Droit de réponse de Monsieur Philippe Koutouzis

   |  7 décembre 2012  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

La partialité au rang des Beaux-Arts

Je découvre avec étonnement que, dans sa version papier et numérique en date du 19 octobre 2012, ainsi que dans sa version anglaise, AMA (Art Media Agency) a repris sans vérifier les termes d’un article sous influence paru dans le numéro de novembre 2012 de Beaux-Arts magazine.

L’on ne peut que regretter que AMA n’ait pas cru bon vérifier lesdites informations pas plus qu’il n’a jugé utile de me contacter avant sa publication.

Madame Sophie Flouquet, signataire de « l’enquête » parue dans Beaux-Arts magazine, prend quelques libertés avec la déontologie journalistique qui devrait pourtant être la sienne. À moins que ce ne soit Beaux-Arts magazine qui devienne Ici Paris de l’art. Les professionnels de la profession jugeront.

En tout état de cause, Monsieur Enrico Navarra trouve ici une tribune partiale au service de ses appétences pour le marché de l’art asiatique dont il essaye sans relâche de discréditer ses acteurs légitimes. Son fiel est d’évidence son fioul mais la justice sera seule juge de ses allégations péremptoires.

J’ose espérer que dans un avenir proche la presse saura, d’une part, pointer la manipulation d’un marchand amer sans craindre ses menaces de procès en diffamation et d’autre part, souligner, autrement qu’en les salissant, l’importance de trois grands artistes chinois que la France a fort heureusement su accueillir.

Philippe Koutouzis
Directeur de FEAST Projets

nb : la rédaction précise qu’il n’existe aucune version papier de sa publication

Tags :

Ad.