Tammam Azzam continue de délivrer son message de paix

 Paris  |  31 octobre 2016  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

L’artiste syrien Tammam Azzam est le créateur d’une nouvelle forme de peintures, dites « hybrides ». Contraint de fuir son pays en 2011, il vit et travaille à Dubaï. Loin de son studio d’artiste où il s’était spécialisé dans la peinture à l’huile, Tammam Azzam s’est orienté vers l’art numérique. Devenu célèbre grâce à ses superpositions numériques de chefs-d’œuvre occidentaux — comme le Baiser de Gustave Klimt — sur des photographies de bâtiments syriens bombardés, l’artiste se sert de ses créations comme résistance. Dernièrement, c’est une réplique de la Statue de la Liberté qui a parcouru la toile des réseaux sociaux. Cette œuvre, réalisée à partir de photographies de gravats montés afin de représenter la statue, est un message de paix que l’artiste international âgé de 36 ans délivre à son pays natal. Exposé à Dubaï, l’œuvre de Tamman Azzam évoque l’exil lié à la guerre. Il a par ailleurs fait référence aux événements tragiques qui se sont passés à Paris l’année dernière, ou encore les attentats du 11 septembre 2001.

Tags : , , , , , ,

Ad.