« art premier »

Pensée de la forêt et amnésie occidentale

Jusqu’au 8 janvier 2017, le Musée d’Ethnographie de Genève accueille « Amazonie, le chamane et la pensée de la forêt ». Quand derrière l’exposition d’ethnographie se cache… un projet politique. L’Amazonie demeure un parent pauvre des expositions d’art et d’ethnographie. Aux « sociétés des basses terres », on préfère l’art précolombien, les cultures maya, aztèque ou inca, plus à même de bouger les foules. Ces dernières années, en Europe, les expositions portant sur le sujet se sont comptées sur les doigts de la main — le British Museum en 2001, la Fondation Mona Bismarck en 2002 ou le Grand Palais en 2005, pour citer les plus importantes. « Je veux remuer, dans un sens heuristique », s’exclame Boris Wastiau, directeur du Musée d’Ethnographie de Genève (MEG) et commissaire de l’exposition.  « Amazonie, le chamane et la pensée de la forêt » a pour dessein de bouger les lignes, tout en réparant une injustice. Qu’y trouve-t-on ? Une introduction qui mêle les voix du présent à celles de l’Histoire. Les portraits – signés Daniel Schweizer – de caciques et chamanes, comme Raoni Metuktire, qui a tant fait pour la préservation de la forêt amazonienne et de la culture indigène, côtoient des cartes, des documents et autres objets plus archéologiques. Plus loin, les vitrines du MEG éclairent les outils utilisés par les chamanes pour crever le voile du monde et pénétrer l’invisible : psychotropes, flûtes et parures animant leurs danses. Enfin, c’est un voyage au sein de différentes ethnies amazoniennes qui se dessine ; les peuples kayapó, bororo ou karajà figurent en bonne place. Des parures, des masques, couronnes et diadèmes flamboyants colorent les vitrines, réalisés à l’aide de nacre, de fibres végétales et de plumes. Beaucoup de plumes, de toutes les couleurs, vives et chatoyantes. Les photographies des ethnographes René Fuerst et Daniel Schoepf, ou du cinéaste Paul Lambert,...

Tags : , , , , , ,

Paris Tribal propose un parcours de vingt-six galeries parisiennes

Paris, le 21 février 2014, Art Media Agency (AMA). La première édition de Paris Tribal, un nouvel événement rassemblant vingt-six galeries parisiennes, se déroule du 3 au 6 avril 2014. Un communiqué de presse concernant l’événement souligne qu’« indéniablement, Paris apparaît aujourd’hui comme la capitale des arts premiers, à l’image du grand nombre de galeries parisiennes internationalement connues ». Les galeristes et négociants d’art du quartier de Saint-Germain-des-Prés lancent cette manifestation printanière pour continuer à développer le marché, rencontrer la demande des collectionneurs et confirmer la position de la capitale française. Les galeries, qui incluent Alain Bovis, Indian Heritage et Anthony JP Meyer, doivent mettre en place des expositions montrant des pièces d’art rares et singulières tout au long de ce week-end. En leur sein seront présentées des œuvres d’art premier d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Indonésie et...

Tags : , , , , , ,

La Primitive Art Gallery ouvre ses portes

Lille, le 27 janvier 2014, Art Media Agency (AMA). La Primitive Art Gallery, consacrée à l’Art Premier, ouvre ses portes rue Royale à Lille à partir du 30 janvier prochain. La création de cet espace résulte de la rencontre d’Emmanuel Provost, François Hacker et Jean-Christophe Zongo, un professionnel d’art africain et deux collectionneurs férus d’art contemporain et d’art premier. Objets d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, provenant de collections privées et de chefferies, investissent cet espace de 120m² situé dans le Vieux Lille. Il s’agit à la fois de masques, de statues et d’objets usuels, provenant de régions telles que le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Liberia, le Cameroun, le Zaire, la Côte d’Ivoire et la République démocratique du...

Tags : , , , , ,

Tribal Perspectives 2012 a ouvert ses portes

Londres, le 21 septembre 2012. Art Media Agency (AMA). La sixième édition de la foire Tribal Perspectives a commencé le 18 septembre et se poursuivra jusqu’au 22 septembre. Ayant lieu dans la galerie n° 27, Cork Street Mayfair de Londres, cette foire est probablement la seule spécialisée dans l’art tribal au Royaume-Uni. Tribal Perspectives 2012 va, en effet, regrouper des marchands d’art d’Océanie, d’Amériques, d’Afrique et d’Asie (de l’Est en général), des arts que l’on qualifie de « non-occidentaux ». La foire exposera une grande diversité d’œuvres de qualité telles que des masques tribaux, des objets cérémonieux, appréciés par les collectionneurs notamment pour leur valeur décorative et sculpturale, mais aussi et surtout pour leur valeur culturelle. Ainsi, tous ces objets ont eu une signification particulière pour les peuples tribaux à qui ils ont appartenu, c’est cette appartenance culturelle qui séduit les collectionneurs entre autres choses. Les bijoux et les armes ont d’ailleurs beaucoup d’importance pour ces peuples. Cet évènement n’est pas seulement fait pour les collectionneurs avisés et les experts de l’art tribal. En effet, il est organisé de sorte que les curieux etles amoureux de l’art qui souhaitent en apprendre plus sur l’art tribal soient comblés. Des débats et des conférences seront donc organisés durant les quatre jours, de même que des livres et publications spécialisées seront disponibles à l’achat aux côtés des artefacts. Tribal Perspectives 2012 souhaite tout simplement attirer un public venant d’horizons différents afin de démontrer qu’il n’y a pas de limite à l’art. Des exposants internationaux sont présents à la foire, ayant des domaines d’expertise et de spécialisation différents. Par exemple, Chris Boylan spécialiste de l’art océanique et aborigène est présent, tout comme Bryan Reeves organisateur de l’évènement et expert en art...

Tags : , , , , ,

Les Barbier-Mueller vendent leur collection pré-colombienne

Paris, le 12 septembre 2012. Art Media Agency (AMA) Sotheby’s annonce la vente de la collection Barbier-Mueller d’art pré-hispanique. Elle aura lieu les 22 et 23 mars 2013 à Paris. Environ 300 œuvres du Mexique, d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud seront proposées. Pour compléter l’évènement, une exposition sera organisée à Paris et une sélection des œuvres sera montrée à Hongkong, New York et Londres, sous la direction de Jacques Blazy, spécialiste international d’art préhispanique de Méso-Amérique et d’Amérique du Sud, d’art amérindien et d’art eskimo. Dans la collection Barbier-Mueller plusieurs chefs-d’œuvre ont souvent été exposés. Citons, notamment, la statue Chupicuaro, le vase Maya en forme de tête, le vase canard Tarasque, la tête en céramique Maya de l’ancienne collection John Huston, la statue de la déesse de l’eau, de l’époque Aztèque ou encore l’urne de l’île de Marajo montrée ces dernières années au British Museum. Sotheby’s a voulu profiter du Parcours des mondes, qui réunit pour quelques jours à Paris les amateurs d’arts extra-européens du monde entier, pour annoncer la...

Tags : , , , ,

Ad.