Une bouteille d’Iznik du XVIe siècle en vente chez Bonhams

   |  26 août 2011  |  AMA  |  Tweet  |  LinkedIn

Londres, le 26 août 2011, Art Media Agency (AMA).

Une bouteille du XVIsiècle provenant d’Iznik et reliée à l’actualité égyptienne du « Printemps arabe » sera prochainement vendue aux enchères à Londres chez Bonhams. La vente aux enchères d’art indien et islamique aura lieu le 4 octobre prochain.

Lors de cette vente dont le catalogue n’est pas encore clos, les enchères couvriront un large éventail d’objets d’arts et d’antiquités exceptionnels, comme des peintures, de la céramique, du verre, de l’ivoire, et des bijoux. Elle présentera également des manuscrits arabes et persans, des miniatures indiennes, des armes et du mobilier.

Cette bouteille turque, datée du XVIsiècle, est actuellement estimée entre 60.000 et 80.000 £. Elle proviendrait d’une collection privée belge, dont l’entreprise aurait été chargée de construire l’Hôtel Palace d’Héliopolis en Égypte, qui devint plus tard le Palais présidentiel récemment occupé par l’ancien Premier ministre égyptien Hosni Moubarak. Cette collection est celle de Madame Tibbaut. Elle aurait été formée au tournant du siècle. Son arrière grand-père, Léon Rolin (1871-1950), surnommé, « Le Lion du Caire » était le propriétaire du cabinet Léon Rolin & Co, l’une des deux plus grandes entreprises de génie civil en Égypte. Pendant, cette période, sa femme, Madeleine Shaar (1876-1954), aurait commencé à constituer une collection d’art islamique. Sa fille Jacqueline a continué l’œuvre de sa mère et était présente lors de la vente aux enchères du Palais royal du roi Farouk. Plus tard, elle revient en Belgique et distribua sa collection à ses enfants et à leurs descendants.

La ville d’Iznik se trouve dans la région de Marmara en Turquie. Elle a été le principal centre de production céramique de l’Empire ottoman entre le XVet le XVIsiècle. La principale évolution de la poterie d’Iznik a lieu pendant la deuxième moitié du XVIsiècle, après la prise de la ville de Tabriz en 1514 par le sultan ottoman à la bataille de Tchaldiran. Les artisans en céramique de Tabriz sont alors réinstallés de force dans Iznik. En premier lieu, leur céramique est une imitation de la porcelaine chinoise en bleu et blanc, qui était très prisée par les sultans ottomans et par la cour safavide en Perse. Cependant, l’originalité des potiers d’Iznik est telle, que cette céramique a été décrite comme une adaptation plutôt que comme une imitation. La forme de cette bouteille, ici mise en vente, est extrêmement rare sur le marché de l’art.

Tags : , , , , ,

Également à  :

    Ad.