Art Elysées : Un aperçu de la scène asiatique en France

   |  25 octobre 2015  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

Du 22 au 26 octobre, la foire Art Elysées à Paris accueille près de 90 galeries réparties en quatre pavillons. Force est de constater que la scène artistique asiatique y est à l’honneur : pas moins de 25 galeries exposent des productions issues du continent. Tout cela dans une ambiance intime où le visiteur est proche des oeuvres. Parmi les galeries ayant fait le choix de l’art asiatique figurent Baudoin Lebon (Paris), la Heis Gallery (Japon), la Galerie Françoise Livinec (Paris), la Galerie Bert (Paris), la Galerie des Modernes (Paris), la Galerie Alexis Lartigue (Paris), la Galerie photo12 (Los Angeles et Paris), la Galerie Sabine Vazieux (Paris) ou la Galerie Protée (Paris). Les productions exposées sont larges puisqu’elles incluent la peinture, la sculpture, la photographie et le design.

Un choix large et l’année de la Corée en France 

La galerie Sabine Vazieux a ainsi fait le choix de dédier l’intégralité de son stand à l’art asiatique en présentant les oeuvres de deux générations successives ayant utilisé l’encre — dont Fung Ming Chip. Le geste de ces artistes est hérité des « techniques traditionnelles de l’encre et de la calligraphie ; ils travaillent sur papier de riz. » L’artiste taiwanais Chen Hsing-Wan y présente ses dessins sur papier de riz à la technique bien particulière — il laisse couler l’encre sur le papier en faisant se mouvoir la feuille afin de créer ses images si particulières.

L’artiste chinois Chuang Che, qui vit et travaille à New York depuis 1973, est un pionnier dans l’évolution de l’abstraction chinoise. Sur le stand de la galerie Françoise Livinec, il expose des travaux qui « jouent avec la transparence et l’opacité ». La galeriste soutient les artistes modernes et contemporains, « à la croisée de l’Est et de l’Ouest », en créant des dialogues entre les artistes américains, français, chinois ou coréens — dont Won Sou-Yeol et Wei Ligang, pour ne citer qu’eux.

On peut retrouver sur le stand de la Galerie des Modernes une oeuvre du peintre Franco-Chinois Zao Wou-Ki. Il s’agit d’une aquarelle Sans Titre (1986) dans le pur style de l’artiste : « une composition où l’on peut rêver » entend-on sur le stand de la galerie. Zao Wou-Ki a effectivement commencé par la figuration avant de s’orienter vers un style aérien, aujourd’hui acclamé.

Depuis le 18 septembre 2015, la France célèbre l’année de la Corée — jusqu’en août 2016. À cette occasion, la galerie Baudouin Lebon célèbre les 20 ans de l’amitié franco-coréenne en exposant quatre artistes issus de différents mouvements et générations, ayant pour point commun d’interroger les liens entretenus entre l’Est et l’Ouest : Oh Sé-yeol, Shin Sung-Chae Sung-Pil, Kim Tschang-Yeul.

La Heise Gallery, ouverte en 2012, a fait le choix de l’art contemporain japonais, avec des artistes comme Shinya Sakurai, Ryuma Imai et son père Toshimitsu Imai ou Ei-Q

Sans oublier le design et la photographie 

La section design d’Art Elsyées n’est pas en reste, notamment avec La galerie Loft, spécialisée en art contemprain chinois, qui participe pour la première fois à la foire.

Pour la photographie, la galerie photo12 présente Among Mountains & Rivers II (2014) du photographe chinois Gao Hui. Pour cette image, Gao Hui a créé un « double montage » en fusionnant deux images : de spirituels paysages de montagnes et de rivières et un homme travaillant, protégé par un chapeau de paille. L’artiste croit en effet en « l’unité de l’homme et de la nature ».  Ce projet a gagné l’Excellent Exhibition Prize au Xishuangbanna International Photography Exhibition de 2014, une bonne raison d’aller le voir.

 

Tags : , , , ,

Ad.