Chic et bucolique

 Paris  |  4 août 2017  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

Ambiance garden party, en ce dimanche 10 septembre, où a lieu la 4e édition de la journée Arts & Élégance, partenaire de La Biennale Paris. Rendez-vous au domaine de Chantilly, donc, pour cet événement très « art de vivre à la française ». Soit l’un des plus prestigieux concours automobiles au monde…

15.000 visiteurs attendus, des voitures de collection et des robes de haute couture, des concept-cars et des mannequins aux courbes aérodynamiques, des rallyes endiablés et une forêt de chapeaux de roue, de feutre ou de paille s’entrechoquant sur les pelouses de Le Nôtre… Non, vous ne rêvez pas : vous êtes bel et bien plongé dans le décor champêtre et motorisé de la journée Arts & Élégance – Richard Mille, qui se tient chaque année dans le parc du château de Chantilly. Une fête qui ose l’ostentatoire et vise le tape-à-l’œil, au croisement du plus fidèle attachement aux traditions et des concepts les plus novateurs. Depuis quatre ans, cette journée, qui se déroule la veille de l’ouverture de la Biennale, se veut être le plus prestigieux rassemblement de voitures de collection au monde. « Les véhicules admis à participer à la journée sont tous exceptionnels », précise Patrick Peter, président de la société Peter Auto, qui organise l’événement. « Chaque année, nous accueillons des collectionneurs venus du monde entier, qui viennent jusqu’à Chantilly pour les admirer ».

Un musée à ciel ouvert

D’un musée éphémère à l’autre, il n’y a parfois qu’un pas… Et si l’on vient à La Biennale Paris pour contempler des œuvres silencieuses, on peut se déplacer à Chantilly précisément dans le but contraire. C’est au rythme du doux bruit des moteurs ronronnants que le dominical chaland pourra ainsi admirer quelques-unes des plus belles voitures du monde, spécialement réunies pour l’occasion. Comme chaque année, les trois concours récompensant les plus beaux véhicules de la manifestation sont au cœur de l’événement. Le concours d’état, le plus prestigieux, réunit une centaine de véhicules d’époque parmi les plus beaux et les plus rares du monde, répartis en une quinzaine de classes (voitures de course, Ferrari, berlinettes Ecceterini…). Au cours de la journée, un véhicule est élu dans chaque classe, puis les finalistes se disputent le titre très convoité de « Best of Show », qui assure dans le milieu une reconnaissance internationale à son lauréat. Le concours d’élégance, lui, est l’épreuve historique de Chantilly. Les premières éditions datent des années 1920. Pendant les Années folles, on présentait au public des carrosses d’exception escortés par de superbes muses défilant à leurs côtés… Les temps ont changé, mais dans l’esprit, on y est. En ce début de XXIe siècle, les chevaux ont disparu sous les capots, et les véhicules du concours d’élégance relèvent désormais de la catégorie des concept-cars, comprenez des bolides supersoniques avec carénages rutilants, calandres inoxydables et jantes hypertrophiées. Ambiance fous du volant. On retrouve donc, pêle-mêle, dans cette catégorie, des Alpine, des BMW, des Bugatti, des Maserati ou encore des McLaren, toutes présentées au public par d’élégants mannequins habillés par les plus grands couturiers (Hugo Boss, Jean-Paul Gaultier, Haider Ackermann…). « Le concours d’élégance est exceptionnel par son environnement et le choix des concepts présents », commente Arnaud Ribault, le directeur marketing et ventes monde de la marque DS. Le troisième concours, enfin, est davantage celui des bricoleurs, des aficionados du dimanche, ceux qui n’ont pas peur de mettre les mains dans le cambouis ni de cuire le week-end sous les tôles du garage. Il s’agit là de modèles présentés par les clubs automobiles, souvent des véhicules récupérés en plus ou moins bon état, retapés à l’huile de coude et à la clé à molette… Ce sont ainsi pas moins de 600 véhicules qui, chaque année, sont présentés aux visiteurs, mis en scène à la faveur d’un grand pique-nique organisé sur les pelouses du parc.

Pour départager les concurrents des trois concours, les véhicules font l’objet d’un examen attentif de la part des 60 membres du jury réunis sous le patronage de Patrick Peter. On trouve parmi eux des professionnels et des personnalités attachées aux voitures de collection, comme Laurent Hériou (directeur de la Fédération Française des Véhicules d’Époque), François Melcion (directeur du salon Rétromobile), Richard Adatto (expert des voitures françaises aérodynamiques d’avant-guerre), Michael Bock (directeur de Mercedes-Benz Sport), Julius Kruta (expert Bugatti et historien de la marque), ou encore d’anciens pilotes de course, tels Paul Belmondo et Quirina Louwman. Le public a également son rôle à jouer, puisque celui-ci est convié à voter dans le cadre du concours d’élégance. À noter que le samedi 9 septembre ont eu lieu, comme chaque année, le rallye « anciennes » pour les véhicules inscrits au concours d’état, et le rallye « supercars » pour les bolides candidats au concours d’élégance. Un itinéraire d’une centaine de kilomètres a mené les deux convois, moteurs rugissants, au gré des champêtres routes de la campagne cantilienne.

