Pourquoi le musée du Prado garde-t-il ses Bosch ?

 Madrid  |  27 février 2016  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

Le Prado (Madrid) a décidé d’annuler le prêt de deux tableaux de Jérôme Bosch (Le Remède contre la Folie et La Tentation de Saint Antoine) pour une rétrospective consacrée à l’artiste au Noordbrabants Museum dans sa ville natale de Bois-le-Duc aux Pays-Bas — « Jheronimus Bosch – Visions de Génie » jusqu’au 8 mai 2016.

Cette volte-face fait suite aux conclusions publiées par le Bosch Research and Conservation Project, dirigé par Jos Koldeweij et Matthijs Ilsink — ce dernier étant co-commissaire de l’exposition qui aura lieu au Noordbrabants Museum —, qui attribuent ces deux tableaux à l’atelier de l’artiste ou à un disciple et non plus à l’artiste lui-même. Le Prado conteste le bien-fondé de ces conclusions, dénonçant des « aspects stylistiques extrêmement subjectifs », et accuse le Noordbrabants Museum d’avoir dérogé aux conditions de l’accord concernant le prêt. L’exposition est annoncée comme l’une des plus importantes consacrée au maître de la Renaissance flamande puisqu’elle a réuni 17 des 24 œuvres de l’artiste connues de nos jours.

Les deux musées s’étaient engagés dans une collaboration depuis 2008 avant que cette affaire ne vienne tendre leurs relations. Néanmoins, le Noorbrabandts Museum accueillera deux œuvres prêtées par le Prado, une copie de Bosch et Le Chariot de foin, annoncé comme une pièce majeure de l’exposition et illustrant la couverture du catalogue de l’exposition.

Tags : , , , , , ,

Ad.