« Amazonie »

Pensée de la forêt et amnésie occidentale

Jusqu’au 8 janvier 2017, le Musée d’Ethnographie de Genève accueille « Amazonie, le chamane et la pensée de la forêt ». Quand derrière l’exposition d’ethnographie se cache… un projet politique. L’Amazonie demeure un parent pauvre des expositions d’art et d’ethnographie. Aux « sociétés des basses terres », on préfère l’art précolombien, les cultures maya, aztèque ou inca, plus à même de bouger les foules. Ces dernières années, en Europe, les expositions portant sur le sujet se sont comptées sur les doigts de la main — le British Museum en 2001, la Fondation Mona Bismarck en 2002 ou le Grand Palais en 2005, pour citer les plus importantes. « Je veux remuer, dans un sens heuristique », s’exclame Boris Wastiau, directeur du Musée d’Ethnographie de Genève (MEG) et commissaire de l’exposition.  « Amazonie, le chamane et la pensée de la forêt » a pour dessein de bouger les lignes, tout en réparant une injustice. Qu’y trouve-t-on ? Une introduction qui mêle les voix du présent à celles de l’Histoire. Les portraits – signés Daniel Schweizer – de caciques et chamanes, comme Raoni Metuktire, qui a tant fait pour la préservation de la forêt amazonienne et de la culture indigène, côtoient des cartes, des documents et autres objets plus archéologiques. Plus loin, les vitrines du MEG éclairent les outils utilisés par les chamanes pour crever le voile du monde et pénétrer l’invisible : psychotropes, flûtes et parures animant leurs danses. Enfin, c’est un voyage au sein de différentes ethnies amazoniennes qui se dessine ; les peuples kayapó, bororo ou karajà figurent en bonne place. Des parures, des masques, couronnes et diadèmes flamboyants colorent les vitrines, réalisés à l’aide de nacre, de fibres végétales et de plumes. Beaucoup de plumes, de toutes les couleurs, vives et chatoyantes. Les photographies des ethnographes René Fuerst et Daniel Schoepf, ou du cinéaste Paul Lambert,...

Tags : , , , , , ,

Les photographies de Carlos Fausto à Paris

Paris, le 30 septembre 2013, Art Media Agency (AMA). La Maison Européenne de la Photographie présente une exposition de Carlos Fausto « Nus et Vêtus Comme Il Faut » du 2 au 27 octobre 2013. Carlos Fausta travaille dans les domaines de l’ethnographie, du documentaire et de la photographie. Son projet se concentre sur une documentation photographique des peuples indigènes de l’Amazonie. La Maison Européenne de la Photographie propose seize photographies en noir et blanc, prises auprès des Kuikuro au sud de l’Amazonie. Dans le travail de l’artiste, on retrouve une certaine interaction et un dialogue culturel entre la société brésilienne et les Kuikuro dans la représentation identitaire d’eux-mêmes, et notamment dans leurs vêtements et dans les peintures corporelles. L’exposition a lieu dans le cadre de « Photoquai : 4e biennale des images du...

Tags : , , , , , , ,

Ad.