Entretien avec Nahema Mehta, propriétaire d’Art Remba New York

   |  31 janvier 2013  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

New York, le 31 janvier 2013, Art Media Agency (AMA).

De nouveaux concepts émergent sur le marché de l’art, pour les marchands et collectionneurs. Art Remba, à New York, fournit un nouveau service aux collectionneurs, basé sur un système d’abonnement à des œuvres. Entretien avec Nahema Mehta, propriétaire d’Art Remba.

Art Media Agency (AMA) : En quelques mots, qu’est-ce qu’Art Remba ?

Nahema Mehta (NM) : Art Remba est un club de collectionneurs, qui offre aux New Yorkais un accès mensuel exclusif à des œuvres d’artistes et galeries reconnus.

AMA : Quel est plus précisément votre concept ?

NM : Art Remba permet à ses membres (personnes privées et entreprises) de découvrir et d’emprunter des œuvres d’art aux galeries et studios d’artistes, sur la base d’une cotisation mensuelle. Notre but est double : premièrement, démocratiser l’accès aux beaux-arts pour les aspirants collectionneurs et deuxièmement, aider les marchands à mobiliser et monétiser des œuvres stockées, non exposées, en les plaçant sur les murs d’un public choisi.

AMA : Quelles sont les origines du projet ?

NM : Art Remba est né de notre conviction que l’on devrait pouvoir découvrir les œuvres et en profiter, pas les cacher en réserve.

AMA : Comment devient-on membre d’Art Remba ? Le fonctionnement est-il similaire à celui d’un club de collectionneurs ?

NM : En effet. L’adhésion est complémentaire, mais pas obligatoire. Nous procédons à des enquêtes afin d’assurer la plus grande confiance entre les différents membres de la communauté, artistes, marchands et collectionneurs. Pour les membres du club, le service est particulièrement soigné, avec des consultations de curateurs et des programmes VIP.

AMA : A quels avantages vos membres ont-ils accès ?

NM : En plus de leur offrir l’opportunité exclusive de s’abonner mensuellement à des œuvres d’art, nous leur proposons également des avantages dans le monde de l’art : accès VIP à des foires, visites de studios d’artistes, et visites privées de galeries guidées par le commissaire d’exposition. Récemment, les membres d’Art Remba ont pu profiter de pass VIP pour artMRKT Hamptons, un colloque sur l’art contemporain à l’Asia Society, et une visite du Rubin Museum guidée par Artnet.

AMA : Comment fonctionne l’abonnement ?

NM : C’est simple et intuitif. Une fois que vous avez choisi l’œuvre d’art parmi notre sélection raisonnée en ligne, il suffit de s’y abonner, et vous pouvez alors la contempler sur votre mur pour un taux mensuel très accessible (environ 50 $ par mois pour une pièce d’une valeur de 5.000 $). 50% des versements déjà effectués sont pris en compte et déduits du prix d’achat si vous tombez amoureux de l’œuvre et vous décidez à l’acheter. Toutes les œuvres sont livrées personnellement, encadrées et installées par des professionnels. Nous fournissons également un dossier d’artiste complet pour chaque œuvre, afin de rendre l’expérience plaisante à la fois esthétiquement et intellectuellement.

AMA : Comment choisissez-vous les œuvres ? Avez-vous des préférences de style, d’origine, de galeries ?

NM : Nous nous intéressons à la qualité et au caractère : tous nos artistes sont arrivés sur la scène artistique par la représentation en galeries, l’exposition en foire et la critique. Nous sommes actuellement en phase d’extension de nos marchés, et nous nous intéressons donc à l’art des marchés émergents, dont l’Inde, l’Amérique du Sud, la Chine et le Moyen-Orient.

AMA : Combien d’œuvres avez-vous à disposition ? Comment renouvelez-vous l’offre ?

NM : Actuellement nous avons plus de cent œuvres à disposition, disponibles sur abonnement d’un mois.

AMA : Quelle fourchette de prix pratiquez-vous ?

NM : Nos œuvres oscillent entre quelques milliers de dollars et plus de 60.000 $, donc que vous recherchiez l’investissement sur le long terme, l’essai d’une œuvre ou bien simplement à vivre avec un rêve, Art Remba est avantageux.

AMA : Fournissez-vous des œuvres en dehors de New York ?

NM : Notre stratégie à long terme est locale. Faire des liaisons New York/Londres ne nous intéresse pas, ce que nous voulons c’est créer des communautés engagées, de haute qualité, dans chaque ville où nous serons présents. Pour l’instant, nous nous concentrons à 100% sur New York et ses environs.

AMA : Quels changements pour le marché de l’art en 2013 ?

NM : La nouvelle génération de collectionneurs exige à la fois la qualité d’une expérience personnelle immédiate et la facilité de l’accès en ligne. En gardant cela à l’esprit, je pense que nous continuerons d’avancer afin de trouver le meilleur moyen de bâtir une économie artistique digitale, complémentaire de la scène artistique traditionnelle, et qui réponde harmonieusement aux expérience en ligne et hors ligne.

AMA: Pouvez-vous en dire plus sur vous ? Quelles étaient vos responsabilités auparavant ?

NM : Née en Suisse et élevée en Belgique, je me suis installée à New York en 2004 pour étudier à Columbia. Titulaire d’un master du Sotheby’s Institute of Art, et actuellement en MBA à la Columbia Business School, je suis intéressée par la rencontre de l’art et du business. Mon expérience chez Merrill Lynch et Sotheby’s m’a conduite plus récemment à travailler comme Portfolio Manager chez Aicon Funds, un fonds émergent dédié au marché de l’art, basé à New York et Londres.

AMA : Quels sont vos plans pour le futur ?

NM : Nous avons hâte de voir où tout cela nous mènera, mais actuellement notre priorité reste d’améliorer et d’affiner notre service sur New York.

Tags : , , , , , ,

Ad.