À l’ombre d’une Bugatti type 57

Les amateurs d’œuvres d’art motorisées sont donc accueillis à bras ouverts en ce dimanche à Chantilly, pour cette grand-messe de l’automobile. Toutefois, ceux que le bruit des pots d’échappement pourrait incommoder sont également les bienvenus : comme son nom l’indique, l’événement se veut plus largement conçu comme un hommage à l’« art de vivre à la française ». En vertu de quoi il sera possible, pour chacun, de parvenir à trouver son bonheur dans le parc du château. Après avoir apprécié les plus beaux carénages du monde, vous pourrez donc choisir de vous éloigner du tumulte en vous retirant à l’ombre des Grandes Écuries ou au cœur du musée, afin de visiter les collections du duc d’Aumale, dont la disposition n’a guère changé depuis le XIXe siècle. Il sera également possible d’aller vous distraire en assistant au spectacle équestre conçu par Mario Luraschi, à moins que vous ne préfériez opter pour l’ambiance bucolique, plaid et panier d’osier, à l’ombre d’une Alfa Romeo 8C ou d’une Bugatti type 57. Autre option, assister, depuis la pelouse, à la vente de véhicules organisée au pied du château par la maison Bonhams, en fin de matinée…

 

 

Mémo

Chantilly Arts & ÉléganceRichard Mille 2017, dimanche 10 septembre. Domaine de Chantilly, rue du Connétable, Oise. www.chantillyartsetelegance.com

 

 

3 questions à… Patrick Peter

 

Vous supervisez l’organisation de la journée Arts & Élégance, partenaire de La Biennale Paris. Quelles valeurs unissent selon vous ces deux événements ?

Le partenariat qui unit la journée Arts & Élégance – Richard Mille et La Biennale Paris 2017 repose avant tout sur un point commun : l’amour des objets exceptionnels. Qu’il s’agisse des plus beaux véhicules de collection ou des plus belles œuvres d’art, les deux événements célèbrent le raffinement d’un goût subtil, représentatif d’un véritable « art de vivre à la française ». Chacun de leur côté et à leur manière, La Biennale Paris et la journée Arts & Élégance – Richard Mille mettent en valeur la richesse et le potentiel de l’héritage culturel de notre pays, créateur de valeurs pour l’avenir. Les deux événements présentent le meilleur de ce qui se fait dans leur domaine respectif.

Les trois concours de véhicules constituent l’événement principal de cette journée. Comment le jury départage-t-il les candidats ?

Ces trois concours garantissent au public de passer un moment magique, en découvrant les plus beaux véhicules du monde. En amont de la journée, un jury composé de spécialistes venant du monde entier sélectionne d’abord les participants autorisés à prendre part au concours : seules les meilleures voitures de collection sont acceptées. Celles-ci sont ensuite divisées en classes, c’est un travail exigeant. Au moment du concours, le jury privilégie avant tout les critères d’authenticité et de qualité : état d’origine du véhicule, degré de restauration, palmarès en course… Certaines voitures de collection sont de vrais morceaux d’histoire. Cette année, nous avons ainsi choisi de mettre à l’honneur la marque Ferrari, qui fête ses 70 ans. Pour marquer le coup, nous avons créé une classe spéciale rassemblant exclusivement des Ferrari ayant participé aux 24 Heures du Mans ! Une telle réunion de véhicules est exceptionnelle, il s’agit sûrement d’une première mondiale.

Quel est, pour vous, le souvenir le plus marquant des précédentes éditions ?

L’année dernière, nous avons eu le privilège de présenter au public une Alfa Romeo 8C 2900 B, en parfait état d’origine. Celle-ci, exceptionnellement conservée, était restée à l’abri depuis les années 1930, dans le plus grand secret ! Même les historiens de la marque pensaient qu’un modèle aussi bien conservé n’existait plus. Son exposition a été un grand moment d’émotion. Au-delà de ce seul exemple, bien des souvenirs me restent en tête… Quand vous observez le grand dresseur de chevaux italien Mario Luraschi, je peux vous dire que ça reste gravé en vous comme un moment de poésie. Et puis, la cuisine des chefs étoilés, spécialement invités pour l’événement, c’est pas mal aussi !

 

Patrick Peter est président du jury 2017 et fondateur de Peter Auto, agence spécialisée dans l’organisation d’événements et de courses automobiles.

 

Tags : , , , , ,

Ad.