La Fondation Maeght se penche sur son avenir

 Nice  |  30 juillet 2014  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

La Fondation Marguerite et Aimé Maeght est en difficulté pour rassembler la somme de 3 millions d’euros au titre de son budget annuel, dont 80 % est issu de la billetterie.

Oliver Kaeppelin, qui a pris la direction de la fondation en 2011, cherche des fonds afin de financer un projet d’extension souterraine de 5,5 millions d’euros qui abritera une galerie d’art consacrée au dessin et à la vidéo, ainsi qu’un café-restaurant et un espace multifonction destiné à la location, qui produirait potentiellement un tiers du budget annuel.

L’autre solution envisagée serait de vendre une partie de la collection de la fondation. Bien que le musée n’ait pas le droit de vendre ses œuvres, il dispose de nombreuses lithographies et sculptures en double ou multiple qui pourraient être cédées sans affecter la qualité de l’ensemble de la collection.

La Fondation Marguerite et Aimé Maeght fête son 50 e anniversaire ce mois-ci et porte encore d’importantes traces des artistes qui ont initié ce projet à savoir des amis d’Aimé Maeght comme Joan Miró, Georges Braque ou Fernand Léger. Parmi les 12.000 pièces réunies sur les hauteurs de Nice, trente-cinq sculptures de Giacometti mais aussi des pièces majeures de Pierre Bonnard, Marc Chagall, Miró, Fernand Léger, Alexander Calder, et d’autres. Si la Fondation ne parvient pas à réunir les fonds, la famille Maeght ou l’État français pourraient intervenir afin d’assurer la pérennité de l’institution.

Tags : , , , ,

Ad.