cette vente qui se déroulera le 29 décembre prochain. La maison de ventes française est pionnière dans l’organisation d’événements culturels au Maroc, estimant que « la culture est un véritable levier de développement pour le Maroc… La programmation du Musée d’art moderne et contemporain Mohammed VI de Rabat, qui présente, depuis son ouverture en 2014, à la fois des artistes de tout le Maghreb et des rétrospectives d’artistes occidentaux, est un excellent exemple de sensibilisation du public à l’histoire de l’art ». La vente se déroulera en duplex entre Paris et Marrakech, et sera précédée d’une exposition des 80 œuvres au sein du Palais Es Saadi de Marrakech. La vacation Paris#Marrakech se découpe en deux chapitres, afin d’associer les œuvres occidentales et moyen-orientales. Le premier, intitulé Majorelle et ses contemporains, présentera entre autres un tableau de Mohamed Melehi, Composition, daté 1971 (estimé entre 40.000 et 50.000 €). Le second chapitre sera dédié à l’art contemporain international, présentant des œuvres réalisées par des artistes tels que Bernard Buffet ou Raoul Dufy. Événement au Maroc, pour la première fois des œuvres de Street art s’inspirant de la calligraphie seront mises en vente, notamment des pièces de JonOne et eL...

Tags : , , , , , , , , , , ,

Ad.