Le Cabaret Voltaire a besoin de 13M$

 Zurich  |  25 février 2016  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

Selon The Art Newspaper, le Cabaret Voltaire de Zurich, fondé par Hugo Ball et Emmy Hennings et lieu de naissance du mouvement dada il y a tout juste un siècle, nécessite un soutien financier à hauteur de 13 M$.

Il y a peu, le groupe Swatch a retiré son soutien financier à l’institution — à hauteur de 303.000$ par an. Aujourd’hui, le parti UDC classé à droite voudrait mettre un terme à des subventions publiques qui s’élèvent à 318.000$ par an — depuis 2004, le Cabaret a rouvert comme espace cultural financé par la municipalité. Or, pour le directeur du Cabaret, Adrian Notz : « Ce serait bien de transformer le Cabaret Voltaire en résidence pour artistes afin de donner une nouvelle vie à ce lieu et lui donner une dimension internationale. Ce projet ne pourra voir le jour uniquement si Swiss Life, propriétaire de l’immeuble, veut bien vendre. » Un projet qui ne semble pas faire partie des plans du groupe d’assurance qui a répondu : « Nous comprenons que le Cabaret Voltaire inspire des idées créatives l’année de son centenaire. Néanmoins, nous ne pouvons nous joindre à des spéculations de ce type. »

L’histoire s’inverse-t-elle? En 2002, un projet de transformation du lieu en résidence haut de gamme avait suscité de nombreuses réactions. Un groupe se revendiquant néo-Dada avait décidé d’investir l’espace afin de contrecarrer le projet immobilier.

Tags : , , , ,

Ad.